DE | FR
Veille de match à New York: Antoine Escoffey (aka Gree Giant, à g.) est venu rendre visite à Thabo Sefolosha avant la rencontre du basketteur contre Brooklyn.
Veille de match à New York: Antoine Escoffey (aka Gree Giant, à g.) est venu rendre visite à Thabo Sefolosha avant la rencontre du basketteur contre Brooklyn. Image: DR
Interview

«Thabo, c'est le mec de chez nous qui nous a rendus fiers»

La retraite officielle de Thabo Sefolosha fait chialer ses fans. Le DJ Green Giant raconte celui qui était un basketteur «monstrueux» et un mec en or. Les deux Vaudois ont même mixé ensemble un soir de fête à Montreux.
01.04.2021, 14:3302.04.2021, 18:08
Suivez-moi

Premier Suisse à avoir lustré les parquets NBA, Thabo Sefolosha a annoncé ce mercredi qu'il mettait fin à sa carrière. Le Vaudois, Antoine Escoffey (aka Green Giant), avait beau s'y attendre, ça lui a quand même fait bizarre. On lui a lancé un coup de fil pour prendre la température de ses émotions.

Salut Antoine. On te dérange pas?
Non ça va, je suis en train de regarder un match NBA de la nuit dernière. Boston-Dallas.

Qu'est-ce que ça a fait à ton petit cœur de fan d'apprendre la retraite de Thabo Sefolosha?
Je suis forcément un peu triste, parce que j'aurais aimé le voir jouer encore, mais pour dire la vérité, je m'y attendais. Il n'avait plus de contrat, avait été peu utilisé lors de sa dernière saison à Houston et n'avait pas été dans la bulle d'Orlando pour les playoffs. Il a bien fait d'arrêter maintenant. S'il avait signé un nouveau contrat, il aurait eu des rôles très secondaires.

Tu te souviens de la première fois que tu as vu Thabo?
Ouais, c'était à Yverdon. J'avais été voir un petit tournoi de streetball. J'avais jamais entendu parler de lui. Tout à coup, je l'ai vu débarquer avec son frère et j'ai halluciné. Le gars ratait rien. Je l'ai regardé en me disant: «C'est quoi ce mec?» Je comprenais rien! C'était ridicule...

La carrière NBA de Sefolosha en bref

N°13 de la draft 2006, le Vaudois (35 ans) a été repêché en 2006 par Philadelphie, qui l'a envoyé à Chicago. Mais c'est sous le maillot d'Oklahoma, qu'il a porté entre 2009 et 2014, que le Vaudois a vécu ses plus belles années. Il y a disputé (et perdu) les finales NBA en 2012. La suite de sa carrière a été marquée par son agression du 8 avril 2015: il a subi une fracture du péroné, lors de son arrestation par la police new-yorkaise. Il n'a jamais retrouvé la plénitude de ses moyens à Atlanta, dans l'Utah et à Houston.

Que retiens-tu de son parcours?
C'était un mec assez discret, mais dans le jeu, notamment défensivement, il était monstrueux. On le dit pas assez. Il a été un peu sous-estimé. C'est quand même le gars qu'on envoyait sur Kobe Bryant et qui arrivait à vaguement le tenir. Il n'y en avait pas beaucoup dans la Ligue!

Bryant vs Sefolosha
Bryant vs SefoloshaImage: Keystone

Il a vécu une période bénie avec Oklahoma. Tu te souviens?!
Carrément! Il jouait avec Kevin Durant, James Harden, Russell Westbrook. Ils avaient été jusqu'en finale. Je me levais la nuit pour les voir jouer. Bon, ils avaient fini par perdre, parce qu'ils étaient encore un peu trop jeunes, mais dans cette équipe Thabo avait un vrai rôle à jouer. À cette époque, il lui est arrivé de sortir des matchs complètement dingues. Je me souviens notamment d'une rencontre face aux Spurs. Il avait réalisé un match de fou en playoff. Le coach de San Antonio avait dit: «Si je veux espérer gagner le prochain match, il faudra que je demande au coach adverse de faire sortir Thabo. Sinon, ce sera compliqué».

Thabo a marqué toute une génération...
Oui, avec lui on s'est rendu compte soudain que des mecs de chez nous pouvaient aller jouer en NBA. C'était un truc de dingue, ça paraissait impossible. On était fier de voir ce joueur de chez nous évoluer dans la plus prestigieuse Ligue du monde.

Il paraît que tu l'as côtoyé aux platines. Raconte!
Ouais c'est vrai. Un été, j'avais animé musicalement un match exhibition de Thabo. C'était à Vevey, y'avait Tony Parker. On avait organisé une after au D!club. On était ensuite resté un peu en contact. Thabo m'avait contacté plus tard pour me demander s'il pouvait venir mixer à Montreux, à l'occasion d'une soirée Downtown Boogie. Avec mes potes, on lui a dit oui tout de suite!

Avoir de grandes mains, ce n'est pas seulement pratique pour arrêter Kobe Bryant.
Avoir de grandes mains, ce n'est pas seulement pratique pour arrêter Kobe Bryant.Image: DR

Il mixe bien?
Il se débrouille. C'est pas un pro, mais il assure sans problème!

Tu l'as vu à d'autres occasions?
Oui, il est venu à la radio (ndlr: Green Giant bossait sur Couleur 3) quelques fois. Je l'ai aussi croisé à New York, à la veille d'un match contre Brooklyn. J'avais passé un moment avec lui et le lendemain, j'avais été le voir jouer. Il a toujours été accessible, humble. C'est un super type, vraiment.

Tu lui vois un avenir dans le basket?
Il ferait un super coach, en Suisse ou ailleurs. Mais c'est dans la formation que je le verrais le mieux. C'est un truc qui lui conviendrait, et qu'il fait déjà en organisant des camps d'entraînement chaque été.

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La poésie du placement selon Nico Hischier, capitaine de l'ombre
Le centre valaisan n'est pas le plus impressionnant, ni le plus prolifique. Pourquoi est-il si fort? Deux spécialistes décortiquent son jeu si précieux avant le Suisse-Canada de samedi (15h20) au Mondial.

Le faciès timide et le sourire qui peine à se dessiner, Nico Hischier est nommé joueur du match contre la Slovaquie mercredi. Le jeune capitaine n'est pas l'individu le plus expressif. La frime, très peu pour lui. Le Haut-Valaisan préfère progresser et avancer sans faire de bruit. Sa principale qualité: la modestie. Surprenant pour un numéro 1 de la draft (2017), sous-estimé par une bonne partie du public, car moins spectaculaire, mais si capitale pour un entraîneur.

L’article