DE | FR
Allan Arigoni et Grasshopper sont dans une situation sportive délicate en Super League, et traversent une crise identitaire.
Allan Arigoni et Grasshopper sont dans une situation sportive délicate en Super League, et traversent une crise identitaire. image: keystone

Le nouveau GC, un produit sans âme du «foot business» globalisé

Grasshopper a subi dimanche à Lucerne sa 4e défaite de suite en Super League et se rapproche de la zone rouge. Plus grave: le «Rekordmeiser», aux mains d'investisseurs chinois, traverse une crise identitaire, entre mercenaires surpayés et dépendance à un club anglais.
14.03.2022, 06:56
François Schmid-Bechtel / ch media

Certainement que Leo Bonatini était autrefois un attaquant qui suscitait les convoitises. Ce n'est pas pour rien que le club saoudien d'Al-Hilal a payé 5,5 millions d'euros pour le Brésilien, alors âgé de 22 ans. Aujourd'hui, Bonatini en a 27. Il ne marque presque plus, mais il continue à gagner un salaire indécent. Plus d'un million de francs par saison, selon la rumeur.

Il n'est pas le seul à gagner beaucoup d'argent à GC. Bruno Jordao, Bendeguz Bolla et Hayao Kawabe toucheraient eux aussi un salaire à sept chiffres. Du coup, au moins quatre des dix joueurs les mieux payés de Super League sont des Sauterelles.

Leo Bonatini (à droite) a marqué seulement 5 buts en 20 matchs de Super League cette saison.
Leo Bonatini (à droite) a marqué seulement 5 buts en 20 matchs de Super League cette saison.image: keystone

GC n'a pas de soucis d'argent. Son président, Sky Sun, a affirmé que les propriétaires chinois étaient prêts à investir 50 millions de francs au cours des prochaines années. Les sommes pour payer les gros salaires, comme ceux de Bonati et Jordao, sont en grande partie données par le grand frère anglais et club partenaire, Wolverhampton. Alors oui, ces joueurs ont des contrats de Premier League, des rêves de Premier League et des rémunérations de Premier League.

Le problème, c'est qu'un écart salarial important au sein d'une équipe peut amener des jalousies et des rancœurs. Autre souci actuel dans le club zurichois: le manque d'identification. Un consultant compare GC à un port de marchandises. Décharger la cargaison, charger le bateau, et bon voyage!

Le président de GC, Sky Sun, veut mener GC au sommet de l'Europe d'ici 2031.
Le président de GC, Sky Sun, veut mener GC au sommet de l'Europe d'ici 2031.image: twitter/wolves

Prenons l'exemple du Hongrois Bendegúz Bolla. Le directeur sportif Seyi Olofinjana parle d'un cas simple:

«A la fin de la saison, il retournera à Wolverhampton. Il se peut que nous parlions avec les Wolves pour voir si nous pouvons prolonger. Mais ce n'est pas entre nos mains»
Seyi Olofinjana, directeur sportif de GC

Série noire et fantômes en interview

Oui, il y a peu de choses entre les mains de Grasshopper. Pendant longtemps, ça n'a pas été un gros problème. Mais la situation s'est quelque peu aggravée. Sur les huit matchs du deuxième tour, les Zurichois n'ont pris que quatre points et sont même, actuellement, sur une série noire de quatre défaites consécutives.

Le classement de Super League, au soir du dimanche 13 mars

source: rts

Après leur revers dimanche à Lucerne (1-0), Les Sauterelles n'ont plus que cinq points d'avance sur le club de Suisse centrale, barragiste. Autrement dit, GC est désormais mêlé à la lutte contre la relégation. Et dans ce combat, les qualités intrinsèques balle au pied ne suffisent pas. Un joueur qui voit son avenir immédiat partout, sauf à Zurich, devient un problème. Les vertus telles que l'identification et l'esprit d'équipe sont alors plus nécessaires que jamais.

En tout cas, le club n'a pas l'air très concerné par cette lutte contre la relégation. C'est l'impression qu'il donne: contacté, le service de presse de GC laisse entendre que ni le directeur sportif Seyi Olofinjana ni le directeur général Jimmy Berisha ne sont disponibles pour une interview. Il justifie le refus en expliquant qu'il ne s'est pas passé grand-chose ces dernières semaines au club. Peut-être que les deux hommes ne trouvent pas le temps parce qu'ils sont tout simplement en froid l'un avec l'autre? C'est en tout cas ce qu'on entend de la part des personnes censées être au courant.

Une Tour de Babel pour atteindre le ciel européen

D'un côté, donc, Seyi Olofinjana. L'ancien footballeur pro nigérian, ex-Wolverhampton notamment, conseiller de Sky Sun et boss du conglomérat Fosun basé à Shanghai. De l'autre, Jimmy Berisha. Né au Kosovo et ayant grandi en Suisse centrale, cet ancien agent de joueurs est animé par la volonté de sauver GC. Ce qu'il a réussi à faire grâce à sa rencontre avec Jorge Mendes, le conseiller de Ronaldo (Fosun est associé à son agence Gestifute).

