DE | FR
Bild

«Tout va très vite dans le football», qu'ils disaient

Edinson Cavani et Unai Emery ont mis une grosse claque à tous ceux qui n'en voulaient plus, en qualifiant leur équipe pour la finale de la Ligue Europa. Ce sera donc Manchester United-Villareal, le 26 mai en Pologne.

Julien Caloz
Julien Caloz



C'est quoi le réveil musculaire?

La principale actualité de la nuit commentée tous les matins à 7 heures tapantes, avec juste ce qu'il faut de mouvements d'humeur et d'exercices de style. On finit avec des petites infos croustillantes pour s'ouvrir l'appétit.

C'était un beau soir pour les revanchards; le genre de personnages que l'on voit beaucoup au début du film et qui revient dans les dernières scènes avec un couteau entre les dents, prêt à émincer ses adversaires façon basquaise.

Bild

Ne lui donnez jamais un maillot de foot. Image: Shutterstock

On espérait voir Cavani en cuisine, et on n'a pas été déçus: le Matador, que certains Parisiens avaient renommé le «Mata dort» (vous avez le jeu de mots?) sur la fin de son aventure en France, a planté deux pions sur la pelouse de l'AS Rome et ainsi, assuré la qualification de Manchester United en finale de la Ligue Europa (6-2 à l'aller; 2-3 au retour).

L'attaquant uruguayen, souvenez-vous, avait été écarté du onze parisien pour faire de la place à Mauro Icardi. Le journaliste Nabil Djellit n'a pas oublié. Il rappelle ce matin cette statistique, un brin moqueur: «Cavani, c'est quatre buts en deux rencontres; Icardi quatre ballons touchés en deux rencontres».

Le meilleur buteur parisien de l'histoire (200 réussites en 301 matches) n'avait pas été prolongé la saison dernière. Il avait quitté le Parc des Princes par la petite porte, sans hommage ni remerciements, fâché par ce qu'il estimait être un manque de respect des dirigeants. Il s'était tu pendant quatre mois, puis on l'avait retrouvé sous un autre maillot, mais avec les mêmes attitudes, ses longs cheveux bruns détachés, ses foulées, le torse bombé et ce sens intact du but. Villareal a tout à craindre.

Unai Emerit

Car ce sont les Espagnols qui se sont qualifiés dans l'autre demi-finale, en verrouillant le score sur la verte pelouse d'Arsenal (où Xhaka s'est blessé à l'échauffement; plus d'infos dans la journée).

Spoiler: ça a fait 0-0 😜

abspielen

Vidéo: YouTube/blue Sports Romandie

Unai Emery n'a pas boudé son plaisir face à son ancien club; un club qu'il a dirigé pendant plus d'un an (mai 2018-novembre 2019) et au sein duquel il dira s'être «senti seul», sous-estimé et moqué pour son affreux accent.

Il s'en était rappelé dans la presse récemment.

«Quand je disais "good ebening" au lieu de "good evening", c'était drôle si on gagnait. Mais quand on perdait, c'était une honte»

Unai Emery cité par L'Equipe

Emery reste pourtant un grand entraîneur; et même le meilleur en Ligue Europa: il a dirigé 92 matches dans la compétition, soit 32 de plus que tout autre technicien. Surtout, il s'est qualifié hier pour la 5e finale de ce tournoi, qu'il affectionne (3 titres).

Sevilla's head coach Unai Emery holds the trophy after Sevilla won 3-2 during the final of the soccer Europa League between FC Dnipro Dnipropetrovsk and Sevilla FC at the National Stadium in Warsaw, Poland, Wednesday, May 27, 2015. (AP Photo/Alik Keplicz)

Si señor! Image: AP

L'histoire est belle pour ce technicien exigeant envers lui-même et ses joueurs, selon des principes récurrents: pressing usant voire agressif, endurance et verticalité, intensité en phase offensive comme défensive. Quand tout fonctionne, la symphonie est sublime.

Pour ce qui sera une belle partition de football, le 26 mai prochain en finale, il fallait un stade à la hauteur et le voici:

Bild

L'enceinte a accueilli l'Euro en 2012. Image: Keystone

La particularité du magnifique stade de Gdansk (nord de la Pologne) tient dans son revêtement extérieur: l'architecte a habillé la façade de 18 000 plaques, conçues pour ressembler à de l'ambre, une résine végétale extraite de longue date sur la côte baltique toute proche.

👂Bruits de couloirs

On se quitte avec les dernières rumeurs du mercato. Cavani et Emery ne sont pas concernés.

