DE | FR
Sion disputera un match de la peur à Genève ce mercredi 22 avril.

Image: Keystone/Shutterstock

Le FC Sion joue sa place, mais comment gagner un match de la peur?

Les Valaisans disputent un nouveau duel couperet ce jeudi soir à Genève. Comment se préparer pour un match qui peut tout faire basculer? Témoignages d'anciens joueurs.



Le duel de la peur

⚽ Servette FC - FC Sion

📅📍Jeudi 22 avril à 18h15, au Stade de Genève.
🔥Enjeu: Sion est dernier de Super League avec six points de retard sur le 9e et actuel barragiste, le FC Vaduz. Les Valaisans ont toutefois un match de moins que les Liechtensteinois. Mais si la troupe de Tourbillon perd ce jeudi soir à Genève, elle mettrait un pied en Challenge League. Il ne lui resterait plus que six matchs pour faire son retard et sauver sa place en première division. Une situation bien différente pour Servette, qui accrocherait la 2ème place en cas de victoire contre Sion.

Les larmes pour les uns, le soulagement et la liesse pour les autres. Le genre de scène vue des milliers de fois en sport, au terme de matchs de haute importance. Les spectateurs du stade de la Charrière à La Chaux-de-Fonds y ont assisté le 21 mai 2006. Ce jour-là, le FC Sion vient de gagner 3-0 contre Neuchâtel Xamax en match retour du barrage promotion/relégation entre la Super League et la Challenge League. Les Valaisans retrouvent leur place dans l'élite en même temps qu'ils envoient les Neuchâtelois en seconde division, après 33 ans de présence au plus haut niveau.

Alexandre Rey attriste apres la defaite de Neuchatel contre Sion 0 : 3, lors de la rencontre de football du match de barrage de Super League - Challenge League entre le FC Neuchatel Xamax et le FC Sion , ce dimanche 21 mai 2006 au stade de la Charriere a La Chaux-de-Fonds. (KEYSTONE/Sandro Campardo)

Alexandre Rey, ancien attaquant de Xamax, en larmes après la défaite des Neuchâtelois contre Sion, qui les a condamnés à la relégation. KEYSTONE

Alexandre Rey était sur la pelouse, du côté des vaincus. Comme tous les Xamaxiens, l'ancien attaquant de la Nati garde des mauvais souvenirs de cette journée. Même s'il concède, avec du recul, que cette défaite et la relégation qui en a découlé étaient «logiques». Parce que Xamax n'était tout simplement pas à la hauteur pour rivaliser avec les Sédunois. Au niveau du mental, notamment. «On était dans une spirale négative, se remémore Alexandre Rey. On avait enchaîné les défaites, il y avait des problèmes extra-sportifs autour du club et nous étions exilés loin de notre stade [la nouvelle Maladière était en travaux].»

Des entraîneurs à la communication «couillue»

Pour préparer ce match – pourtant si important – le coach de l'époque, Miroslav Blazevic, n'avait rien mis en place de particulier. Ce qui n'était pas forcément un problème pour Alexandre Rey. «La motivation, tu l’as ou tu l'as pas. Un entraîneur seul n'arrive pas à te la donner», tranche le Valaisan. Même s'il reconnaît que certains techniciens ont plus d'aptitudes que d'autres à motiver leurs poulains et leur enlever la pression négative avant les matchs de la peur. «Celui qui a vraiment réussi à toucher ma fibre, c’est Gérard Castella. Il savait amener ce petit plus», avoue l'ex-attaquant champion de Suisse avec Servette en 1999, sous la houlette du Genevois.

Le nouvel entraineur du Servette FC Gerard Castella, lors de la rencontre de la Coupe de Suisse de Football, 32eme de finale, entre de FC Servette et le FC La Sarraz-Eclepens a la Sarraz ce dimanche 21 septembre 2008. (KEYSTONE/Dominic Favre)

Gérard Castella s'occupe désormais de la formation des jeunes footballeurs à Young Boys. KEYSTONE

Coéquipier d'Alexandre Rey à Neuchâtel entre 2003 et 2005, Xavier Margairaz se souvient d'un entraîneur en particulier capable de transcender ses joueurs dans les moments importants: Bernard Challandes. Le Vaudois a joué sous les ordres du coach loclois en équipe de Suisse M21 et au FC Zurich. Avec quelques souvenirs cocasses. «On devait affronter la France. Pour nous motiver, Challandes est venu dans le vestiaire avec un coq en porcelaine. Il l'a brisé en morceaux devant tous les joueurs, rigole Xavier Margairaz. Une autre fois, avant un match de Ligue des Champions contre le Milan AC, il nous a passé un morceau de La Scala.»

