DE | FR
Naomi Osaka, of Japan, reacts during the first round of the tennis competition at the 2020 Summer Olympics, Sunday, July 25, 2021, in Tokyo, Japan. (AP Photo/Seth Wenig)

Naomi Osaka n'avait plus disputé de compétition officielle depuis son forfait à Roland-Garros afin de «préserver sa santé mentale». Image: AP

Tokyo 2020

Stressée et dissipée, Naomi Osaka a encore craqué

L'icône des JO s'est inclinée devant Marketa Vondrousova en huitièmes de finale du tournoi de tennis. Et pas d'un peu: 6-1 6-4.

team watson/ats



C'était un festival de fautes directes pour Naomi Osaka – 32 au total – avant de concéder une défaite aussi inattendue que sensationnelle. Ecrasée de remords, elle a quitté la conférence de presse en larmes, sans répondre à la dernière question.

La star japonaise a fait illusion en menant 2-0 au second set. Mais celle qui a eu l'honneur d'allumer la flamme olympique est très vite retombée dans ses tourments, peut-être vaincue par la pression.

Naomi Osaka, of Japan, reacts after losing a point to Marketa Vondrousova, of the Czech Republic, during the third round of the tennis competition at the 2020 Summer Olympics, Tuesday, July 27, 2021, in Tokyo, Japan. (AP Photo/Seth Wenig)

Naomi Osaka a perdu lors du troisième tour de la compétition de tennis aux Jeux olympiques d'été de 2020., Image: AP

Naomi Osaka n'avait plus disputé de compétition officielle depuis son forfait à Roland-Garros, où elle avait d'abord boycotté les conférences de presse pour «préserver sa santé mentale», avant de fuir Paris et la polémique qu'elle avait elle-même suscitée.

Osaka a récidivé ce mardi à Tokyo où elle a quitté le site olympique sans un mot, avant de rebrousser chemin et de bredouiller quelques explications fumeuses.

«Je devrais être habituée à la pression mais la pause que je viens de prendre n'a fait que l'accentuer. Au moins, je suis contente de n'avoir pas perdu au premier tour»

Naomi Osaka

En congé maladie depuis deux mois, selon ses propres mots, Naomi Osaka n'en avait pas moins couru les shootings et les interviews (Vogue, Sport Illustrated, Time Magazine, Netflix), une façon originale de soigner une «détresse psychologique» et de fuir «une attention pesante».

Osaka espérait beaucoup de ces JO, notamment une meilleure réputation au Japon où, longtemps, ses origines haïtiennes, son accent et ses fautes de vocabulaire lui ont valu des railleries, parfois une forme de rejet.

La défaite de l'icône, dans un tournoi dont elle était la favorite, est vécue à Tokyo comme une petite trahison.

Plus d'articles sur le sport

Une fighteuse trans met une rouste à sa rivale et crée la polémique

Link zum Artikel

Les tests Covid payants vont impacter les clubs et leurs fans

Link zum Artikel

Costaud, un peu fou, la Suisse a son nouveau patron de Coupe Davis

Link zum Artikel

Netflix entretient le mystère autour de Michael Schumacher

Link zum Artikel

Pour les sportifs, un petit joint ne fera bientôt plus de mal

Link zum Artikel

Berne était le Bayern du hockey, désormais il ressemble à Ajoie

Link zum Artikel

La Nati est virée du jeu FIFA, mais qui la pleure vraiment?

Link zum Artikel

Roger Federer réussit un coup de maître avec son entrée en bourse

Link zum Artikel

Young Boys a épaté tout le monde, à commencer par lui-même

Link zum Artikel

Novak Djokovic a dû attendre de perdre pour être aimé du public

Link zum Artikel

Née qu'avec 8 doigts, Francesca Jones est une pépite du tennis

Link zum Artikel

Lausanne-Sion? Laissez tomber, voici les cinq vrais derbys romands

Link zum Artikel

Les Suisses cartonnent en contre-la-montre, depuis un sacré temps

Link zum Artikel

Yann Sommer est le chouchou des Suisses et voici pourquoi

Link zum Artikel

Il distribuait des beignes mais au fond, il n'était pas si méchant

Link zum Artikel

Les supporters ont-ils attrapé la grosse tête?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Tokyo 2020

Aux JO de Tokyo, une blague sur l'Holocauste provoque un énième scandale

Le responsable de la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques de Tokyo a été démis de ses fonctions à cause d'une blague sur l'Holocauste remontant à plusieurs années.

Et un scandale de plus autour des Jeux Olympiques de Tokyo, qui débutent ce vendredi 23 juillet. «Nous avons appris que lors d'une performance artistique passée, Kentaro Kobayashi, le responsable de la cérémonie d'ouverture, avait usé d'un langage moqueur au sujet d'un fait historique tragique», a déclaré à la presse la présidente de Tokyo 2020, Seiko Hashimoto.

Plusieurs autres dirigeants du comité d'organisation des JO ont dû démissionner, suite à des prises de paroles scandaleuses, notamment:

(ats/jch) …

Lire l’article
Link zum Artikel