DE | FR

Il monte sur le podium avec le «Z» de l'armée russe sur la poitrine

Un gymnaste russe a suscité de vives réactions samedi. Ivan Kuliak a arboré le symbole des troupes russes sur un podium qu'il partageait notamment avec un Ukrainien.
06.03.2022, 10:3807.03.2022, 06:39

Ivan Kuliak a revendiqué les attaques de son pays en Ukraine en affichant sur le podium de l'épreuve des barres parallèles le «Z» de l'armée. La scène s'est déroulée samedi à Doha, au Qatar, lors d'une manche de la Coupe du monde de gymnastique artistique. Le Russe a formé ce signe distinctif à l'aide de ruban adhésif.

La lettre «Z» est peinte sur les chars, les véhicules blindés et les véhicules de transport russes impliqués dans l'invasion de l'Ukraine. Elle signifie «pour la victoire».

Ce qui a beaucoup fait réagir, c'est que Kuliak s'est trouvé sur le podium au côté d'un Ukrainien, le vainqueur de l'épreuve Illia Kovtun.

Ancien champion du monde chez les juniors, Kuliak, âgé de 20 ans, a effectué son service militaire l'année dernière. Il risque une suspension et/ou une amende de la part de la Fédération internationale de gymnastique.

(jcz)

Thèmes
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Wawrinka: «Je sais que je retrouverai mon niveau, j'en suis sûr!»
Passée la déception de son élimination au premier tour de Roland-Garros, Stan Wawrinka évoque ses hésitations, sa nervosité, ses faiblesses du moment. Mais sa certitude absolue de tout surmonter. Interview.

Vous avez disputé un premier set de rêve avant de vous effondrer progressivement. Que s'est-il passé?
STAN WAWRINKA: C'était un bon premier set, c'est sûr, mais lui (réd: Corentin Moutet) n'était pas vraiment dans le coup. Je ne peux pas cacher que cette défaite est dure à accepter. C'est toujours une déception de perdre au premier tour d'un Grand Chelem. Mais c'est la réalité du moment. C'est la réalité du joueur que je suis aujourd'hui. Voilà où j'en suis, tout simplement. Je le savais avant de jouer ce match.

L’article