DE | FR
image: twitter

Zemmour s'est fait virer d'un terrain de foot par le frère de Zidane

Le candidat d'extrême-droite à la présidentielle française a été expulsé d'un terrain de foot en salle à Marseille, dans le complexe géré par Zinédine Zidane. C'est le frère de la star qui a mis à la porte le politicien, accusé d'instrumentaliser le lieu pour sa campagne.
02.04.2022, 22:2603.04.2022, 09:11
Team watson
Team watson
Suivez-moi

Eric Zemmour n'était pas le bienvenu samedi dans le complexe sportif marseillais «Z5» construit et dirigé par Zinédine Zidane. Alors qu'il avait chaussé ses crampons et revêtu maillot et short, le candidat d'extrême droite à la présidentielle française a été chassé du terrain après quelques passes par le frère du légendaire Zizou, Noureddine Zidane, qui gère également le site.

Vidéo: watson

Le problème n'est pas que Zemmour – en campagne dans les Bouches du Rhône samedi – ait eu envie de tâter le cuir sur ce terrain de 5 contre 5 couvert ou qu'il ait violé la propriété (le terrain aurait été réservé dans les règles par un membre de son parti, Reconquête). Mais c'est la présence des caméras, non annoncée, qui a gêné Nourredine Zidane et ses collègues. Ils ne souhaitaient pas que le site soit instrumentalisé politiquement.

Ce n'est pas la première fois qu'Eric Zemmour connaît un déplacement compliqué à Marseille dans le cadre de sa campagne présidentielle. En novembre, il avait échangé un doigt d'honneur avec une passante, immortalisé par d'autres badauds. (yog)

18 personnes qui jouent les petits anarchistes

1 / 20
18 personnes qui jouent les petits anarchistes
source: reddit
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Un ours se fait calmer par deux cochons

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Procès du 13-Novembre: «Les victimes ne voulaient du mal à personne»
Le procès des attentats du 13-Novembre 2015 s'est poursuivi ce lundi, avec la prise de parole des avocats des familles des victimes. Une plaidorie collective qui a pris une forme totalement inédite.

«Nous allons donc vous présenter autre chose, une autre forme de plaidoirie, inédite, à laquelle ont participé une centaine d'avocats»: les mots de maître Frédérique Giffard, avocat indépendant, face à la cour d'assises spéciale de Paris, ce lundi.

L’article