DE | FR
Des fans de Young Boys ont vandalisé un train CFF lors de leur retour de Lugano samedi soir.
Des fans de Young Boys ont vandalisé un train CFF lors de leur retour de Lugano samedi soir. image: keystone

Des hooligans détruisent un train, le foot suisse n'a aucune solution

Des fans de Young Boys ont vandalisé leur train spécial samedi soir, de retour de Lugano où leur équipe a perdu. Autorités, CFF, présidents de clubs: les acteurs du foot suisse sont démunis contre ce type de violence. Les solutions manquent cruellement.
09.05.2022, 18:5209.05.2022, 19:00
Suivez-moi

Un train-train depuis une vingtaine d'années, malheureusement. Samedi soir, des fans de Young Boys ont démoli des wagons d'un convoi CFF qui les ramenaient à Berne depuis Lugano, où leur équipe s'était inclinée un peu plus tôt.

C'est le dernier épisode en date d'une fâcheuse et longue série en Suisse. Il confirme que le pays n'a de loin pas encore trouvé le moyen d'endiguer le hooliganisme lié au sport. «Nous sommes depuis plusieurs années en discussion avec les clubs, la Ligue et les Autorités, dans le but de trouver des solutions à cette problématique et nous allons intensifier encore nos discussions ces prochaines semaines», explique le porte-parole des CFF pour la Romandie, Jean-Philippe Schmidt, dont les propos dévoilent autant les efforts consentis que leur manque d'efficacité pour l'instant.

Le communicant confirme aussi que l'ex-régie fédérale a déposé plainte contre les individus qui ont massacré le convoi spécial samedi soir. Et on la comprend: les déprédations des fans de sport lui coûtent entre 200 000 et 300 000 francs par année.

Capuches et zones de non-droit

En plus des sièges brûlés ou lacérés, des vitres brisées, des poubelles désossées et autres parois taguées, ces comportements nauséabonds font d'autres victimes. Directes, comme le personnel dans ces trains spéciaux, parfois menacé physiquement et incendié verbalement. Indirectes, aussi: les contribuables et les usagers des CFF, dont les impôts et les billets de transport financent ces frais supplémentaires. Mais surtout les clubs, qui passent à la caisse et subissent des dégâts d'image considérables.

Train-train hebdomadaire.
Train-train hebdomadaire. image: keystone

Au contraire, les coupables s'en sortent paradoxalement souvent très bien. Comme ceux de samedi, qui ont pu quitter sans autre complication leur convoi une fois arrivés à Berne, selon Blick. Cette impunité s'explique, primo, parce qu'il est difficile d'identifier ces vandales quand ils agissent en groupe et cachent leurs visages sous des capuches ou derrière des masques.

Ensuite, ils voyagent sans aucune escorte policière depuis 2018, date à laquelle la police des transports a déserté les trains spéciaux, «notamment pour des raisons financières», d'après la RTS. Depuis, ces déplacements sont encadrés par des responsables de supporters, censés prévenir les débordements de leurs pairs. Ironie du sort, l'initiative – certes louable, mais qui a montré ses limites – a été mise sur les rails par Young Boys en 2011.

Jean-François Collet, président de Neuchâtel Xamax et ancien vice-président de la Swiss football league, déplore l'absence de présence policière, tout en reconnaissant son impuissance face à la violence de ces supporters. «Qu'est-ce que vous voulez faire avec des personnes qui ont des comportements de psychopathes?», soupire le boss de la Maladière.

«Il y a des zones de non-droit, comme certains secteurs dans les stades, où il est extrêmement difficile d'intervenir. Pour contenir les gros débordements, il faudrait une intervention davantage musclée des forces de l'ordre»
Jean-François Collet, président de Neuchâtel Xamax

Mais il l'avoue, en agissant de la sorte, il y a aussi un risque d'escalade de la violence: «Imaginez s'il y avait un mort à cause d'une intervention policière due à quelques simples sièges arrachés...»

