Sport
Commentaire

Yann Sommer champion d'Italie avec l'Inter Milan

Le gardien de la Nati a remporté le titre de champion avec l'Inter.
Le gardien de la Nati a remporté le titre de champion avec l'Inter.
Commentaire

Yann Sommer a enfin le palmarès qu'il mérite

Le portier suisse renvoyait l'image d'un perdant magnifique, un gardien incroyable aux qualités mal récompensées. C'est fini.
23.04.2024, 16:47
Suivez-moi
Plus de «Sport»

On a souvent réduit Yann Sommer à ses contradictions. On le disait grand par le talent, mais petit par la taille – et c'était vrai. On le trouvait riche en expérience dans les plus prestigieuses compétitions de football au monde, qu'il a toutes disputées, mais pauvre en trophées – et c'était vrai aussi. Mais ça ne l'est plus. Car depuis qu'il a quitté le Borussia Mönchengladbach il y a pile un an, le portier de l'équipe de Suisse (87 sélections) s'est mis à gagner les titres qui ont été refusé à son talent pendant trop longtemps.

Lundi, grâce à la victoire 2-1 de l'Inter dans le derby contre Milan, Yann Sommer est devenu champion d'Italie. Une récompense amplement méritée. Car le gardien est en train de réaliser une saison si exceptionnelle par-delà les Alpes, de devenir tellement grand dans son championnat, que l'on risque bientôt de l'apercevoir derrière le Cervin.

Son titre obtenu lundi est le troisième en très peu de temps, car il faut ajouter à sa collection personnelle la Supercoupe d'Italie en janvier et le championnat d'Allemagne, conquis de haute lutte avec le Bayern Munich l'été dernier, lors de la dernière journée de Bundesliga.

Image

En dix mois, Yann Sommer a donc remporté plus de trophées qu'en neuf ans de carrière et c'est parfaitement normal. Il n'y a aucune injustice, rien à redire. Car en signant au Borussia Mönchengladbach en 2014, le gardien avait fait un autre choix que celui du palmarès. Bien sûr, il aurait pu rester quelques saisons supplémentaires au FC Bâle, où il venait de remporter quatre titres de suite et deux Coupes de Suisse (2007-2014). Il aurait gagné au moins deux championnats supplémentaires et autant de Coupes nationales. Mais sa carrière n'a jamais été dictée par le nombre de récompenses qu'il pourra poser plus tard sur la cheminée de son chalet.

En faisant le choix du Borussia Mönchengladbach, Yann Sommer s'était donné la chance de progresser dans un très grand championnat, de se frotter presque chaque week-end à un adversaire de taille et de continuer à disputer des Coupes d'Europe. Ce très haut niveau lui avait permis ensuite de réaliser des prouesses en Coupe du monde et à l'Euro et c'était une chance. Mais au moment des cérémonies, il n'a eu que le revers de la médaille, car que ce soit en club ou en sélection, Sommer n'a jamais évolué dans une équipe qui était favorite de sa compétition. Le dernier trophée majeur de Gladbach remonte toujours à 1995 (une Coupe nationale) et la Nati n'est pas encore une grande nation du football mondial.

Pour autant, sa trajectoire est belle et valait la peine d'être vécue. Car ce qui fait la richesse d'une carrière, et même d'une vie, ce n'est pas le nombre de trophées, à moins d'oser comparer (mais certains osent tout et c'est à cela qu'on les reconnaît) la Coupe du Liechtenstein, que Yann Sommer a remporté sous le maillot de Vaduz en 2008, à neuf saisons et demi de très haut niveau en Bundesliga.

Die Spieler des FC Vaduz mit Torhueter Yann Sommer, vorne, feiern den Sieg nach dem Fussball Super League Meisterschaftsspiel zwischen dem FC Luzern und dem FC Vaduz, am Sonntag, 20. Juli 2008 auf der ...
Sommer sous le maillot de la Principauté.Image: KEYSTONE

Ceux qui connaissent et aiment le football n'ont jamais reproché à ce grand gardien d'avoir si peu gagné. Ils ont au contraire souffert avec lui, en espérant que le numéro un de la Nati aurait un jour la chance d'évoluer dans une équipe qui allait modifier le cours de son histoire personnelle. Et cette chance est arrivée l'an dernier lorsque le Bayern Munich cherchait un remplaçant à son habituel titulaire, blessé en faisant du ski (à quoi ça tient, quand même).

Yann Sommer a désormais dix titres: deux avec l'Inter, un avec le Bayern, six avec Bâle, un autre avec Vaduz. Et ce n'est sans doute pas fini, car le Morgien n'a pas prévu de mettre un terme à sa carrière après l'Euro (il a encore deux ans de contrat avec le club lombard).

L'international suisse a de quoi se réjouir car il est peut-être en train de vivre les meilleurs moments de sa carrière, ce qui est l'une des plus belles récompenses que la vie puisse offrir à un footballeur de 35 ans déjà.

Cet article a été adapté d'une première version parue sur notre site en janvier 2024.

Un kayakiste espagnole bat un record sur une rivière de glace
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Ce footballeur lausannois est en train de payer très cher son passé
Cameron Puertas réalise une superbe saison avec l’Union Saint-Gilloise. Il intéressait beaucoup Murat Yakin et la Nati pour l'Euro, mais le passé du joueur a refait surface et se dresse désormais sur sa route.

Pour situer la performance d'un sportif de haut niveau, il n'y a parfois pas besoin de beaucoup de mots, tant les chiffres parlent d'eux-mêmes. C'est le cas de Cameron Puertas, le milieu de terrain de Lausanne, qui a quitté sa ville natale pour la Belgique il y a deux ans et demi. Il y réalise aujourd'hui une saison dont on parle encore trop peu dans notre pays.

L’article