DE | FR
Image: EPA

En 2021, le «Covid long» a éteint leurs rêves et épuisé leur organisme

Plusieurs athlètes pratiquant un sport d'endurance ont souffert durant de longs mois des conséquences de leur infection au Covid cette année. Leurs problèmes de santé sont souvent apparus bien après leur infection et par vagues.
23.12.2021, 11:3123.12.2021, 12:16
Rainer Sommerhalder / ch media

La coureuse suisse de demi-fond Selina Rutz-Büchel a manqué les Jeux olympiques de Tokyo l'été dernier en raison de symptômes liés au Covid sur le long terme (Covid long). La rameuse britannique Oonagh Cousins, 26 ans, a connu le même sort. La sauteuse en hauteur Priscilla Loomis, 32 ans, d'Antigua-et-Barbuda, et la canoéiste allemande Steffi Kriegerstein ont également dû renoncer à leurs rêves olympiques en raison des effets insidieux du virus.

Ces quatre athlètes ont plusieurs points communs:

  • Ils n'avaient pas encore la possibilité de se faire vacciner au moment où ils ont contracté le Covid.
  • Les symptômes de la maladie pendant la phase aiguë étaient légers.
  • Ils ont rapidement repris l'entraînement après leur quarantaine afin de préparer les JO.
  • Les problèmes de santé sont souvent apparus plus tard et par vagues.
  • Et il leur a fallu de nombreux mois pour que leur état s'améliore à nouveau durablement.

Il existe même des exemples de sportifs de haut niveau qui, plus d'un an après avoir été infecté, n'ont pas retrouvé leur niveau d'antan. Les femmes sont nettement plus touchées que les hommes.

Le Covid long ne se manifeste toutefois pas plus souvent chez les sportifs que dans la population normale. Grâce à leur système immunitaire généralement bon, ils sont même mieux protégés dans de nombreux cas.

Un peu plus de 10% des personnes atteintes du coronavirus développent des troubles de santé durables.

On compte aujourd'hui près de 200 symptômes différents liés au Covid long. Beaucoup d'entre eux sont encore difficiles à comprendre pour la médecine.

Dans le sport de compétition, les conséquences peuvent être particulièrement graves. Les athlètes concernés ne peuvent plus exercer leur métier, victimes de symptômes comme l'essoufflement, la tachycardie, une extrême fatigue, voire des vertiges et des états d'épuisement, qui touchent pour ainsi dire l'ADN du sportif d'endurance. La rameuse Oonagh Cousins a décrit les effets du Covid long en ces termes: «Déjà le fait de se lever le matin donnait l'impression de gravir une montagne».

La volonté naturelle des sportifs de retrouver le chemin de l'entraînement a souvent un effet contre-productif. En effet, une reprise trop précoce et trop intensive, même après une infection coronarienne bénigne, peut aggraver les symptômes. Traiter ces athlètes de haut niveau devient alors un défi pour les médecins du sport.

Il est de plus en plus clair qu'une vaccination ultérieure est efficace contre la maladie, du moins pour 50% des personnes touchées, selon des études. L'une d'entre elles était Selina Rutz-Büchel. Son histoire est symptomatique de l'évolution du Covid long dans le sport de haut niveau. La jeune femme de 30 ans a appris la nouvelle du test positif le 1er avril. 12 jours plus tard, elle reprenait l'entraînement, accompagnée de légers vertiges et d'une fatigue accrue.

Selina Rutz-Büchel s'entraînait avec les écureuils en avril dernier.
Selina Rutz-Büchel s'entraînait avec les écureuils en avril dernier.Image: Instagram

Elle a néanmoins augmenté son volume d'entraînement en mai. L'athlète de Suisse orientale a alterné les bons et les mauvais jours. En juin, on lui a diagnostiqué une inflammation de la gorge. Le 26 du même mois, elle a été admise aux urgences en raison de forts vertiges. Son rêve de participer aux Jeux olympiques s'est alors définitivement envolé.

Le médecin olympique suisse Patrik Noack recommande dès lors aux sportifs de faire une pause suffisamment longue après une infection virale et de reprendre l'entraînement en douceur. «Il faut écouter son corps et ne pas faire de séances intensives trop tôt. Dans le sport d'élite, il faut être suivi de près par le médecin du sport.» Noack précise que, dans le cas d'un Covid long, les méthodes alternatives telles que la médecine traditionnelle chinoise, les mélanges de micronutriments et autres traitements ont souvent donné de meilleurs résultats que les approches de la médecine traditionnelle.

Patrik Noack avec Jolanda Neff.
Patrik Noack avec Jolanda Neff.

Jolanda Neff a eu plus de chance que Selina Rutz-Büchel. Elle aussi a développé des symptômes de Covid long, comme des maux de tête et une capacité de performance réduite, après son test positif du 18 novembre 2020. Mais son histoire, au moins, s'est terminée par un happy end: la Saint-Galloise est devenue championne olympique à Tokyo l'été suivant!

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles

Ne tentez pas ces sports olympiques chez vous, ça peut mal finir

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
Une sprinteuse suisse dit souffrir des conséquences du vaccin Pfizer
Sarah Atcho est sur la touche en raison d'une péricardite, diagnostiquée quelques jours seulement après avoir reçu une troisième dose de vaccin contre le Covid.

Dans un long message publié sur les réseaux sociaux, Sarah Atcho déroule le fil de l'histoire: le 22 décembre, elle décide de recevoir sa troisième dose de vaccin Pfizer pour ne plus «s’embêter avec ça, une fois la saison commencée». Si elle a choisi Pfizer précisément c'est, dit-elle, parce qu'on lui a dit «qu'il était plus sûr de choisir ce vaccin pour éviter les effets secondaires cardiaques».

L’article