DE | FR
Image: EPA ANSA

«Addio Pirlo!»: La presse italienne scelle le sort du coach de la Juve

La défaite de la Juventus dimanche contre Milan (0-3) pourrait être celle de trop pour son entraîneur. Ses joueurs ne le suivent plus, les médias non plus.
10.05.2021, 09:2910.05.2021, 17:42
Suivez-moi

Le technicien des bianconeri, Andrea Pirlo, pourrait être rapidement remplacé par Igor Tudor, Massimiliano Allegri, Christian Constantin ou Zinédine Zidane (attention, il y a un piège).

Plusieurs regards sur la situation disent tous la même chose: Un changement est nécessaire.

Ce que disent les chiffres

Neuf fois championne en titre, la Juventus a déjà égaré le scudetto cette saison et pourrait également perdre le droit de disputer la Ligue des champions. Elle est 5e du classement (seuls les quatre premiers disputent la C1) au lendemain d'une prestation décevante. Et inédit: le Milan n'avait jamais obtenu le moindre point à l'Allianz Stadium depuis l'inauguration du stade en 2011.

Image: La Gazzetta dello Sport

Une absence en Ligue des champions serait doublement problématique pour le club turinois: il ne pourrait pas retenir son meilleur joueur (Cristiano Ronaldo) et, sans les millions de la C1, risquerait fort de creuser la dette du club (les pertes devraient s'élever à 180 millions d'euros en fin de saison).

La Juve doit-elle se séparer de Pirlo?

Le bilan serait alors catastrophique pour cette «Vieille dame» (le surnom du club) qui n'est pas vaccinée contre la défaite. Sa seule perspective de titre, après son élimination sans gloire en 8e de la Ligue des champions contre Porto, tiendrait dans la finale de la Coupe d'Italie contre l'Atalanta (le 19 mai).

Un chiffre témoigne du chaos qui règne dans le vestiaire bianconero: Avant le match de dimanche, Andrea Pirlo avait aligné 34 compositions différentes en 34 journées de championnat. Les joueurs ont changé, les systèmes et les consignes aussi, seuls les mauvais résultats sont restés. Les doutes de Pirlo ont fatalement rejailli sur ses joueurs.

Ce que dit la presse

Le quotidien turinois Tuttosport accompagne Andrea Pirlo vers la sortie ce matin, estimant le coach «indéfendable».

Image: Tuttosport

La Gazzetta dello Sport n'est pas tendre non plus avec celui que la Juventus a nommé entraîneur en août dernier, dans la précipitation, en remplacement de Maurizio Sarri. Pirlo était un grand joueur (116 sélections), un architecte du jeu, de surcroît un ancien de la maison, mais il n'avait pas la moindre expérience du banc au plus haut niveau (même joueur, il ne le fréquentait pas). «Il a perdu le fil: la Juve ne le suit plus», souligne le quotidien rose.

Le Corriere dello Sport croit savoir que Pirlo «aurait reçu un ultimatum du club: La qualification en Ligue des champions ne suffirait pas, la Juventus doit montrer autre chose. Sinon, son entraîneur partira à la fin de la saison». Un autre que lui pourrait-il faire mieux? La Repubblica en doute et trouve au coach en place des circonstances atténuantes. «Si cette Juventus était "inentraînable" pour Maurizio Sarri, dont l'expérience du banc est forte de 30 ans, imaginez si cela aurait pu être différent pour Pirlo».

Ce que dit Andrea Pirlo

Il pense pouvoir faire mieux et n'envisage pas un départ.

«Je suis le premier responsable. J'avais un projet différent en tête, je pensais avoir une équipe différente à ma disposition. Pendant la semaine qui a précédé le match contre Milan, j'avais vu une bonne équipe, concentrée et impliquée, convaincue de réaliser une grande prestation. On est plutôt bien entrés dans la partie et puis peu à peu nous nous sommes désunis... C'est difficile à expliquer. Quand tu perds 3-0 un match aussi important, cela veut dire qu'il y a beaucoup de choses qui n'ont pas fonctionné. Il faut revoir le match, en parler avec les joueurs. Une démission? Non, j'ai entrepris ce travail avec beaucoup d'enthousiasme, avec des difficultés, mais mon travail continue. Je pense pouvoir faire mieux et m'en sortir avec cette équipe»
Pirlo dans la presse italienne et au micro de Sky Sport

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Le cas Marianne Vos et l'hypocrisie du tout sécuritaire en cyclisme
Marianne Vos a été disqualifiée dimanche pour avoir posé ses avant-bras sur le cintre de son vélo, selon un règlement qui déresponsabilise à la fois les coureurs et les spectateurs.

Marianne Vos a fait une très grosse bêtise qui a entraîné sa disqualification, dimanche lors de l'Open de Suède. On craignait, à la lecture de cette information, d'apprendre que la Néerlandaise avait percuté un bambin ou expédié une rivale dans un ravin, mais c'est en fait pour avoir posé ses avant-bras sur le cintre du vélo que la championne a été sanctionnée. Une des deux pratiques proscrites par le règlement de l'Union cycliste internationale depuis 2021, l'autre étant la position Mohoric, popularisée par le coureur éponyme.

L’article