DE | FR
djokovic us open amour public

Le numéro un mondial a reçu beaucoup d'amour des tribunes de l'US Open, malgré sa défaite, dimanche en finale contre Medvedev. Image: Keystone

Pourquoi aime-t-on autant les perdants?

Le public n'a jamais trouvé Novak Djokovic aussi génial que depuis sa défaite en finale de l'US Open. Avant lui, des champions battus comme Martina Hingis (en 1999) ou Raymond Poulidor (toute sa carrière) ont fait chavirer les foules. C'est bien simple: on dirait qu'on adore les losers.

Julien Caloz
Julien Caloz



Fabien Ohl, vous êtes sociologue du sport à l’Université de Lausanne. Dites-nous: pourquoi aime-t-on autant les perdants?
Je vous rassure: on aime aussi les gagnants! Mais ce qui nous fascine dans le sport, ce sont les récits: les difficultés à surmonter les épreuves et les échecs, à envisager les réussites, à rebondir.

La vie, en quelque sorte.
Exactement. Le sport est une narration de nos propres vies. Or, nos parcours ne sont pas toujours simples. On doit trouver des stratégies pour faire face à l'adversité, relever des défis qui ne sont pas gagnés d'avance. Tout ceci, on le projette sur les trajectoires des athlètes.

Si le public s'identifie autant aux failles des athlètes, comment expliquer qu'il admire des champions hyper dominateurs dont il n'arrivera jamais à reproduire le geste?
Parce que les narrations sont très diverses et parfois contradictoires. On peut apprécier un athlète pour ses qualités sportives, mais sa popularité dépendra aussi de ce qu'il représente pour nous. Or, les parcours ardus, les trajectoires sinueuses fascinent davantage que les progressions linéaires faites par des sportifs dont on dit qu'ils sont des «machines».

Ce côté mécanique dans la performance, c'est le reproche que le public a souvent fait au numéro un mondial actuel.
Oui, c'est pour cela qu'il trouve Djokovic plus humain et sympathique après sa défaite. Car elle nous ramène à nous, et permet des identifications plus faciles.

Les perdants ont leur compte Twitter, leur série télé et leur bouquin

Sur tous les supports, des amoureux du sport rendent hommage aux losers, ces héros malheureux dont la défaite avec panache vaut parfois plus qu'une victoire sans éclat. Le compte Twitter de l'autoproclamée «Fédération française de la lose» (238 000 abonnés quand même) les recense chaque jour avec une ironie mordante. Récemment, une série Netflix de 8 épisodes (intitulée «Losers») a aussi témoigné de son attachement aux perdants magnifiques, alors que le journaliste Laurent-David Samama leur a consacré un livre: «Éloge de la défaite».

La popularité dont jouit Djokovic sera-t-elle durable?
Je pense que oui. Parce qu'il s'est très bien comporté dans la défaite, en étant respectueux de son adversaire et fair-play. Il a montré à la fois son humanité et sa fragilité. Je pense qu'on l'appréciera aussi parce qu'il devra surmonter de nouvelles épreuves, et parce que sa fin de carrière coïncidera avec celle du trio qu'il composait avec Federer et Nadal. Il incarnera la fin d'une époque.

C'est terrible pour lui, non? On lui a dit pendant des années qu'il devait se battre pour devenir le meilleur, et ce n'est qu'en perdant qu'il devient soudain plébiscité.
Certes, mais il n'y a pas de lien direct entre le fait d'être le meilleur et celui d'être aimé. Le public, bien sûr, aime les gagnants, mais il aime aussi la manière de triompher, le chemin qui mène au succès.

Bild

Fabien Ohl

Avec le temps et la progression de ses adversaires, «Djoko» peut se glisser dans la peau de l'outsider. C'est le genre de personnage dont le public raffole, non?
Tout à fait. Parce qu'on est plus souvent outsider que leader. Le leader, il n'y en a par définition qu'un seul; tous les autres essaient de faire des exploits, de progresser. Ça ressemble quand même un peu plus à nos vies ordinaires.

Perdre en finale d'un Majeur, à un match d'un double exploit (Grand Chelem calendaire et 21e titre), était-ce le seul moyen pour Novak Djokovic d'être aimé?
Il fallait sans doute ce type d'évènement pour que les Suisses trouvent plus de proximité avec le personnage. On l'admirait pour ses qualités de joueur, mais il y avait de la retenue, peu de passion et d'affection.

Sans rancune 😘

Plus d'articles sur le sport

Les footballeurs ne supportent plus d'être remplacés

Link zum Artikel

«Roger Federer pourrait revenir dès l'Open d'Australie»

Link zum Artikel

Le jour où Lionel Messi a refusé de laisser sa place

Link zum Artikel

Petkovic: «La méfiance de l'ASF a été difficile à accepter»

Link zum Artikel

Costaud, un peu fou, la Suisse a son nouveau patron de Coupe Davis

Link zum Artikel

Netflix entretient le mystère autour de Michael Schumacher

Link zum Artikel

Pour les sportifs, un petit joint ne fera bientôt plus de mal

Link zum Artikel

Berne était le Bayern du hockey, désormais il ressemble à Ajoie

Link zum Artikel

La Nati est virée du jeu FIFA, mais qui la pleure vraiment?

Link zum Artikel

Roger Federer réussit un coup de maître avec son entrée en bourse

Link zum Artikel

Young Boys a épaté tout le monde, à commencer par lui-même

Link zum Artikel

Novak Djokovic a dû attendre de perdre pour être aimé du public

Link zum Artikel

Née qu'avec 8 doigts, Francesca Jones est une pépite du tennis

Link zum Artikel

Lausanne-Sion? Laissez tomber, voici les cinq vrais derbys romands

Link zum Artikel

Les Suisses cartonnent en contre-la-montre, depuis un sacré temps

Link zum Artikel

Yann Sommer est le chouchou des Suisses et voici pourquoi

Link zum Artikel

Il distribuait des beignes mais au fond, il n'était pas si méchant

Link zum Artikel

Les supporters ont-ils attrapé la grosse tête?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Novak Djokovic a dû attendre de perdre pour être aimé du public

Le Serbe a vécu la pire défaite de sa carrière, la nuit dernière en finale de l'US Open contre Daniil Medvedev (6-4 6-4 6-4), mais il a enfin obtenu l'amour et la reconnaissance d'un public qu'il a passé sa vie à tenter de séduire. «L'amour des spectateurs, leur soutien, je m'en rappellerai toute ma vie», a-t-il remercié.

Novak Djokovic a pleuré après sa défaite en trois sets en finale de l'US Open contre Daniil Medevev, et ce n'était pas seulement parce que le Russe venait de le priver d'un double exploit: réussir le Grand Chelem calendaire et devancer Federer et Nadal au nombre de Majeurs remportés (21).

Non, si le No 1 mondial n'a pu retenir ses larmes, c'est surtout parce qu'il a ressenti pour la première fois quelque chose qui lui a toujours échappé, et dont le manque l'a toujours affecté: l'amour du …

Lire l’article
Link zum Artikel