FC Zuerich head coach Bernard Challandes, center, replaces midfielder Xavier Margairaz, left, with midfielder Almen Abdi during the UEFA Champions League Group C soccer match between Switzerland's FC Zurich and France's Olympique de Marseille at the Letzigrund Stadium in Zurich, Switzerland, Wednesday, October 21, 2009. (KEYSTONE/Patrick B. Kraemer)

Xavier Margairaz (à gauche), sous les ordres de Bernard Challandes (au centre), pendant un match du FC Zurich contre Marseille en Ligue des champions, en 2009. KEYSTONE

Des méthodes originales et décalées que n'utilisaient pas forcément Kevin Schläpfer sur le banc du HC Bienne. Mais le coach seelandais savait lui aussi gonfler à bloc le moral de ses troupes avant les grosses échéances. Et notamment deux barrages de promotion/relégation LNA/LNB en 2009 et 2010, à chaque fois remportés contre Lausanne, lors de l'ultime duel de la série. «Avec lui, c'était: ‹Hey les gars, maintenant c'est du sérieux, il faut mettre les burnes sur la table!›», se marre Kevin Lötscher, qui portait le maillot seelandais à cette période. L'ancien hockeyeur haut-valaisan se rappelle de Schläpfer comme d'un coach capable de créer l'union sacrée dans le vestiaire. «A Bienne, nous étions tous comme des frères», s'enthousiasme l'ex-attaquant de l'équipe de Suisse.

Le but décisif de Kevin Lötscher contre Lausanne lors de l'ultime match en 2010

abspielen

Vidéo: YouTube/100%Bieler

Etat d'esprit positif

Dans ces matchs de la peur, il y a tout à perdre sportivement. Malgré la forte pression, Kevin Lötscher aimait ces moments:

«L'enjeu me boostait, j'étais prêt à tout exploser sur la glace, dans le bon sens du terme. C'est pour ces moments qu'on joue au hockey. On est en groupe, soudés et bienveillants les uns envers les autres»

Kevin Lötscher

Comme l'ancien hockeyeur, Alexandre Rey arrivait à faire diparaître sa boule au ventre une fois sur le terrain. «Je la ressentais la nuit avant ces matchs couperet», se remémore-t-il, «mais dès que je pénétrais sur la pelouse, elle partait.» Sans doute la marque des grands compétiteurs, capables de transformer une atmosphère pesante en énergie positive et en rage de vaincre. Pour gérer ses émotions, le Valaisan s'isolait souvent dans les douches avant les parties. Il avait aussi un petit rituel, histoire de se mettre en confiance: «A la fin de l'échauffement, je tirais dans le but vide pour marquer. Je rentrais aux vestiaires seulement quand le ballon était dans les filets», rigole l'ex-buteur.

Aussi impliqué que possible mais aussi détaché que nécessaire

Bien se conditionner avant ces matchs cruciaux, se mettre dans sa bulle, rester focus. Oui, mais pas que. Paradoxalement, pour bien préparer une échéance importante, il faut aussi savoir oublier l'enjeu qu'elle revêt. Xavier Margairaz et Alexandre Rey le savent bien. Ils ont disputé ensemble le barrage contre la relégation que Xamax a gagné face à Vaduz en 2004.

La victoire de Xamax au match aller du barrage contre Vaduz en 2004

Vidéo: RTS

Le club de la Maladière venait de vivre une saison très difficile sportivement. Mais il avait, contre toute attente, évité la culbute directe en Challenge League, grâce à une meilleure fin d'exercice. «On est davantage performant quand on n'a plus rien à perdre, analyse Xavier Margairaz. On avait déjà un pied et demi en Challenge League, alors ce barrage s'apparentait à la cerise sur le gâteau». Alexandre Rey complète:

«On abordait ces deux matchs contre les Liechtensteinois avec confiance, puisqu'on restait sur des bonnes prestations. Cet état d'esprit a joué un grand rôle dans notre sauvetage»

Alexandre Rey

La capacité d'évacuer la pression est primordiale. Elle peut se faire en parlant d'autre chose que du sport avec les coéquipiers, en arrivant relativement tard au stade pour ne pas être paralysé par la situation, en écoutant de la musique dans le vestiaire. Tout est finalement question d'équilibre: être suffisamment conscient du caractère décisif de ces matchs couperet pour trouver la motivation de se surpasser, en étant assez détaché pour ne pas être tétanisé par l'enjeu. Ce week-end, hockeyeurs biennois et footballeurs sédunois devront trouver ce bon équilibre pour ne pas se mettre dans une situation périlleuse (Sion) ou définitive (pour Bienne, en cas de défaite). Et retrouver l'envie de gagner, plutôt que la peur de perdre.

