DE | FR
Image: AP Pool Reuters

Novak Djokovic: «Je suis le meilleur»

La trouille au ventre, Novak Djokovic a remporté son 20e titre du Grand Chelem, le sixième à Wimbledon, et postule au statut de meilleur tennisman de l'histoire. Adjugé?
11.07.2021, 18:3412.07.2021, 09:28

C'était une finale sans histoire, sinon celle que Novak Djokovic avait à écrire et qu'il a eu tant de mal à conclure. Mais toute la nervosité du monde, même la volonté puissante de Matteo Berrettini, n'a pu l'empêcher d'accomplir son destin de jeune premier, élevé dans l'adversité et la conscience d'un esprit supérieur, né pour gagner.

À 34 ans, Djokovic réalise l'objectif que lui avait assigné son père vingt années plus tôt: devenir le meilleur. Mais «le meilleur de mon époque», tient-il à préciser:

«Je me considère comme le meilleur. Si je ne l'étais pas, je ne gagnerais pas autant de Grand Chelem. Mais le meilleur de tous les temps, ça, je ne sais pas. Ce n'est pas la même histoire et je laisse volontiers ce débat aux autres. Je l'ai déjà dit, c'est très difficile de comparer les époques. Nous avons des raquettes différentes, une technologie différente, des surfaces et des balles différentes. Je ne veux pas comparer. Mais je suis vraiment honoré d'être au centre de ces discussions»

Avec 20 trophées du Grand Chelem, Djokovic égale le palmarès de Roger Federer et Rafael Nadal. Tous les autres records, ou presque, lui appartiennent déjà. Tandis qu'il postule secrètement au statut de meilleur joueur de l'ère moderne (pour le moins), le débat reprend de plus belle...

De son propre aveux, Djokovic a «commencé à penser au record il y a deux ou trois ans. Avant, ça me semblait un peu inaccessible».

«Je me suis endurci mentalement»

«En quinze ans, j'ai progressé dans tous les domaines. Mais si je ne devais retenir qu'une seule évolution, ce serait ma manière de gérer la pression. Plus vous disputez de grands matchs, plus vous en tirez de l'expérience. Et plus vous avez d'expérience, plus vous avez confiance. Plus vous gagnez, plus vous êtes sûr de gagner... Tout est lié»
Novak Djokovic

Au final, tout le collège des anciens, des experts et des futures mères, s'accordait sur un point:

«Novak est parfois controversé en tant que personne, mais il a absolument tout gagné. On ne retiendra que ça»
Tim Henmansur bbc

Une finale crispée

Car, non, l'histoire ne retiendra pas qu'avant de l'emporter 6-7 (4) 6-4 6-4 6-3 contre Matteo Berretini, Novak Djokovic a eu des moments de stress, des moments de quasi détresse. Personne ne retiendra que pris d'une anxiété soudaine, il a manqué une occasion de conclure facilement le premier set à 5-2, avant de devenir passif et gestionnaire - poltron et velléitaire - et de tout perdre au tie-break.

Matteo Berrettini, d'abord nerveux, a puisé un peu de courage dans la vulnérabilité de son adversaire. Il a ressorti son petit slice, ses grosses frappes croisées, ses épaules bien roulées de baroudeur bodybuildé, et il a remporté le premier set sans trop comprendre comment.

Il était toujours en train de réfléchir que Djokovic menait déjà 4-0 dans la deuxième manche, avec dix bons kilomètres heures de mieux dans ses frappes et un corps moins raide, quelques centimètres de plus dans le terrain.

Mais à 5-2, re-blocage. Djokovic n'a remporté le set que péniblement. Puis il est parti aux vestiaires, là où il a pris l'habitude de se changer en surhomme. Au bout du couloir à gauche, dans des limbes connus de lui seul.

Et pour le coup, c'était fini... Comme à Roland-Garros, comme à Melbourne, comme toujours, le Serbe est revenu des toilettes dans son costume de Super-Djoko, tête haute sur des pectoraux gonflés à bloc, le corps électrisé. Il a brandi une assurance que plus rien ne pouvait ébranler, pas même les coups et les cris de Berrettini.

Novak Djokovic sur le court

«Rafa et Roger sont des légendes de notre sport. Ils sont la raison pour laquelle je suis là aujourd'hui, aussi fort mentalement, techniquement et physiquement. Notre histoire n'est pas encore finie»

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Sex-toy anal aux échecs: «La vérité doit sortir», plaide le champion du monde
Le champion du monde d'échecs, le Norvégien Magnus Carlsen, a ouvertement accusé lundi l'Américain Hans Niemann d'avoir triché. Celui-ci aurait utilisé un sex-toy anal vibrant et activé à distance pour recevoir des informations durant des parties.

La saga Carlsen-Niemann agite le monde des échecs depuis trois semaines: après une défaite surprise contre l'Américain, le Norvégien de 31 ans avait pris la décision inaccoutumée de se retirer de la Sinquefield Cup aux Etats-Unis le 4 septembre.

L’article