DE | FR
Alvaro Morata célébrant son but dans les prolongations du huitième de finale gagné par l'Espagne contre la Croatie.
Alvaro Morata célébrant son but dans les prolongations du huitième de finale gagné par l'Espagne contre la Croatie. image: keystone

Alvaro Morata, le besogneux incompris

Malgré des prestations honorables à l'Euro, l'attaquant de la Roja doit faire face à l'hostilité de son propre public. Un statut qui changerait à coup sûr si le joueur de la Juve était décisif mardi soir en demi-finale contre l'Italie.
06.07.2021, 06:0006.07.2021, 18:22
Suivez-moi

Le 28 juin, Alvaro Morata est devenu le meilleur buteur espagnol en phase finale de championnats d'Europe, à égalité avec Fernando Torres (cinq goals). Il a égalé ce record en inscrivant de manière superbe le quatrième but ibérique contre la Croatie, en huitième de finale (5-3). Avec 21 buts en 45 sélections, l'avant-centre de la Juventus présente un très bon bilan. Seul David Villa a un meilleur ratio avec la Roja. Et pourtant, Alvaro Morata n'est pas aimé dans son pays.

Le bijou de Morata contre la Croatie

La cause? Son manque d'efficacité présumée devant le but adverse. Une partie du public le lui a fait savoir lors des trois matchs de la phase de poule. A Séville, le natif de Madrid a été conspué au moment d'être remplacé contre la Suède. Il a aussi été sifflé lorsqu'il est sorti contre la Pologne, malgré son but. Rebelote avant d'affronter les Slovaques, à l'échauffement. Une triste première pour un international ibère. Certains internautes ont aussi dérapé sur les réseaux sociaux. Touché, l'attaquant a fait part de son mal-être à la radio Cadena Cope:

«Je n'ai pas dormi après le match contre la Pologne. J'ai reçu des menaces de mort et de violentes insultes (...) qui visaient également mes enfants et ma famille. Je vais bien, mais peut-être qu'il y a quelques années je me serais effondré»
Alvaro Morata, lors d'une interview pour la radio espagnole Cadena Cope

Pour tenir le coup, Alvaro Morata (28 ans) a bénéficié du soutien du psychologue de la Roja, qui l'avait déjà aidé à surmonter sa phobie de l'avion.

La presse espagnole a également sèchement critiqué le joueur de la Juve après le 0-0 initial de la Roja contre la Suède, notamment pointé du doigt à cause d'une grosse occasion ratée. Le Mundo Deportivo interpellait directement le malheureux avec un titre aussi explicite qu'accablant: «Qu'as-tu fait, Morata?»

Une partie des journalistes ibères a toutefois défendu le numéro 7 de leur sélection, en reconnaissant ses qualités. C'est le cas de Miguel Angel Toribio, éditorialiste du célèbre quotidien sportif Marca. Il écrivait au sujet de Morata que «son dévouement, son engagement et son travail sont indiscutables, tout comme ses mouvements sans le ballon dont profitent ses coéquipiers.»

Manque de réalisme compréhensible

Paradoxalement, c'est cette forte implication qui peut expliquer le manque de réalisme de l'Ibère et les critiques qui en découlent. «Morata est victime du jeu voulu par le sélectionneur Luis Enrique», analyse l'ancien footballeur pro d'origine espagnole Carlos Varela. «Le coach lui en demande beaucoup: être à gauche, à droite, défendre. Morata applique les consignes, parce que c'est un bon soldat. Mais avec une telle débauche d'énergie, c'est normal d'avoir une perte de lucidité devant le but, à cause de la fatigue.»

Et malheureusement pour l'attaquant de la Juventus, prêté par l'Atlético Madrid, l'Espagne n'est pas l'Angleterre: un simple pressing sur le porteur du ballon est sujet à une standing ovation au pays des fish and chips, mais n'est qu'anecdotique dans celui des tapas. Où les beaux gestes et le spectacle mettent nettement plus l'eau à la bouche des fans que le travail de l'ombre.

