DE | FR
Daniil Medvedev joueur de tennis terre battue

Image: Keystone/Shutterstock

Medvedev a encore craqué et rouspété contre la terre battue

Écarté par Karatsev en 16e de finale du tournoi de Rome mercredi, le numéro 2 mondial a passé son match à se plaindre d'un revêtement qu'il «déteste».

Julien Caloz
Julien Caloz



11 victoires - 19 défaites: c'était le bilan défavorable de Daniil Medvedev sur terre battue en entrant sur le terrain du Foro Italico contre Karatsev. Il en est ressorti 78 minutes plus tard avec un 20e revers sur ocre (éconduit 6-2 6-4 par Karatsev) et des insultes plein la bouche.

«C’est une très mauvaise surface. Comment ne pas jurer?», a lancé Medvedev en cours de match, entre autres ruminations.

Imprécis au retour (une de ses qualités sur dur), incapable de se créer plus qu'une balle de break (manquée), Medvedev a passé l'intégralité de la rencontre à râler contre lui-même, contre l'arbitre et surtout contre la surface de jeu.

Il est toutefois resté plus sage qu'à Madrid où, après avoir fracassé sa raquette sur le court, il avait fini par hurler son mal-être en direction de son staff: «Je ne veux pas jouer sur cette surface!»

Son craquage madrilène 🤬

abspielen

Vidéo: YouTube/Tennis TV

Rien ne semble pouvoir réconcilier Medvedev avec la brique pilée.

«Honnêtement, il n’y a rien que j’aime sur terre battue. Il y a toujours de mauvais rebonds et tu es sale après avoir joué»

Daniil Medvedev

Cette défiance vient à la fois de son éducation et de son jeu (mais les deux sont liés). Né à Moscou, où il a fait toute sa formation avant de rejoindre la Côte d'Azur à 18 ans, le Russe n'a pas grandi dans un pays où l'on reconnaît le travail bien fait aux litres de sueur épongés par la terre. Lui est d'une autre école, plus savante: pour progresser, il a besoin d'intellectualiser plus que de répéter. «Il établit des stratégies, il anticipe. Il est comme un joueur d’échecs», dit de lui John McEnroe.

Comme il préfère frapper très à plat plutôt que de lifter sa balle, celle-ci gicle moins au rebond sur terre et ses coups perdent ainsi en efficacité. Il en est le premier conscient, et le premier affecté. «Je travaille à donner plus d'effet, un peu plus de trajectoire, pose-t-il, cité par l'excellent blog Jeu, Set et Match. Tout cela est difficile car pendant neuf ou dix mois, je joue comme j’en ai l’habitude. Ensuite, je dois changer pendant deux mois, en gardant toujours les choses que je fais bien aussi. Or vous ne pouvez pas changer complètement votre jeu.»

Russia's Daniil Medvedev reacts after missing a point against Cristian Garin of Chile during their match at the Mutua Madrid Open tennis tournament in Madrid, Spain, Thursday, May 6, 2021. (AP Photo/Bernat Armangue)

Certaines journées de boulot sont plus pénibles que d'autres. Image: AP

Redoutable sur dur extérieur et en indoor, où il a obtenu ses meilleurs résultats (deux demi-finales de Grand Chelem et un titre aux Masters de Londres), l'escogriffe (198 cm) doit se faire violence mentalement pour accepter que ses efforts ne soient pas aussi bien récompensés sur terre battue. «Pour moi, le plus important sera de savoir que certains coups qui seraient peut-être gagnants sur des terrains durs, ne le seront certainement pas sur terre. Vous devez faire peut-être trois bons coups, alors qu’un seul suffirait sur des terrains en dur. C’est parfois difficile pour moi de le comprendre.»

Son élimination prématurée en Italie ne sert pas les intérêts du numéro 2 mondial, qui a besoin de victoires pour préserver son classement actuel et acquérir des certitudes sur ocre. Les souvenirs de 2019 (demi-finale à Monte-Carlo et finale à Barcelone) appartiennent à un passé derrière lequel il court avec une nonchalance teintée de défaitisme. Il n'en a pas perdu son humour pour autant: il a répété plusieurs fois depuis le début de la saison que son grand objectif de 2021 serait de remporter un match à Roland-Garros, où il ne s'est encore jamais imposé en quatre participations!

Plus d'articles sur le sport

Les Français sont certains de nous mettre une raclée

Link zum Artikel

Quand la France était nulle et se chamaillait en Suisse

Link zum Artikel

La France va latter la Suisse

Link zum Artikel

5 bonnes raisons de rester sans voix devant les hymnes nationaux

Link zum Artikel

Johan Djourou: «Je me suis presque demandé pourquoi tu vis»

Link zum Artikel

Mais d’où vient cet amour irrationnel des Portugais pour leur équipe?

Link zum Artikel

Le temps additionnel donné par l'arbitre n'est-il pas un peu bidon?

Link zum Artikel

Le débat s'envenime: Djokovic est-il le plus grand?

Link zum Artikel

Tous les résultats et classements de l'Euro 2020 en un clin d'œil

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Les affrontements en Israël

1 / 15
Les affrontements en Israël
source: ap / khalil hamra
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Roger Federer: «Je ne sais pas du tout à quoi j'en suis»

Depuis Genève où il prépare son grand retour, le Maître a répondu aux questions de la presse spécialisée. Une grande interrogation surtout: Aura-t-il encore le niveau?

Sous-pull, casquette, tour de cou. Et quelques frémissements malgré tout: «Je n'ai pas regardé beaucoup de matchs à la télé, mais quand je l'ai fait, j'ai été impressionné. Le tennis a progressé. Les jeunes, aussi, ont pris de l'assurance. Aujourd'hui, franchement, je ne sais pas si je suis capable d'évoluer à ce niveau-là».

Après avoir devisé galamment avec la presse genevoise sur le thème de sa grandeur éternelle, Roger Federer avait rendez-vous ce lundi, de bon matin, avec 30 …

Lire l’article
Link zum Artikel