DE | FR

Ces footballeurs qui flambent leur argent dans les chevaux de course

Griezmann, Vidal, ou encore Ancelotti, ont monté leur propre écurie. Ils savent que ce sport-là ne leur rapportera pas un sous. Ils ont juste une fièvre de cheval et, selon les témoignages, ils s'identifient totalement à l'animal.
19.01.2022, 19:0120.01.2022, 07:23

Arturo Vidal a réalisé son rêve et ce n'est pas de déposer un nouveau tacle sur la cheville de Ronaldo; bien que ce ne serait pas de refus, dit-il volontiers. Grâce à la fortune amassée au Bayern et au Barça, le footballeur a monté sa propre écurie de course. Il a retapé un haras à San Clemente, au Chili, auquel il a donné le nom optimiste de «Il Campione» et où il élève des dizaines de poulains.

Arturo Vidal dans son haras au Chili.
Arturo Vidal dans son haras au Chili.

Tout le monde connaît depuis longtemps la passion d'Alex Ferguson pour les bons chevaux et les vieux Bordeaux (et réciproquement). Mais les footballeurs en activité, jusqu'ici, étaient plutôt rares à goûter la chose hippique. Ils étaient le reflet d'une littérature qui décrit un passe-temps incongru, fait de sadisme spéciste et de cavalcades archaïques, de parieurs cramponnés à leur mégot et de rombières à leurs chapeaux, unis dans une indifférence polie - selon l'expression consacrée, des méthodes cavalières.

Ils sont désormais nombreux, vrais spécialistes, particulièrement notoires: Antoine Griezmann, Javier Pastore, Clément Lenglet, Carlo Ancelotti, M'Baye Niang. Sans oublier le basketteur Tony Parker ou le perchiste Renaud Lavillenie.

Tony Parker a créé l’écurie Infinity Nine Horses, qui lui «procure des sensations uniques».
Tony Parker a créé l’écurie Infinity Nine Horses, qui lui «procure des sensations uniques».

Avant d'intégrer ce milieu, Griezmann n'y était associé en rien (tout au plus, en tenant compte de tous les paramètres, par sa queue de cheval). Le monde des courses a compris qu'il ne plaisantait pas lorsqu'il a acquis un lot de quatre yearlings aux ventes de Deauville, pour la somme totale de 307 000 euros.

«Antoine connaît les aléas du sport de haut niveau et sait à quel point les chevaux sont des athlètes. Lui et son père sont de vrais connaisseurs, capables d'analyser une course comme les spécialistes»
Philippe Decouz, entraîneur de chevaux, dans «Le Parisien»

Phénomène encore plus rare: l'«écurie Griezmann» mêle des trotteurs et des galopeurs, deux mondes qui se côtoient sans se voir. «Avec pour objectif à peine voilé, la dernière ligne droite du Grand Prix de l'Amérique (trot) ou de l'Arc de Triomphe (galop)», affirme France-Info.

Antoine Griezmann possède une dizaine de chevaux. Il pose avec sa «Princesa» sur l'hippodrome de Lyon-Parilly.
Antoine Griezmann possède une dizaine de chevaux. Il pose avec sa «Princesa» sur l'hippodrome de Lyon-Parilly.

Un sport qui coûte cher et qui rapporte rarement

Disons-le: un cheval de course n'est pas à proprement parler un investissement, comme pourrait l'être un resto parisien (Marco Verratti) ou une Bugatti Veyron, 1600 chevaux à elle seule (Cristiano Ronaldo). Très peu de propriétaires deviennent riches. Souvent parce qu'ils le sont déjà. Ceux-ci sont émirs, industriels, marchands d'art. Ils descendent de grandes lignées aristo-hippiques, les al-Maktoum de Dubaï, les Wertheimer de Chanel, les familles royales saoudienne et britannique.

