DE | FR

Hamilton-Verstappen, un conflit inévitable?

Lewis Hamilton a remporté dimanche le Grand Prix de F1 de Grande-Bretagne et s'est rapproché de Max Verstappen au classement général. Les deux rivaux ont eu un accrochage, qui a fait sortir le Néerlandais de la piste. De quoi envenimer leur relation, étonnamment cordiale jusqu'à présent.
19.07.2021, 19:0020.07.2021, 15:16
Suivez-moi

Lewis Hamilton s'est imposé dimanche sur le circuit de Silverstone. Le Britannique a du même coup remporté le 99e Grand Prix de sa carrière. Surtout, il a recollé au classement général en revenant à huit points du leader, Max Verstappen. Sur le bitume anglais, le duel entre les deux hommes – qui dominent outrageusement la saison après dix courses – a pris une autre tournure. Ils ont eu un accrochage dans un virage à la fin du premier tour.

Résultat: le bolide de Verstappen est parti en tête-à-queue puis est allé s'écraser contre la rambarde. Le Néerlandais a dû abandonner. Il a été transporté à l'hôpital pour des contrôles, d'où il est sorti indemne en fin de soirée déjà.

Verstappen tweete sa colère

Mais l'actuel leader du championnat du monde était furieux. Il l'a fait savoir sur Twitter.

«Je suis très déçu de m'être fait sortir comme ça. La pénalité donnée à Lewis n'est pas suffisante pour punir sa conduite dangereuse»
Max Verstappen, sur Twitter

Max Verstappen a donc condamné le comportement au volant de son grand rival. Les commissaires de course lui ont donné raison: ils ont estimé qu'Hamilton était fautif et lui ont infligé dix secondes de pénalité, après la suspension de la course pendant une demi-heure. Le Néerlandais s'est aussi offusqué de l'attitude de l'Anglais au moment de fêter son succès:

«Voir ces célébrations alors que j'étais encore à l'hôpital, je trouve cette attitude irrespectueuse et antisportive»
Max Verstappen, sur Twitter

Après la course, le directeur de l'écurie Red Bull Christian Horner a pris la défense de son poulain, en qualifiant la conduite d'Hamilton dans ce virage de «pilotage sale». Le Britannique a lui aussi pris la parole, pour se dédouaner de la responsabilité de l'accident: «J'essaie toujours de prendre des précautions, en particulier avec Max (Verstappen) qui est très agressif (sur le circuit). J'étais complètement à côté de lui, et il ne m'a pas laissé de place.»

Tout roulait entre les deux

Bref, les deux meilleurs pilotes du championnat du monde ne sont pas allés manger ensemble ce dimanche soir. Et pourtant, leur relation était très loin d'être délétère il y a peu encore. Dans leurs déclarations médiatiques, les deux hommes avouaient un respect mutuel, voire une admiration.

«Nous nous entendons très bien. Nous savons que nous sommes au coeur d’une lutte pour le titre. Il veut aller chercher son huitième titre et je veux aller décrocher mon premier. Certaines personnes affirment que lorsque vous vous battez pour le titre, vous devez vous rentrer dedans. Je ne vois pas ça comme ça. J’aime faire la course avec Lewis. On se donne toujours de l’espace».
Max Verstappen à propos de sa relation avec Lewis Hamilton, dans le magazine L'Automobile le 8 juillet 2021

Le 2 mai dernier, après la victoire d'Hamilton au Grand Prix du Portugal, le Néerlandais reconnaissait que «vu la façon dont Lewis a gagné parfois des courses très piégeuses, comme en Turquie l'an dernier, (...) il est définitivement l'un des meilleurs de l'histoire.»

Lewis Hamilton (à gauche) n'a pas montré de retenue au moment de fêter sa victoire dimanche soir à Silverstone.
Lewis Hamilton (à gauche) n'a pas montré de retenue au moment de fêter sa victoire dimanche soir à Silverstone.image: keystone

Verstappen avait aussi déjà fait part de sa certitude quant au fair-play de son rival: «J'ai toute confiance en bataillant contre Lewis, nous nous laissons toujours suffisamment de place.» Et le pilote de Mercedes de rendre le compliment, dans la foulée: «Je confirme. C'est une question de respect. Nous sommes tous les deux durs mais justes. C'est ce qui fait les belles courses et les grands pilotes. Je pense que nous allons rester à la limite mais propres.»

Entre les mains d'Hamilton, il y a bel et bien un volant et non une boule de cristal. Sa prophétie a pris fin ce dimanche à Silverstone. Et finalement, c'est logique.

La relation entre Max Verstappen (à droite) et Lewis Hamilton, ici au Grand Prix de France en juin dernier, risque de se détériorer.
La relation entre Max Verstappen (à droite) et Lewis Hamilton, ici au Grand Prix de France en juin dernier, risque de se détériorer. image: keystone

Grosse concurrence sur le paddock

Les fortes rivalités de l'histoire de la F1 sont là pour nous rappeler que ce sport laisse peu de place à l'amitié. L'Anglais, sept fois champion du monde, l'avouait lui-même en 2014:

«En Formule 1, tu peux compter tes amis sur les doigts d'une main. Nico (Rosberg) ne fait pas partie des cinq amis que j'ai, et je ne suis pas parmi les siens»
Lewis Hamilton, en 2014

Le natif de Stevenage évoquait son lien cordial, à ce moment, avec son coéquipier chez Mercedes – mais rival – Nico Rosberg. Mais la courtoisie entre les deux as du volant n'a pas duré. En 2016, à la lutte pour le titre mondial, les deux pilotes s'étaient accrochés à seulement deux mois d'intervalle sur les circuits du Grand Prix d'Espagne et de celui d'Autriche. Cette même année, Rosberg avouait alors au quotidien anglais The Guardian, sans détour: «Notre rivalité nous empêche aujourd’hui d’être amis».

En 2014, l'ancien pilote canadien Jacques Villeneuve se désolait du manque d'hostilité entre Rosberg et Hamilton: «Ce que vous voulez voir, ce sont des rivalités et des luttes. Des gars fâchés de ne pas avoir gagné.»

Les tweets de Max Verstappen dimanche nous ont donné un petit indice: la relation qu'il entretient avec Lewis Hamilton risque bien de prendre cette direction.

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles

Des icebergs de l'Antarctique, en images

1 / 12
Des icebergs de l'Antarctique, en images
source: ap mod / cpl phil dye raf
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Le président du Barça ne vaut pas mieux que les clubs qu'il méprise
Joan Laporta mène un combat acharné contre Manchester City et le PSG en raison de leurs dépenses inconsidérées. Mais le patron du FC Barcelone n'agit pas différemment.

Et ça n'en finit plus... De nouvelles offensives sont envisagées sur le marché des transferts. Au bord de la faillite il y a un an avec une dette de 1,35 milliard d'euros, le FC Barcelone convoite maintenant Bernardo Silva, le milieu de Manchester City, pour environ 55 millions d'euros. Ce nouveau renfort (après Lewandowski, Koundé, Raphinha, Kessié et Christensen) porterait les dépenses de cet été à plus de 200 millions d'euros. Contre des rentrées de 25,5 millions.

L’article