DE | FR
Bild

Les meilleur(e)s ne veulent plus jouer au tennis dans ces conditions

Peu d’argent, peu de points, aucune distraction: les stars snobent le tournoi de Miami, et ce n'est pas fini.



Personne ne s'est risqué à des lamentations obscènes sur sa rémunération ou son plateau-repas. Assez sagement, ils ont déclaré forfait pour des raisons familiales (Djokovic), personnelles (Kyrgios) et médicales (Nadal, Federer, Williams). Ou parfois sans raison (Thiem).

La réalité est bien plus subtile, comme nous le glisse un agent et organisateur de tournoi:

«Les forfaits à Miami sont révélateurs d'un non-dit. Les meilleurs n’ont plus envie de jouer dans ces conditions, pour si peu de bénéfices et de plaisir»

«Si la situation devait durer un an de plus, la moitié des tournois fermerait boutique»

Il n'y a pas d'argent 💵

A Miami, les vainqueurs homme et femme recevront chacun 300 000 dollars, dont 39% seront prélevés à la source. Il y a deux ans, Roger Federer était reparti avec un chèque de 1,35 million de dollars (avant impôts).

Quelques autres exemples récents:

Novak Djokovic of Serbia poses with the Norman Brookes Challenge Cup in the locker room, Monday Feb. 3, 2020 after winning the men's singles final against Dominic Thiem of Austria at Australian Open tennis championship in Melbourne, Australia. (AP Photo/Clive Brunskill,Pool)

Pour le vainqueur de l'Open d'Australie, il y avait également une coupe, une casquette et un sac de sport. Image: AP GETTY IMAGES POOL

Elina Svitolina, 20 millions de gains en carrière, a reconnu les faits avec une sincérité confondante:

«Pendant toutes ces années, nous avons été gâtées. Ce n'est vraiment pas facile de s'adapter. Quand on est fatiguées, on aurait tendance à zapper les tournois»

Chez les hommes, la vérité est sortie de la bouche d'un gredin de 21 ans, Denis Shapovalov, symbole d'une génération qui manifeste un rapport décomplexé à l'argent:

«Je suis persuadé qu’il y aura beaucoup de forfaits parce que le prize money est trop faible. Ce n’est pas motivant, pas assez pour jouer toutes les semaines»

Denis Shapovalov, la réalité en face.

Denis Shapovalov enjoint l'ATP «à trouver rapidement une solution». Mais à moins de résoudre à elle seule la question du péril sanitaire mondial, l'institution faîtière ne pourra rien y changer: sans public, les tournois perdent 45% de leurs revenus (billetterie, hospitalité, produits dérivés), auxquels il faut ajouter une ristourne aux sponsors et aux télévisions.

Shapovalov est bien présent à Miami mais il l'avoue encore: le but du jeu est moins d'honorer une réputation flatteuse que des engagements contractuels. «Sans la pression de mes sponsors, je ne jouerai plus. Et j’ai l’impression que de nombreux gars feraient pareil», a-t-il cafeté.

Il n'y a pas de points 🧮

Une certaine classe prolétarienne a encore remarqué qu'elle ne gagnait rien à travailler plus. Présenté comme une aide d'urgence, le nouveau classement ATP (attribution des points sur une période plus étirée) favorise les rentes de situation.

«J'ai joué une finale de Grand Chelem, la finale du Masters, j'ai gagné deux tournois. Federer n'a pas joué pendant une année entière et il est devant moi au classement»

Alexander Zverev

Alexander Zverev félicite l'ATP.

En juillet 2020, face aux risques d'annulation et de fermeture des frontières, l'ATP a instauré un mode de calcul basé sur 22 mois au lieu de 52 semaines. Ce système (a priori équitable) présente l'inconvénient de récompenser grassement les activités de la période pré-Covid, en particulier les dominations du deuxième trimestre 2019.

De son côté, même en roulant les œufs dans les prairies de Lenzerheide (GR), Roger Federer est assuré de préserver son capital (6630 points) au moins jusqu'en mai. Pourquoi irait-il rouler sa bosse à Miami?