Ce que coûte un cheval de course

Dans les écuries françaises, Il faut compter entre 15 et 30 000 euros de pension annuelle, un forfait qui comprend le gite, le couvert et l'entrainement. Les frais sont facturés en sus (déplacements, soins vétérinaires, ferrage, etc).
Selon une moyenne calculée par France-Galop, un propriétaire peut espérer un retour de 43% sur les montants engagés. Il perçoit, outre des primes et des allocations, quelque 75% des gains en course. Le solde est redistribué à l'entraîneur (14%, dont une part réservée au personnel d'écurie), au jockey (8,5%) et à l'Etat (2,5% de charges sociales et cotisations).
La valeur d'un cheval de course est, en revanche, inestimable. Elle peut varier de 5000 à plusieurs millions d'euros, prix record pour l'étalon américain Fusaichi Pegasus avec 70 millions d'euros.

On peut toujours perpétuer le mythe du propriétaire qui s'endort sur la paille et se réveille dans la ouate. Citer le boulanger de Bellegarde-en-Forez qui a remporté le Jockey Club avec un cheval acheté 10 000 euros. Revoir ces comédies rigolotes et racoleuses où quatre potes possèdent chacun une patte.

«Turf», le film qui fait rire et rêver

Avec Gérard Depardieu, Alain Chabat et Edouard Baer.Vidéo: YouTube/Pathe

Mais la réalité économique est moins champêtre. C'est dire que les footballeurs sujets à une fièvre acheteuse ont conscience d'une certaine ardeur déraisonnable, une fièvre de cheval, dont l'origine ne peut pas être que l'adrénaline: une carrière hippique est un jeu de patience, une suite de précautions fastidieuses, et les cracks courent beaucoup moins souvent (mais plus assidument) que Leo Messi.

Ceux qui fréquentent les hippodromes français confirment l'arrivée d'une nouvelle élite de propriétaires en tweed Adidas, discrète et passionnée. Tous n'en comprennent pas les motivations premières, mais ils les devinent profondes et sincères.

«Ces footballeurs ne sont pas là pour frimer dans les paddocks, ça se voit tout de suite»
Un jockey lyonnais

On dit que les champions se reconnaissent entre eux, qu'ils «se repèrent d'entre mille, au premier coup d'œil, dans un gala de charité», comme le racontait joliment Andre Agassi. Peut-être est-ce là le lien invisible entre un footballeur champion du monde et un yearling bien né, quand les regards injectés de sang se croisent et se toisent au détour d'une garden-party à Deauville.

«Les sportifs se rendent compte que le cheval est un vrai athlète, comme eux. Ils voient ce que l'animal subit à l'entraînement et s'identifient à lui. Ils partagent les mêmes valeurs d'abnégation», témoigne Lionel Charbonnier, ancien gardien remplaçant de la France 1998 et propriétaire précoce de galopeurs, cité par «Le Monde». De la projection au mimétisme, il n'y aurait donc qu'un pas, un rapprochement naturel, un reflet narcissique.

«Les chevaux ont une carrière qui ressemble à la nôtre, avec les mêmes entraînements, les mêmes blessures, les mêmes aléas»
Loïc Perrin, ancien joueur emblématique de Saint-Etienne, dans «20 Minutes» France

Voilà comment un vilain garçon comme Arturo Vidal en vient à astiquer les chevilles de Ronaldo (notamment) dans l'espoir que ses efforts paient et lui offrent la clé des champs. De beaux et grands champs de courses.

Ce cascadeur traverse un minibus roulant à 80 km/h

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La raison du bandage de Benzema à chaque match
Depuis trois ans et demi, l'attaquant du Real Madrid Karim Benzema porte un bandage à la main droite. Ce sera encore le cas en finale de Ligue des champions contre Liverpool (samedi 21 h 00). Et ce n'est pas du tout par superstition.

Son talent est tellement éblouissant qu'on n'a pas le temps ni l'envie de regarder autre chose chez Karim Benzema que son football. Mais les fins observateurs auront sans doute remarqué une particularité chez l'avant-centre du Real Madrid et de l'équipe de France: il joue tous ses matchs avec le poignet et la main droits bandés, depuis plus de trois ans.

L’article