Sport
FC Sion

Christian Zermatten perd un pari et se retrouve au coeur des ultras

Image
Image: Keystone

Christian Zermatten perd un pari et se retrouve au coeur des ultras

L'entraîneur des M21 du FC Sion, souvent appelé sur le banc de l'équipe première, a vécu le match contre Lausanne dans le Gradin Nord, la tribune sulfureuse de Tourbillon. Une première qu'il a adoré. «Certains fans m'ont même invité à boire une bière!»
04.03.2022, 12:0104.03.2022, 12:37
Suivez-moi
Plus de «Sport»

Bonjour Christian, vous avez encore un peu de voix?
Ça va, ça va (il se marre). On n'en a pas toujours après les matches, mais cette fois tout va bien.

Ça veut dire que vous n'avez pas beaucoup chanté dans le Gradin Nord, mercredi contre Lausanne?
Non c'est vrai! Mais c'est parce que je suis un très mauvais supporter-chanteur!

Qu'est-ce que vous faisiez dans le secteur des ultras valaisans? Vous y allez souvent?
Non, c'était même la première fois. J'y ai été parce que j'ai perdu un pari avec un gamin.

Racontez-nous!
Un jeune vient souvent nous encourager lors des matches des M21. La semaine dernière, avant une rencontre face à Bellinzone, il m'a prévenu que si mon équipe perdait, je devais l'accompagner au Gradin Nord «avec les fous», comme il a dit. On s'est incliné 4-1 et j'ai tenu mon pari, j'y suis allé avec lui, en plein milieu des supporters.

Alors, ils sont vraiment fous?
Non, non. Ça s'est très bien passé. J'ai appris ce qu'il s'était passé à Berne (réd: certains supporters du FC Sion ont détruit les toilettes du secteur visiteur) et ça m'a dérangé, presque dégoûté. Mais quand je me suis retrouvé au milieu d'eux, je n'ai pas du tout eu l'impression que la violence venait de ces gars-là. Ce sont des gens qui aiment le foot, ils encouragent le FC Sion, ils chantent, se prennent dans les bras, sautent ensemble. C'est très bon enfant. Je n'ai ressenti aucune agressivité, j'ai même eu du plaisir à les côtoyer.

Avez-vous payé votre billet?
Non, quand même, j'ai une carte de saison!

Que voit-on derrière un but qu'on ne voit pas depuis un banc de touche ou en tribune latérale?
On voit mieux l'aspect tactique, on peut observer comment le bloc équipe évolue, s'il y'a des espaces, quelles sont les intentions de l'adversaire, s'il joue plus court ou plus long et pourquoi. Quand tu es entraîneur, tu aimes bien avoir une vision de la partie depuis derrière un but. D'ailleurs, j'installe souvent une caméra à cet endroit, que ce soit lors des matches officiels ou des confrontations en interne.

Les supporters vous ont-ils reconnu mercredi?
Oui, oui. Il y en a même qui m'ont invité à prendre une bière, mais je ne bois pas beaucoup d'alcool.

Vous n'allez pas me dire que vous n'avez même pas fumé un petit joint pendant le match?
Ah ça non, j'aime encore moins que la bière!​ (il éclate de rire)

Que vous ont dit ceux qui vous ont reconnu? Ils vous ont demandé quand vous alliez reprendre l'équipe?
Mais ça, on me le demande tout le temps! Il ne passe pas une semaine sans qu'on me dise: «Encore un match et puis c'est toi!» Mais ça ne me perturbe pas (il rit).

Le president du FC Sion Christian Constantin, gauche, felicite l'entraineur ad-interim Christian Zermatten, droite, a la fin de la rencontre de football du 2eme tour 1/16 de finale de la Coupe Su ...
«CC» avec «CZ» après un match de Coupe à Lausanne en 2018. Le président du FC Sion appelle souvent Zermatten quand le club n'a plus d'entraîneur.Image: KEYSTONE

Plus sérieusement: Paolo Tramezzani pourrait être suspendu lors des prochains matches. N'allez-vous pas assurer l'interim?
Non, parce que mon objectif, c'est de sauver les M21 de la relégation. On reste sur 2 défaites en 2 matches, c'est chaud et compliqué. Le club a besoin de moi à mon poste, avec les jeunes, et pas «en haut». Pour la première équipe, on peut toujours trouver quelqu'un. Et puis, Christian (réd: Constantin) va très bien.

On imagine que certains fans ont râlé contre le LS, après une mauvaise passe ou une occasion galvaudée. Quand on est coach, qu'on sait à quel point footballeur est un métier difficile, ce n'est pas agaçant d'entendre des critiques?
Je vais vous dire: j'ai eu la chance de suivre des matches dans la tribune principale et maintenant dans le Gradin Nord. Et bien, je préfère les critiques venant des supporters placés derrière le but, car elles sont très brèves et ensuite ça chante. Dans les tribunes latérales, il y a beaucoup de docteurs dont les remarques sont en effet désagréables à entendre. Je me suis d'ailleurs plus excité là-bas que mercredi.

Zermatten (à droite de l'image) en tribune latérale, le 8 novembre 2008 lors d'un match du FC Sion contre Bellinzone.
Zermatten (à droite de l'image) en tribune latérale, le 8 novembre 2008 lors d'un match du FC Sion contre Bellinzone.

Maintenant qu'on se connaît un peu, on peut se le dire: ce match contre Lausanne, il était un peu chiant à regarder, non?
Vous êtes gentil quand vous dites «chiant». Vous auriez pu dire pire encore (il rit)! Oui, c'est clair, ce n'était pas un bon match, mais si on l'a regardé comme un entraîneur, qu'on s'est concentré sur l'aspect tactique, on a vu un LS bien organisé et qui a tenu la route défensivement. Comme Sion est une équipe qui accorde beaucoup d'importance aux bases arrières, ce n'était pas toujours plaisant à regarder, mais c'était tout de même intéressant pour un technicien.

Retournerez-vous dans le Gradin Nord pour les prochains matches?
Pas forcément, parce que je préfère être un peu plus isolé pour mieux analyser. A Tourbillon, je me place souvent derrière le but mais en face, près des supporters visiteurs. Je suis un peu plus anonyme, et je peux davantage me concentrer sur le déroulé de la partie.

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Suisse-Allemagne, c'est aussi un duel entre ces deux titans
Ils sont les métronomes de leur équipe et mènent la Suisse et l'Allemagne à la victoire. Pourtant, Granit Xhaka et Toni Kroos ont des influences parfois différentes. Nous avons comparé ces deux joueurs qui viennent d'une autre planète.

La Suisse contre l'Allemagne. Ou David contre Goliath, du moins en temps normal. Il suffit en effet de s'intéresser aux derniers grands tournois pour comprendre que la Nati est loin d'être un nain. L'Allemagne, elle, a connu des difficultés ces dernières années. Elle a donc poussé un ouf de soulagement lorsque Toni Kroos a annoncé en février qu'il revenait en équipe nationale. Il avait fait ses adieux à sa sélection à l'issue du dernier Euro, et à l'époque, personne ne le regrettait. Du changement avait été demandé, sans qu'on s'aperçoive à quel point il était le moteur de la Mannschaft. Depuis son retour, le visage de l'Allemagne a bien changé. Désormais, tout un pays rêve de remporter le tournoi à la maison. Et en Suisse?

L’article