DE | FR
Maîtrise, élégance, vision: Gavi a déjà tout d'un grand.
Maîtrise, élégance, vision: Gavi a déjà tout d'un grand. Image: keystone

L'autre vainqueur de la Ligue des nations est un ado de 17 ans

Titulaire deux fois avec l'Espagne, alors qu'il n'avait jusque-là disputé que 7 matches en pro avec le Barça, «Gavi» émerge comme l'une des plus belles promesses du foot mondial.
11.10.2021, 11:4911.10.2021, 17:18
Suivez-moi

La première mi-temps de France-Espagne venait de se terminer dimanche, le score était encore de 0-0, mais le scénario disait autre chose. La Roja avait le pied sur le ballon et la main sur le jeu. Surtout, elle avait Gavi.

«N'oubliez pas son nom. Il est très, très prometteur»
Robert Pirès, consultant sur M6, à la mi-temps de France-Espagne

Le milieu de terrain espagnol avait régalé pour sa 2e sélection seulement avec la Roja. La suite allait être moins réjouissante pour la pépite (défaite 2-1), mais rien n'est venu gâcher la formidable impression laissée par ce pur produit de la Masia, le célèbre centre de formation catalan.

Intelligent, technique, élégant et autoritaire, Pablo Martin Paez Gavira, dit «Gavi», avait déjà été éblouissant face aux Italiens mercredi, dans un stade (San Siro) qui impressionne et face à des adversaires non moins spectaculaires (il évoluait dans la même zone que le trio sur lequel Mancini a bâti le sacre de la Squadra Azzurra cet été: Barella, Jorginho et Verratti). L'adolescent avait quitté le terrain avec des statistiques folles: 89% de passes réussies, dont 94% dans le camp adverse.

Gavi a laissé une trace sur la pelouse milanaise (en demi-finale comme en finale) autant que dans l'esprit des observateurs. Mais ils sont encore peu nombreux à connaître le prodige. Présentation. ⤵️

Il a refusé une offre mirobolante à 16 ans

Le natif de Los Palacios y Villafranca, en Andalousie, est passé par le Betis avant de rejoindre le centre de formation du FC Barcelone à l'âge de 11 ans. Il a très vite grandi jusqu'à sa première titularisation avec l'Elite cet été. Mais son chemin aurait pu être bien différent. La radio espagnole Cadena SER a révélé qu'une équipe britannique, dont le nom n'est pas cité, aurait offert un salaire de 5 millions d'euros au joueur alors qu'il n'avait que 16 ans. Un contrat que Gavi a poliment décliné, préférant poursuivre son apprentissage chez les blaugranas.

Il est ambidextre

Gavi se distingue par une aisance du pied droit comme du pied gauche.

Une caractéristique rare au plus haut niveau, aperçue chez des joueurs comme Santi Cazorla, Camel Meriem, David Villa, Diego Forlan, Ousmane Dembélé, Pavel Nedved ou encore Cristiano Ronaldo.

Il a dépoussiéré un record

À 17 ans et 62 jours, Gavi est devenu, mercredi dernier face à l'Italie (2-1), le plus jeune joueur à porter le maillot de l'équipe d'Espagne. «C'est totalement anormal d'avoir un footballeur avec sa personnalité et ce jeu à 17 ans. Il joue comme s'il était dans son salon», lui a rendu hommage Luis Enrique.

L'adolescent lors de sa première convocation.
L'adolescent lors de sa première convocation.Image: Keystone

Le record de précocité était détenu par Angel Zubieta depuis 1936: il avait disputé un match amical à 17 ans et 284 jours contre la Tchécoslovaquie à Prague.

Son numéro (9) est le fruit du hasard

C'est une anecdote que raconte L'Equipe dans son édition du 6 octobre et qui permet de comprendre pourquoi Gavi, qui joue au milieu de terrain, porte le numéro 9.

«En équipe nationale, les numéros de maillots sont octroyés selon le nombre de sélections, rapporte le quotidien français. Le joueur le plus capé, qui est toujours le capitaine, choisit le sien, puis c'est au tour du 2e, et ainsi de suite, jusqu'au petit nouveau, qui prend le maillot qu'il reste. Luis Enrique n'ayant pas convoqué de pur avant-centre dans sa liste, personne n'a choisi le 9, et c'est ainsi que Gavi a endossé ce maillot.»

Verratti est son modèle

Gavi admire les qualités de Marco Verratti, et ce sera bientôt réciproque.

L'élève et le maître mercredi.
L'élève et le maître mercredi.Image: Keystone

C'est pourtant à un ancien barcelonais que le jeune andalou est le plus souvent comparé. Sa vision du jeu et sa capacité de percussion rappellent furieusement Andres Iniesta, le vrai Ballon d'or 2010, que Luis Enrique avait un jour érigé au rang de «patrimoine de l'humanité».

Il est parti pour rester

Selon le quotidien catalan Sport, les dirigeants du FC Barcelone auraient décidé de blinder l'avenir de leur numéro 30, dont le contrat (assorti d'une clause libératoire de 50 millions d'euros) expire en 2023. «L'objectif serait de le prolonger autant que la loi concernant les joueurs mineurs le permet, soit jusqu'en 2026, et dissuader les potentiels prétendants avec une clause estimée à 500 millions d'euros», annonce le journal, cité par Footmercato. Des contacts informels auraient déjà été établis avec son agent Iván de la Peña.

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Les plus jeunes hooligans d'aujourd'hui ont à peine 10 ans
Le responsable anglais de la sécurité dans les stades révèle de nombreuses arrestations impliquant des enfants, auteurs de violences et de trafics divers: armes, drogue, fumigènes.

Si certains fans de football commencent à aimer le ballon rond dès leur plus jeune âge, c'est visiblement aussi le cas des hooligans, ces soi-disant supporters qui, sous prétexte de soutenir une équipe et défendre des armoiries, sèment la violence dans les stades et aux abords de ceux-ci. C'est le constat dressé par The independent, qui cite des cas d'enfants âgés de dix ans arrêtés pour hooliganisme.

L’article