Malgré l'hostilité de son propre public contre lui, Morata avait osé tirer un pénalty - raté – contre la Slovaquie en phase de poule.
Malgré l'hostilité de son propre public contre lui, Morata avait osé tirer un pénalty - raté – contre la Slovaquie en phase de poule. Image: keystone

Attentes démesurées

Extrêmement gâtés par un football champagne – servi par les artistes Xavi, Iniesta, Puyol, Ramos, Torres ou Villa – et des résultats exceptionnels ces dernières années (deux Euros en 2008 et 2012 et une Coupe du monde en 2010), ces supporters ont en plus des exigences très élevées. Trop, selon Carlos Varela. L'ancien milieu de Servette, Young Boys et Xamax, entre autres, l'a fait remarquer avec humour lors d'une interview qu'il a accordée à des journalistes espagnols:

«Ils ont des attentes semblables à celles d'il y a huit ans, quand l'Espagne survolait le football mondial. Je leur ai dit: "Vous êtes des malades!"»
Carlos Varela, ancien milieu de terrain de Super League

Les déboires de Morata avec le public ne datent pas du début de l'Euro. Début juin, l'attaquant de la Roja avait déjà eu droit à des chants hostiles lors d'un match de préparation contre le Portugal, au Wanda Metropolitano, le stade de son club, l'Atlético Madrid – qui a prêté le joueur jusqu'en juin 2022 à Turin. Pour Carlos Varela, le natif de la capitale est victime de la frustration générale. «Dès le départ, l’Espagne n’était pas euphorique avec son équipe, rembobine l'ex-scout de Servette. Les fans ne voulaient pas de Sarabia, beaucoup étaient fâchés de ne voir aucun joueur du Real Madrid dans l'effectif. La grogne s'est accentuée après les deux premiers matchs ratés. Et le public espagnol n'a pas de patience.»

Mais il peut se montrer rancunier, et Alvaro Morata est une cible idéale: l'avant-centre a porté les maillots des deux grands ennemis de Madrid, le Real et l'Atlético. Ce qui lui a valu de subir l'opprobre des deux publics. «En passant d'un club à l'autre, il a perdu une partie du soutien», appuie Carlos Varela, suiveur attentif du football outre-Pyrénées.

Soutien infaillible

Face à cette défiance, Morata a toujours eu le soutien de ses coéquipiers et de son sélectionneur, qui l'ont défendu à plusieurs reprises dans les médias. «Je crois qu'il n'y a pas un seul entraîneur dans le monde entier qui n'admire pas Alvaro Morata, s'extasiait Luis Enrique après la victoire contre la Croatie. Il amène de la supériorité, de la sérénité, il peut dominer le jeu aérien, il peut marquer des buts, il est puissant physiquement.»

La communion entre Alvaro Morata (à gauche) et son sélectionneur Luis Enrique après l'ouverture du score de l'attaquant de la Roja contre la Pologne (1-1).
La communion entre Alvaro Morata (à gauche) et son sélectionneur Luis Enrique après l'ouverture du score de l'attaquant de la Roja contre la Pologne (1-1). Image: keystone

Aux mots, Luis Enrique ajoute les actes: il a titularisé Morata pour tous les cinq matchs disputés jusqu'à présent. Au total, le numéro 7 espagnol a joué 393 minutes. Et même s'il est statistiquement le joueur qui rate le plus d'occasions dans le tournoi, il a déjà inscrit deux buts, à chaque fois importants.

Une chose est certaine: en demi-finale mardi soir, la défense italienne ne sous-estimera pas autant le Madrilène que son propre public. D'autant que la charnière centrale transalpine le connaît très bien: Giorgio Chiellini et Leonardo Bonucci évoluent aussi tous les deux à la Juventus.

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles

Ueli Maurer est un mème

1 / 13
Ueli Maurer est un mème
source: watson
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Le président du Barça ne vaut pas mieux que les clubs qu'il méprise
Joan Laporta mène un combat acharné contre Manchester City et le PSG en raison de leurs dépenses inconsidérées. Mais le patron du FC Barcelone n'agit pas différemment.

Et ça n'en finit plus... De nouvelles offensives sont envisagées sur le marché des transferts. Au bord de la faillite il y a un an avec une dette de 1,35 milliard d'euros, le FC Barcelone convoite maintenant Bernardo Silva, le milieu de Manchester City, pour environ 55 millions d'euros. Ce nouveau renfort (après Lewandowski, Koundé, Raphinha, Kessié et Christensen) porterait les dépenses de cet été à plus de 200 millions d'euros. Contre des rentrées de 25,5 millions.

L’article