Il n'y a pas de distraction 🥳

Par dessus tout, de nombreux joueurs ne veulent plus de cette vie de forçats, incarcérés dans des chambres d'hôtel qu'ils ne peuvent quitter que sous escorte atrabilaire, pour quelques pas dans un court grillagé, avec des journées qui se réduisent à l'attente jubilatoire d'un plateau-repas déposé devant la porte. «A Melbourne, des agents de sécurité faisaient des rondes dans les couloirs, témoigne une joueuse dans The Athletic. Ces bulles sanitaires, avec des quarantaines à l'aller et au retour, sont devenues inhumaines».

Comprenez-vous que les joueurs de tennis en aient marre?

«J'arrive, je prends un peu d'argent et je pars au tournoi suivant. Je fais mon boulot»

Benoît Paire

Benoît Paire au boulot.

Et pourtant, certains n'arrêtent pas de jouer...

Trois membres du top dix ne ratent pas une occasion de se distinguer, et en tirent des avantages substantiels: Daniil Medvedev est désormais No 2 à l'ATP, Alexander Zverev va devancer Roger Federer dans moins de dix jours, et Andrey Rublev a remporté quatre tournois ATP 500 depuis la reprise de septembre.

«Culturellement, les joueurs russes prennent l'argent quand il est là. Difficile de leur donner tort»

Un agent

Plus tard, sinon bientôt, la réalité du terrain rappellera également les sédentaires à la question cruciale, non moins pénible, de la forme physique et des réflexes techniques. Ceux qui ont choisi le home office seront-ils encore dans le coup?

Plus d'articles sur le sport

Ils ont été si bons que les fans adverses ont fini par les ovationner

Link zum Artikel

Dominic Stricker, êtes-vous le prochain Roger Federer?

Link zum Artikel

Au FC Sion, un président qui s'éclate et des joueurs qui s'en fichent

Link zum Artikel

Courageux et touchants: huit coming out qui ont marqué le sport suisse

Link zum Artikel

Face au Covid, une Suisse à deux vitesses se profile

Link zum Artikel

Obsédés par le but, les attaquants en deviennent égoïstes et hargneux

Link zum Artikel

Keylor Navas est-il le meilleur gardien du monde?

Link zum Artikel

Le taekwondo fait un carton auprès des petites filles

Link zum Artikel

Ces habitudes que le coureur de Sierre-Zinal se réjouit de reprendre

Link zum Artikel

Pourquoi les footballeurs sont-ils nuls quand on les change de poste?

Link zum Artikel

Vers un «surplus» de joueurs étrangers en Swiss League?

Link zum Artikel

Le top 6 des frasques de Lara Gut-Behrami

Link zum Artikel

Le Canadien de Montréal a toujours déchaîné les passions

Link zum Artikel

Les petites combines des cyclistes pour gruger en toute impunité

Link zum Artikel

Les cambriolages, fléau du football français

Link zum Artikel

On pourra rejouer au foot pour de vrai... mais avec un masque

Link zum Artikel

Fayot, salaud ou intello, quel type d’entraîneur pour le FC Sion?

Link zum Artikel

L'argent s'apprête à couler dans la vallée du Rhône

Link zum Artikel

Les gens cool pourront bientôt surfer à Sion beach

Link zum Artikel

Les présidents de club sont toujours plus jeunes

Link zum Artikel

Mathématiquement, Federer est relégué. Mais qui aime les maths?

Link zum Artikel

Pour jouer au foot, ces Romands bravent la police et le Covid

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Et si vous nous racontiez votre première année Covid?

Link zum Artikel

Quel skieur es-tu ?

Link zum Artikel

Les gouvernements vont-ils devoir payer pour leur insouciance climatique?

Link zum Artikel

«Les notes vocales, c'est un truc d'égoïste»

Link zum Artikel

Sortir de nos canapés a fait du mal à Netflix

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Le shaker

Des pilules, des fringues, des briques et la Corée du Nord

Vous avez enfin retrouvé votre chargeur égaré sous le lit? Pas de panique: voici une gorgée d'infos essentielles pour ne pas avoir l'air de débarquer à l'apéro.

En tout cas pas au Parlement aujourd'hui: les jeunes femmes vont devoir continuer à payer plein pot leur(s) moyen(s) de contraception. La proposition du socialiste valaisan Mathias Reynard demandait un remboursement total des contraceptifs, mais également des consultations chez le gynécologue. Bref, se protéger a (encore) un prix. Et après on se demande pourquoi les jeunes ne font plus autant l'amour qu'avant.

Ah: et on vous a dit que l'Arkansas vient d'adopter une loi interdisant l'avortement …

Lire l’article
Link zum Artikel