Pipeau et omerta

Collet, autrefois à la tête du Lausanne-Sport avant de prendre les rênes xamaxiennes, n'a jamais eu à souffrir de déprédations de masse des fans de ses clubs dans leurs trains spéciaux. Le Vaudois s'estime heureux, ayant «la chance de discuter avec des représentants de supporters à l'écoute et avec qui on peut collaborer». Mais il plaide pour de plus lourdes sanctions. «Les simples interdictions de stade, c'est du pipeau. On pourrait imaginer des peines privatives de liberté pour ce genre d'infractions.» Son homologue sédunois Christian Constantin appuie:

«Avec la loi anti-hooligans actuelle, tu commets un délit, tu vas chez un juge, il te tire les oreilles et tu recommences le lendemain. Sans discipline, il n'y a pas d'ordre»
Christian Constantin, président du FC Sion
Art abstrait, Suisse, 21<sup>e </sup>siècle.
Art abstrait, Suisse, 21e siècle. image: keystone

Le président neuchâtelois ne veut pas faire de généralités sur le comportement des fans, mais il regrette l'omerta qui règne dans le milieu ultra.

«Les fans ne se dénoncent pas entre eux. Si l'un d'eux commet quelque chose de grave, les autres ne nous le diront pas, même s'ils sont en désaccord avec son comportement. C'est donc très dur de trouver les coupables et d'améliorer la situation»
Jean-François Collet

Des filous et de la raclette

Forcément, face à ces impasses, une idée radicale vient en tête: fermer tout court les secteurs visiteurs, histoire d'éviter les déplacements des supporters adverses et les problèmes qui vont avec. «On y a pensé un temps», admet Jean-François Collet. «Mais quand ils étaient fermés pour quelques matchs à cause du Covid à la fin de l'année dernière, on a vu que les ultras se déplaçaient quand même et se regroupaient dans les tribunes principales.»

Et même quand ils n'ont pas accès au stade, certains fans visiteurs se rendent à ses abords ou en ville, où la situation – encore moins sous contrôle que dans les enceintes – peut aussi dégénérer.

Et quid de mettre un terme aux convois spécialement affrétés pour les fans? Impossible, selon le porte-parole des CFF. Pour des raisons légales, mais aussi afin d'assurer la tranquillité des autres passagers.

«Les CFF ont, de par la loi, l'obligation de transporter tout le monde et ne peuvent pas refuser le transport à ces personnes. Néanmoins, pour éviter que ces groupes ne viennent perturber la quiétude des clients réguliers de nos trains, nous mettons en marche des trains spéciaux»
Jean-Philippe Schmidt, porte-parole des CFF

Alors que faire pour calmer les pulsions destructrices des fanas de foot en déplacement? «J'avais essayé d'offrir la raclette aux visiteurs en guise de bienvenue», rembobine Christian Constantin. «Mais ça n'a pas fait diminuer leur violence, alors on a arrêté.»

A défaut de fromage et de patates, la sempiternelle «prévention» résonne comme un mantra. Mais peut-être a-t-on déjà laissé passer le train?

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles

23 situations que personne n'aimerait vivre chez soi

1 / 25
23 situations que personne n'aimerait vivre chez soi
source: reddit
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Pourquoi les tortues se giflent-elles ?

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Renoncer au Mondial pour un accouchement: louable ou indéfendable?
Roman Josi ne disputera pas le Championnat du monde de hockey, qui débute ce samedi pour la Suisse (15h20 contre l'Italie), car sa femme attend leur deuxième enfant. Une décision que son équipe accepte mais que d'autres fustigent.

On a appris jeudi que Roman Josi, l'un des meilleurs joueurs de l'équipe de Suisse, ne prendrait pas l'avion pour le Championnat du monde en Finlande (du 13 au 29 mai) afin de rester auprès de sa femme Ellie Ottaway. Celle-ci attend le deuxième enfant du couple pour le mois de juin.

L’article