DE | FR
La biathlète norvégienne Ingrid Landmark Tandrevold a dû être prise en charge par les médecins.
La biathlète norvégienne Ingrid Landmark Tandrevold a dû être prise en charge par les médecins.image: keystone
Jeux olympiques

Elle fait un malaise à l'arrivée et doit rentrer chez elle «le coeur brisé»

La biathlète norvégienne Ingrid Landmark Tandrevold a dû être prise en charge par les médecins, dimanche au terme de la poursuite dames. Son équipe a décidé de la retirer des Jeux par mesure de précaution.
14.02.2022, 08:1714.02.2022, 12:12

Les images sont terribles et laissent craindre le pire. Lors des derniers mètres de la poursuite dames de biathlon, dimanche à Pékin, une athlète se déplace comme au ralenti, chacun de ses coups de bâton semblant nécessiter un effort au-delà du supportable.

Cette athlète, c'est la Norvégienne Ingrid Landmark Tandrevold, triple championne du monde de relais et trois fois médaillée individuelle aux Championnats du monde. Ce jour-là pourtant, son corps la lâche. Elle termine 14e et manque de s'évanouir sitôt la ligne franchie.

Tandrevold ne tient plus sur ses jambes et s'effondre. Une attitude souvent visible à l'arrivée des épreuves de fond. Mais c'est bien plus sérieux cette fois. Plusieurs personnes se précipitent autour d'elle afin de lui venir en aide. Les médecins sont obligés de la porter pour l'évacuer de l'aire d'arrivée.

«C’est l’une des pires images que j’ai jamais vues», lâche le commentateur-star de la chaîne nationale, Andreas Stabrun Smith.

Image: EPA

La vainqueure du jour, Marte Olsbu Roeiseland, ne célèbre même pas sa victoire. «Quand j’ai vu Ingrid, j’ai tout de suite paniqué. Le sport est soudainement devenu un peu moins important quand j’ai vu son état», déclare-t-elle à Discovery, dans des propos repris par la NRK.

L'inquiétude, à ce moment précis, vient aussi du fait que quelques jours plus tôt, à l'arrivée du sprint olympique, Tandrevold était apparue exténuée. Elle avait ensuite expliqué ne pas se souvenir de son tir debout. «C’est le genre de chose qui peut arriver lorsque vous êtes en altitude et que vous avez moins d’oxygène», avait souligné la NRK pour expliquer les raisons de ce black-out.

La Scandinave à l'arrivée du sprint.
La Scandinave à l'arrivée du sprint.

Pour préserver la santé de sa championne, l'équipe norvégienne a choisi de retirer Tandrevold des Jeux lundi matin. «En l'état actuel des choses, il a été décidé que je ne serai pas autorisée à parcourir d'autres distances aux Jeux olympiques pour des raisons de santé. Je suis très triste, j'ai le cœur brisé», a déclaré la biathlète lors d'une conférence de presse.

Même si elle aurait préféré rester, les responsables de l'équipe n'ont pas voulu prendre de risques avec sa santé jusqu'à ce que des tests supplémentaires puissent être effectués. «Je n'ai que 25 ans et j'espère avoir de nombreuses bonnes années devant moi. Comme j'ai déjà eu des problèmes cardiaques, nous devons être prudents», a admis Ingrid Landmark Tandrevold, ajoutant qu'elle prévoyait de quitter la Chine dès que possible.

(jcz)

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Le football suisse a encore inventé une formule hallucinogène
Les représentants des clubs ont voté l'introduction des play-off en Super League dès la saison 2023/2024. Un vieux fantasme pour rendre la compétition excitante; mais elle n’en deviendra que plus grotesque.

Ce n’est pas la première fois que le football suisse tente d’acquérir par des subterfuges ce que les meilleurs championnats obtiennent par la force de l’habitude: l'intérêt du public.

L’article