DE | FR
Julien Lyon et les Milimani Runners, que le coach entraîne assidûment aux spécificités de la course en montagne.
Julien Lyon et les Milimani Runners, que le coach entraîne assidûment aux spécificités de la course en montagne.

Un Genevois veut faire des Kényans les nouveaux rois de la montagne

Julien Lyon a déménagé en Afrique, monté une équipe de huit coureurs et déniché un prestigieux sponsor (On) pour mettre fin à la suprématie des Européens en course de montagne.
08.04.2022, 16:2808.04.2022, 17:22
Suivez-moi

On n'était pas certain d'avoir compris le message, alors on a posé la question autrement: «Julien Lyon, ce que vous dites aux spécialistes européens de trail, c'est de se dépêcher de gagner, car ça ne sera bientôt plus possible?» Le Genevois a souri, un peu gêné d'abord, expliquant qu'il y aura «de la place pour tout le monde», avant de reconnaître que la hiérarchie de la discipline pourrait subir un profond bouleversement dans les années à venir. «Les Kényans ont vraiment le potentiel pour figurer parmi les tout meilleurs mondiaux sur des courses de 30-40 kilomètres.»

La remarque interroge. S'ils étaient aussi prédisposés que cela, pourquoi ont-ils dû attendre qu'un ancien marathonien genevois vienne le leur dire (c'était en juillet dernier) pour s'en rendre compte? Julien Lyon ne s'offusque pas de la question. Il explique posément que «la principale raison de leur absence jusqu'ici, c'est l'argent. Le trail étant une discipline assez récente, elle n'est pas rentable. Il n'y a pas si longtemps, le vainqueur repartait avec un trophée et un pot de confiture. Les choses ont un peu changé, mais les récompenses n'ont rien à voir avec ce que perçoivent les meilleurs sur marathon.»

Les prize money d’un marathon de Dubai (300 000 €) et d’une victoire sur le trail de «La diagonale des fous» (900 €) sont encore trop distants
U-Trail, site spécialisé de la discipline

Le Genevois sait que les quelques rares professionnels de la discipline sont Français et Espagnols, et que leur carrière est financée par des équipementiers. Il s'est donc mis en quête d'un sponsor capable de soutenir son équipe de huit coureurs (autant de filles que de garçons), baptisée les «Milimani Runners». Et il en a trouvé un prestigieux: «On running», la marque de Roger Federer.

«Ils ont été d'accord de mettre un peu d'argent pour lancer le projet», relate le Suisse, reconnaissant. Concrètement, l'aide comprend les tenues de course, les chaussures, la location d'un minibus pour se déplacer lors des entraînements, ou encore la participation aux ravitaillements.

Il n'est ainsi pas rare, à Itten, fief des coureurs de fond, d'apercevoir huit traileurs en tenue bleue enchaîner les allers-retours entre le village, perché à 2400 mètres d'altitude, et la vallée du Rift (1000 mètres au-dessus de la mer). Un terrain de jeu que le coach suisse compare à celui de La Réunion et qui est idéal pour progresser dans une discipline qui a ses spécificités.

À première vue, le trail ressemble pourtant à toutes les courses qui se disputent à pied. Il suffit de franchir la ligne d'arrivée le plus rapidement possible. Mais si Kilian Jornet n'a jamais remporté de marathon, c'est bien parce que courses de fond et de montagne nécessitent des qualités différentes. «C'est vrai que ce n'est pas tout à fait le même sport», reconnaît Julien Lyon.

Le coach suisse.
Le coach suisse.

La première question est de savoir si la morphologie des coureurs kényans, redoutables sur plat grâce à leur fine taille et leurs longs segments, peut être exploitée aussi bien sur les sentiers de montagne. Le Genevois, évidemment, pense que oui. «Ils ont couru toute leur jeunesse dans les cailloux, ils ont une musculature adaptée pour les longues distances. Ce qui leur manque, c'est le renforcement musculaire. Car 200 kilomètres par semaine, ils savent faire. Mais 1000 mètres et plus de dénivelé par jour, c'est autre chose.»

