Sport
Tennis

Cet Ukrainien de 98 ans a joué contre Nadal. En exil, il attend Federer

Le joueur de tennis officiellement le plus vieux du monde a dû fuir Kharkiv à 98 ans.
Le joueur de tennis officiellement le plus vieux du monde a dû fuir Kharkiv à 98 ans.

Cet Ukrainien de 98 ans a joué contre Nadal. En exil, il attend Federer

Leonid Stanislavsky approche de la centaine, mais il pratique le tennis toujours aussi intensément. Après avoir fui l'Ukraine, il a tapé quelques balles avec Agnieszka Radwanska en Pologne. Et il rêve de mieux encore.
06.04.2022, 11:4006.04.2022, 12:12
Ralf Meile
Ralf Meile
Ralf Meile
Suivez-moi
Plus de «Sport»

Il figure déjà dans le Guinness Book des records. Mais Leonid Stanislavsky n'accorde probablement pas beaucoup d'importance à cette distinction qui le ramène à son âge et à sa condition de survivant. Le joueur de tennis officiellement le plus vieux du monde a dû fuir Kharkiv à 98 ans, alors que la ville ukrainienne était pilonnée par les bombes russes.

Il aurait voulu y rester jusqu'au départ des troupes de Poutine. Mais il est malentendant, a-t-il expliqué à l'agence Reuters, et souvent, il «n'entend pas les sirènes d'alarme retentir, pas même les bombes tomber».

Radwanska: «Il est toujours en pleine forme»

Il a fui vers un pays plus sûr, la Pologne. Sa fille Tanya, qui avait déjà franchi la frontière, l'a ramené chez elle. A Lublin, dans l'est du pays, le joyeux monsieur a repris la raquette. Il a tapé quelques balles avec Agnieszka Radwanska, 33 ans aujourd'hui, n°2 mondiale à son apogée.

Image
«Ce fut un grand plaisir de rencontrer Leonid, 98 ans. Il est toujours en pleine forme. Je suis très heureuse d'avoir pu réaliser son souhait de jouer avec moi»
Agnieszka Radwanska sur Instagram

Leonid Stanislavski est fier, mais ce n'était pas sa première rencontre avec une célébrité du tennis. En 2021, il a fait quelques échanges avec Rafael Nadal à Majorque, dans l'académie familiale.

Federer et Swiatek pour préparer les championnats du monde seniors

Même à 98 ans, même avec le souffle court, un grand sportif poursuit toujours des objectifs. Leonid Stanislavski a entrepris des démarches pour taper des balles avec Roger Federer et la nouvelle n°1 mondiale Iga Swiatek. Il espère leur offrir une réplique convenable.

Ces «matchs» seraient une préparation idéale pour les Championnats du monde seniors en Floride. La compétition commence fin avril et elle reste le grand objectif de Leonid Stanislavski. Il s'agit davantage de participer que de gagner: l'an dernier, l'Ukrainien a été éliminé au premier tour de la catégorie U90, créée spécialement à sa demande par la fédération internationale de tennis (ITF). Au classement de sa catégorie d'âge, Leonid Stanislavski est classé 56e sur 73 joueurs répertoriés.

Image

Mais l'homme est évidemment moins préoccupé par son slice de revers que par la situation de son pays. «J'ai survécu à la Seconde Guerre mondiale et je survivrai encore à cette guerre», a-t-il fièrement annoncé alors qu'il était encore à Kharkiv. En tant que jeune ingénieur dans l'armée de l'air soviétique, il avait déjà combattu contre l'Allemagne nazie.

«Je n'aurais jamais pensé revivre tout cela. Lorsque Poutine a envoyé ses forces à nos frontières, je n'ai jamais cru qu'il y aurait une invasion à grande échelle. Mais Poutine l'a fait et le massacre est maintenant en cours.» Leonid Stanislavsky espère que la guerre se terminera bientôt. Et qu'il pourra fêter son 100e anniversaire en paix.

Adaptation française: Christian Despont

Un autre joueur de tennis qui n'abandonne jamais 👇

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
L'erreur «stupide» de cette cycliste lui a coûté très cher
Lorena Wiebes pensait avoir gagné l'Amstel Gold Race dimanche. C'est exactement ce qui a précipité sa défaite.

En quelques secondes, dimanche sur l'Amstel Gold Race, Lorena Wiebes est passé du rêve au cauchemar.

L’article