Plus d'articles sur le sport

Marco Odermatt a signé un contrat qui pourrait changer sa vie

Link zum Artikel

Il y a 20 ans, un Romand changeait la face du football portugais

Link zum Artikel

Il rejoue en Premier League... dix ans après son dernier match

Link zum Artikel

River Plate a les mêmes problèmes qu'une équipe de 5e ligue

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

Faire payer les autographes? La mauvaise idée de Genève-Servette

Link zum Artikel

Le cheval vainqueur n'aurait pas mangé que des céréales

Link zum Artikel

Il profite de son passage à la télé pour chambrer le LHC

Link zum Artikel

«Les épaules musclées, ça fait trop mec»

Link zum Artikel

Eden Hazard a-t-il manqué de respect au Real Madrid?

Link zum Artikel

Lewis Hamilton fait-il semblant d'avoir peur?

Link zum Artikel

Comment les réseaux sociaux se sont retournés contre les sportifs

Link zum Artikel

Les stars du foot ont peur dans le mur et ça peut leur coûter cher

Link zum Artikel

Pourquoi le Covid peut ruiner la carrière de Federer et Nadal

Link zum Artikel

Alexia, transgenre: «Je ne suis pas une menace pour mes adversaires»

Link zum Artikel

Les petites combines des cyclistes pour gruger en toute impunité

Link zum Artikel

Une copine de hockeyeur en colère: «No 25, tu es un gros dégueulasse»

Link zum Artikel

Ces entraîneurs de foot qui ont craqué

Link zum Artikel

Au FC Sion, un président qui s'éclate et des joueurs qui s'en fichent

Link zum Artikel

Courageux et touchants: huit coming out qui ont marqué le sport suisse

Link zum Artikel

Pourquoi les footballeurs sont-ils nuls quand on les change de poste?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Xtreme de Verbier

1 / 7
Xtreme de Verbier
source: keystone / valentin flauraud
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles sur le sport

Marco Odermatt a signé un contrat qui pourrait changer sa vie

Link zum Artikel

Il y a 20 ans, un Romand changeait la face du football portugais

Link zum Artikel

Il rejoue en Premier League... dix ans après son dernier match

Link zum Artikel

River Plate a les mêmes problèmes qu'une équipe de 5e ligue

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

Faire payer les autographes? La mauvaise idée de Genève-Servette

Link zum Artikel

Le cheval vainqueur n'aurait pas mangé que des céréales

Link zum Artikel

Il profite de son passage à la télé pour chambrer le LHC

Link zum Artikel

«Les épaules musclées, ça fait trop mec»

Link zum Artikel

Eden Hazard a-t-il manqué de respect au Real Madrid?

Link zum Artikel

Lewis Hamilton fait-il semblant d'avoir peur?

Link zum Artikel

Comment les réseaux sociaux se sont retournés contre les sportifs

Link zum Artikel

Les stars du foot ont peur dans le mur et ça peut leur coûter cher

Link zum Artikel

Pourquoi le Covid peut ruiner la carrière de Federer et Nadal

Link zum Artikel

Alexia, transgenre: «Je ne suis pas une menace pour mes adversaires»

Link zum Artikel

Les petites combines des cyclistes pour gruger en toute impunité

Link zum Artikel

Une copine de hockeyeur en colère: «No 25, tu es un gros dégueulasse»

Link zum Artikel

Ces entraîneurs de foot qui ont craqué

Link zum Artikel

Au FC Sion, un président qui s'éclate et des joueurs qui s'en fichent

Link zum Artikel

Courageux et touchants: huit coming out qui ont marqué le sport suisse

Link zum Artikel

Pourquoi les footballeurs sont-ils nuls quand on les change de poste?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Marco Walker, grand vainqueur de la short list

Le Soleurois est le nouvel entraîneur du FC Sion. Sa particularité? Coacher en cuissettes, même en hiver. Et ce n'est pas une faute de goût, selon une spécialiste de la mode.

«C’est un bel homme!» tranche d'entrée Emmanuelle Chaussinand, conseillère en image et styliste sédunoise. «Il a de beaux yeux et un bon look, il me fait penser à Alain Delon.» De son propre aveu, la Valaisanne n'est pas une grande fan de football. Mais si elle se décide à aller à Tourbillon voir un match quand les stades seront rouverts au public, elle y verra Marco Walker.

Le Soleurois est le nouvel entraîneur du FC Sion depuis mardi. Il succède à Fabio Grosso, limogé il y a dix jours. Il …

Lire l’article
Link zum Artikel