Plus d'articles sur le sport

Xherdan Shaqiri, le génie qu'on désespère d'attendre

Link zum Artikel

Le débat s'envenime: Djokovic est-il le plus grand?

Link zum Artikel

Le débrief de Reto Ziegler: «La possession de la Suisse ne faisait pas mal»

Link zum Artikel

Mais d’où vient cet amour irrationnel des Portugais pour leur équipe?

Link zum Artikel

Oui, un troisième gardien sert vraiment à quelque chose

Link zum Artikel

Les capitaines choisissent-ils leur brassard?

Link zum Artikel

Les mystérieux passages au vestiaire de Djokovic font jaser

Link zum Artikel

«En cas de malaise, les deux premières minutes sont vitales»

Link zum Artikel

Les arbitres préparent les matchs de l'Euro comme des entraîneurs

Link zum Artikel

Tous les résultats et classements de l'Euro 2020 en un clin d'œil

Link zum Artikel

Aimer cette équipe de Suisse, c'est prendre le risque d'être déçu

Link zum Artikel

Des geeks alémaniques font la loi dans l'industrie des paris sportifs

Link zum Artikel

Fabio Celestini est-il trop «tronchu» pour entraîner Young Boys?

Link zum Artikel

Dans un sport mécanique, mourir reste une option. Ils l'avaient oublié

Link zum Artikel

Bacsinszky: «On ne sait jamais tout, chaque joueuse a sa part d'ombre»

Link zum Artikel

Fribourg pleure l'un de ses diamants, Jason Dupasquier

Link zum Artikel

Roy Hodgson, le dictateur sympathique qui a décomplexé la Nati

Link zum Artikel

A Roland-Garros, on boude, on prie et on dit déjà des bêtises

Link zum Artikel

Le FC Sion joue sa peau ce soir. Les 10 raisons d'un déclin

Link zum Artikel

Mondial de hockey: «On n'a même pas le droit d'ouvrir la fenêtre de notre chambre»

Link zum Artikel

Il y a 20 ans, un Romand changeait la face du football portugais

Link zum Artikel

«Les épaules musclées, ça fait trop mec»

Link zum Artikel

Il rejoue en Premier League... dix ans après son dernier match

Link zum Artikel

River Plate a les mêmes problèmes qu'une équipe de 5e ligue

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

Faire payer les autographes? La mauvaise idée de Genève-Servette

Link zum Artikel

Le cheval vainqueur n'aurait pas mangé que des céréales

Link zum Artikel

Il profite de son passage à la télé pour chambrer le LHC

Link zum Artikel

Eden Hazard a-t-il manqué de respect au Real Madrid?

Link zum Artikel

Lewis Hamilton fait-il semblant d'avoir peur?

Link zum Artikel

Comment les réseaux sociaux se sont retournés contre les sportifs

Link zum Artikel

Les stars du foot ont peur dans le mur et ça peut leur coûter cher

Link zum Artikel

Pourquoi le Covid peut ruiner la carrière de Federer et Nadal

Link zum Artikel

Alexia, transgenre: «Je ne suis pas une menace pour mes adversaires»

Link zum Artikel

Les petites combines des cyclistes pour gruger en toute impunité

Link zum Artikel

Une copine de hockeyeur en colère: «No 25, tu es un gros dégueulasse»

Link zum Artikel

Ces entraîneurs de foot qui ont craqué

Link zum Artikel

Au FC Sion, un président qui s'éclate et des joueurs qui s'en fichent

Link zum Artikel

Courageux et touchants: huit coming out qui ont marqué le sport suisse

Link zum Artikel

Pourquoi les footballeurs sont-ils nuls quand on les change de poste?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Réveil musculaire

Genève-Servette soigne sa réputation de gagneur, même quand il perd

Les Grenats ont perdu 1-0 à Zoug mais ils n'en finissent pas de gagner du crédit. Infos watson: McSorley à Lugano, McTavish limogé.

On a coutume de dire qu'à «ce niveau-là, tout se joue sur des détails». Pour une fois, ce ne sont pas des fadaises. Tandis que Ge-Servette et Zoug se tenaient par la barbichette, il a suffit d'une relance hasardeuse, une seule passe malencontreuse (Tömmernes), pour que les Genevois perdent le premier acte de la finale. 1-0, but de Kovar (21e), suite mercredi aux Vernets (19 h).

Encore un «détail»? L'intervention de Genoni face à Simon à Le Coultre (48e), tandis que ce dernier sortait de …

Lire l’article
Link zum Artikel