DE | FR
Mike Maignan a été victime d'insultes racistes dimanche contre la Juventus. Il critique notamment le manque de solidarité et d'empathie des acteurs du football face au racisme.
Mike Maignan a été victime d'insultes racistes dimanche contre la Juventus. Il critique notamment le manque de solidarité et d'empathie des acteurs du football face au racisme. image: capture d'écran instagram

Cible de racisme, le gardien de l'AC Milan critique les instances

Mike Maignan, portier du club lombard, a été victime d'insultes racistes dimanche contre la Juventus. Le Français dénonce l'inaction des autorités du football face à ce fléau.
22.09.2021, 06:5522.09.2021, 16:46
Suivez-moi

On se réjouissait de voir les spectateurs revenir dans les stades européens après les nombreux huis clos causés par la pandémie de Covid-19. Malheureusement, certains supporters ont gardé leurs travers malgré cette longue période d'abstinence. Le gardien de l'AC Milan Mike Maignan en a fait les frais, dimanche, à Turin: il a été victime d'insultes racistes durant son échauffement avant le match contre la Juventus (1-1), proférées par un Tifoso de la Vielle Dame, s'égosillant sans vergogne dans les travées encore très clairsemées.

Manque de solidarité et d'empathie dénoncé

Tard dans la soirée de mardi, le portier français a posté un message sur ses comptes de réseaux sociaux. Non pas pour banalement – mais légitiment – s'offusquer du racisme et de la bêtise de son agresseur, mais pour critiquer l'inaction et l'inefficacité des instances du football – sans préciser lesquelles – face au racisme. Extraits:

«Tant qu'on traitera ces événements comme des «incidents isolés» et que l'on aura pas une action globale, l'histoire est amenée à se répéter, encore et encore et encore»
«Dans les instances, les personnes qui décident savent-elles ce que ça fait d'entendre des insultes et des cris nous reléguer au rang d'animal?»

Mike Maignan a aussi tenu à souligner l'importance du rôle de porte-parole des footballeurs face à ce fléau:

«Je ne suis pas une victime du racisme. Je suis Mike, debout, noir et fier. Tant qu'on pourra donner de la voix pour changer les choses, on le fera»

Les stades italiens sont souvent pointés du doigt à cause d'actes de racisme dans les tribunes. Il y a dix jours, un autre joueur de l'AC Milan – le Français Tiémoué Bakayoko – avait accusé des fans de la Lazio d'être à l'origine de cris racistes envers lui et son coéquipier ivoirien Franck Kessié.

La Juventus réagit aussi

Vendredi dernier, la fédération italienne de football a lancé une enquête sur cet épisode. De son côté, la Juventus a ouvert une procédure pour identifier la ou les personnes qui ont insulté Mike Maignan dimanche dans son enceinte.

Mais dans un passé récent, la ligue et les clubs transalpins ne se sont pas toujours montrés pro-actifs pour lutter contre le racisme. En septembre 2019, Cagliari n'avait pas eu la moindre sanction malgré des cris de singe pourtant parfaitement audibles de certains de ses tifosi adressés à Romelu Lukaku, alors attaquant de l'Inter Milan. Le Belge, qui avait dénoncé ces agissements, n'avait pas davantage pu compter sur le soutien de ses propres supporters.

Quelques jours plus tard, Franck Kessié subissait les mêmes attitudes nauséabondes de quelques fans de l'Hellas Vérone, que le club vénitien avait tout simplement niées.

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles

La prof de yoga vaudoise qui a le plus beau bureau du monde

1 / 7
La prof de yoga vaudoise qui a le plus beau bureau du monde
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Les plus jeunes hooligans d'aujourd'hui ont à peine 10 ans
Le responsable anglais de la sécurité dans les stades révèle de nombreuses arrestations impliquant des enfants, auteurs de violences et de trafics divers: armes, drogue, fumigènes.

Si certains fans de football commencent à aimer le ballon rond dès leur plus jeune âge, c'est visiblement aussi le cas des hooligans, ces soi-disant supporters qui, sous prétexte de soutenir une équipe et défendre des armoiries, sèment la violence dans les stades et aux abords de ceux-ci. C'est le constat dressé par The independent, qui cite des cas d'enfants âgés de dix ans arrêtés pour hooliganisme.

L’article