DE | FR
Un coach et ses apprentis footballeurs.
Un coach et ses apprentis footballeurs.Image: Keystone

Agresser Payet, c'est ruiner le travail des coachs auprès des enfants

Le jet de bouteille dont a été victime Dimitri Payet dimanche à Lyon a fait du mal au football, et aux entraîneurs des juniors. Plusieurs formateurs de Suisse romande disent leur colère.
24.11.2021, 05:3724.11.2021, 07:30
Julien Caloz
Julien Caloz
Suivez-moi

Vincent est entraîneur-assistant des juniors D (11/12 ans) à Meyrin et il le répète souvent à ses joueurs: sans adversaire, il n'y a pas de match possible. Un mantra devenu réalité pour les Lyonnais dimanche lorsqu'à la 4e minute du match au sommet contre Marseille, un spectateur a expédié une bouteille d'eau au visage d'un joueur de l'équipe adverse. Le match a été arrêté et n'a jamais repris, les Phocéens refusant logiquement de retourner sur le terrain.

Le foot sans adversaire ressemble à ça:

Image: AP

Le joueur agressé n'est pas n'importe qui: c'est Dimitri Payet, idole des Marseillais et des supporters de l'équipe de France lors de l'Euro 2016. «Je trouve ça triste pour les gamins qui ont Payet comme modèle et qui ont vu leur joueur préféré se faire lâchement attaquer», déplore Joël, entraîneur des juniors F (7/8 ans) à Vétroz.

Les modèles comme Dimitri Payet sont ceux qui font venir au football des millions de jeunes, qui leur font aimer le jeu, le grand air et le vivre-ensemble. Joël le constate à chaque entraînement. «Mes gars font du foot grâce aux idoles qu'ils suivent à la télévision. La preuve: la moitié veut aller dans les buts depuis que Yann Sommer fait des miracles avec la Suisse

Le portier de la Nati à la rencontre des enfants à La Pontaise en octobre.
Le portier de la Nati à la rencontre des enfants à La Pontaise en octobre.Image: KEYSTONE

Bien sûr, il n'y a pas d'échelle de valeurs parmi les victimes, et s'en prendre à un remplaçant serait tout aussi condamnable que de cibler Dimitri Payet. Chaque insulte, menace ou agression envers un joueur est un méchant tacle aux messages des formateurs. «Ce qui s'est passé à Lyon affecte le travail que nous essayons de mener à notre petite échelle et les valeurs que nous inculquons», regrette Jean-François, en poste au FC Marin Sports.

Le Neuchâtelois a été par deux fois récompensé du prix du fair-play par les autorités de son canton. Il ne badine pas avec la discipline. Or elle se perd désormais plus vite que le ballon. «Je suis révolté et dégoûté. Les faits de violence se multiplient à tous les niveaux. J'ai déjà renvoyé deux gamins chez eux parce qu'ils s'insultaient sur le terrain.»

À cette génération de jeunes footballeurs, le tristement célèbre OL-OM pourrait servir d'exemple à ne pas suivre lorsque, chaque week-end, ils vont au stade encourager leur équipe préférée. «On va parler avec eux de ce qu'il s'est passé», annonce Jean-François. Se servir de l'actualité pour sensibiliser, c'est aussi ce que fera Sébastien avec ses juniors D à Saint-Blaise. «Même s'il y a peu de positif à retirer de ce match.»

«Ce qu'il s'est passé à Lyon est d'une tristesse pas possible»
Faton, coach des juniors E au FC Aigle.

«Il n'y a plus de limites, plus rien. C'est le reflet de la société», se désole Vincent depuis Meyrin, où il ne compte pas baisser les bras. «Si on a fait le choix d'entraîner des petits, c'est justement pour éviter ces dérives, les prendre en mains et leur inculquer certains principes. Si personne ne leur apprend à bien se comporter, ils reproduiront ce qu'ils voient à la télévision.»

Or le football, en 2021, ressemble parfois à un programme de catch. Et comme on dit sur le ring: «N'essayez en aucun cas de reproduire ces gestes à l'école ou à la maison.»

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles

Ne tentez pas ces sports olympiques chez vous, ça peut mal finir

Les Etats-Unis annoncent le boycott diplomatique des JO de Pékin, ça veut dire quoi?
La cause de ce boycott? Le «génocide et des crimes contre l'humanité en cours au Xinjiang», a annoncé la Maison Blanche lundi.

Les Etats-Unis n'enverront aucun représentant diplomatique aux Jeux olympiques d'hiver de Pékin de 2022 en raison des violations des droits humains par la Chine, a annoncé, lundi, la Maison Blanche.

L’article