Pour ceux qui parlent la langue de Shakespeare, l'interview Olofinjana👇

Olofinjana est un enfant de la Premier League. Le football suisse ne lui est pas familier. Les joueurs de Challenge League ne l'intéressent pas. L'ancien international nigérian ne cache pas qu'il «représente les propriétaires.» Et ceux-ci voient grand. Ils veulent remporter le titre national au plus tard en 2026 et faire partie de l'élite européenne d'ici 2031.

Jimmy Berisha aime aussi voir grand. Et pour lui, GC est encore aujourd'hui une grande marque, parce qu'il a grandi avec un grand GC. Un GC noble, arrogant et couronné de succès. Un GC qui polarisait.

Jimmy Berisha, le directeur général de GC, se sent étroitement lié avec le club.
Jimmy Berisha, le directeur général de GC, se sent étroitement lié avec le club.image: keystone

La situation doit redevenir ainsi. Les deux sont d'accord sur ce point. Mais Berisha ne veut pas déraciner complètement Grasshopper. Après tout, il est en quelque sorte le visage de ce nouveau GC. Il vient d'ici. Il a son cercle social ici. On lui raconte des choses sur les propriétaires Chinois. Il se sent lié à ce club. Olofinjana, en revanche, est de passage, tout autre scénario serait une grande surprise.

A Grasshopper, tous, ou presque, sont de passage. Le Sud-Coréen Sang-bin Jeong, le Nigérian Francis Momoh, le Chinois Lei Li, le Brésilien Leo Bonatini, le Hongrois Bendeguz Bolla, le Sénégalais Kaly Sène, le Slovaque Christian Herc, le Portugais Bruno Jordao et le Japonais Hayao Kawabe. Une équipe digne de «United Colors of Benetton». Sauf qu'elle n'est pas si unie que ça. Pour les uns (Sène, Momoh et Sang-bin Jeong), leur rêve commence à GC. Pour d'autres, leur rêve s'est effondré en arrivant à GC.

Kaly Sène, 20 ans, a joué 18 matchs de Super League cette saison avec GC, pour 9 buts.
Kaly Sène, 20 ans, a joué 18 matchs de Super League cette saison avec GC, pour 9 buts.image: keystone

Prenons le cas de Kawabe. Grâce à ses bonnes performances lors du premier tour, il a décroché un contrat à Wolverhampton. Mais après quelques entraînements en Angleterre, il a été renvoyé à Zurich au début du second tour.

Olofinjana aime rappeler que «derrière chaque contrat, il y a une personne». Mais dans la situation de Kawabe, une telle phrase est presque cynique. D'autant plus quand on sait que pour les Japonais, culturellement, perdre la face est une chose terrible. Et c'est ce qu'a été cet épisode pour Kawabe, indépendamment de son augmentation de salaire.

Champ d'expérimentation et machine à fric

GC est en mission délicate. Son entraîneur, Giorgio Contini, doit créer un nouveau groupe chaque six mois à cause du profond renouvellement de l'effectif. Des joueurs comme Leonardo Campana sont embauchés, en prêt, par le directeur sportif en été et transférés à Miami en hiver. Nos sources parlent d'une direction sans véritable tête forte. Une chose est sûre: Grasshopper est dirigé par des étrangers, mais on ne sait même pas qui se cache réellement derrière cette force étrangère.

Au moins, le travail de Contini fonctionne, notamment parce qu'il ne se mêle pas de la politique interne, ne se plaint pas de la situation et fait plutôt du bon job. Olofinjana clame que l'entraîneur est la «colle» permettant de faire tenir ensemble le groupe. Mais que se passe-t-il si la colle perd de son efficacité?

Giorgio Contini et GC sont désormais dans une situation sportive délicate.
Giorgio Contini et GC sont désormais dans une situation sportive délicate.image: keystone

Berisha s'est mué en avocat de Contini. Mais on entend dire qu'Olofinjana s'imagine très bien enrôler un coach issu de l'univers Fosun-Wolverhampton-Mendes. Comme le prédécesseur de Contini, Joao Carlos Pereira.

On a le sentiment que les choses pourraient ne pas bien se passer à GC. Mais en fait, faut-il vraiment qu'elles se passent bien? La vocation du nouveau Grasshoper est d'être un bassin de rétention et un champ d'expérimentation de l'univers Fosun-Wolverhampton-Mendes. Une toute petite particule de la grande industrie mondiale du football. Sans identité. Sans rayonnement. Uniquement là pour servir l'argent et le pouvoir. En échange, sa survie est assurée. C'est le deal.

Adaptation en français: Yoann Graber

On parie que vous pouvez sentir ces photos

1 / 19
On parie que vous pouvez sentir ces photos
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Que valent les nouveaux Ice Tea de la Migros? On les a goûté

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
En ski de fond, hommes et femmes prennent le chemin de l'égalité
La Fédération internationale de ski doit valider ce jeudi un nouveau point de règlement: les deux sexes s'aligneront sur les mêmes distances. Une révolution pour la discipline.

Ce jeudi, c'est jour de congrès pour la Fédération internationale de ski (FIS). Un jour historique pour le ski de fond, puisque c'est à cette occasion que la FIS validera définitivement un nouveau point de règlement: hommes et femmes s'aligneront sur les mêmes distances...

L’article