Séance de gainage sur les contreforts d'Itten.
Séance de gainage sur les contreforts d'Itten.

Les Milimani Runners découvrent donc un entraînement différent de celui auquel ils ont l'habitude de se soumettre.

«Sur route, on est très attentif au nombre de kilomètres que l'on fait par jour et par semaine, on a besoin d'un volume suffisant. On surveille aussi l'allure, ce qu'on ne fait pas du tout pour le trail, où l'on va regarder davantage le dénivelé total sur la sortie. Sur Sierre-Zinal, qui est l'objectif principal de mes coureurs cette année (ndlr: toute l'équipe sera invitée sur la course valaisanne par les organisateurs), je rappelle qu'il y a plus de 2000 mètres de dénivelé sur 30 kilomètres.»
Julien Lyon

La densité des entraînements est différente, le contenu aussi. L'accent est mis sur le travail excentrique: les coureurs enchaînent les descentes très rapides afin de casser les fibres musculaires des cuisses. L'idée, c'est que le muscle se reconstruise ensuite plus solidement. «Il y a tellement de chocs et d'impacts dans les descentes que la musculature doit être la plus solide possible», justifie Julien Lyon, qui soumet ses espoirs à deux entraînements intensifs par semaine.

Rose et Sally en plein effort.
Rose et Sally en plein effort.Image: Instagram

Ses athlètes découvrent des sentiers qu'ils n'avaient encore jamais empruntés jusqu'ici, et une façon de courir différente de celle qu'ils ont toujours connue. Le Genevois livre une anecdote qui dit toute la nouveauté que représente le trail pour eux:

«Un jour, à l'entraînement, on a fait 8 répétitions d'une montée hyper raide de 5 min. J'ai fait cette séance avec eux. Au bout de la 6e répétition, j'étais complètement mort. Dans un passage ultra raide à 20%, je marchais avec les mains sur les genoux, normal. Ils m'ont dit: «Non, non, go go». Ils m'ont presque engueulé! Parce que dans leur esprit, quelqu'un qui marche en compétition, c'est qu'il a perdu. À la fin de la séance, je leur ai expliqué que quand on était trop fatigué en trail, il était plus efficace de marcher. Dans une montée à 20%, on va parfois plus vite qu'en courant.»

Déconstruire un mental taillé pour les courses de fond demandera du temps. «Ce sont des coureurs hyper instinctifs, alors que les Européens sont un peu plus calculateurs. Or en trail, il faut gérer son effort. Comment vont-ils s'y prendre? C'est quelque chose que l'on ne peut pas entraîner, qui ne s'apprend qu'en compétition.»

Si la tête suit les jambes, et inversement, on pourrait assister à une révolution dans la discipline. Surtout que les Kényans auront un avantage naturel sur la plupart de leurs adversaires: ils vivent au-dessus des 2000 mètres toute l'année. De quoi prendre le départ de chaque épreuve avec un stock considérable de globules rouges. «Il s'agira indéniablement d'un avantage, surtout sur les trails de haute altitude, observe leur entraîneur genevois. Ils n'auront pas de problème de souffle en passant devant l'hôtel Weisshorn.»

L'un d'eux deviendra peut-être un modèle, et inspirera toute une génération de traileurs kényans. La discipline n'en possède pas encore, elle n'a pas encore son Eliud Kipchoge, idole du marathon à laquelle s'identifie toute une génération.

C'est lui ⬇️

Image: AP
«Il leur manque un exemple de quelqu'un qui a réussi sa vie, a eu du succès, s'est acheté une maison grâce au trail»
Julien Lyon

Un autre moyen de faire connaître la discipline dans ce pays de coureurs de fond serait de faire des Milimani Runners les héros d'un film, façon Rasta Rockett (avec plus de réussite en compétition). On suggère l'idée à Julien Lyon. Il rit, «clairement, on pourrait le faire», et avoue: «J'y ai d'ailleurs pensé.»

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles
Thèmes

Un soldat ukrainien surprend sa famille - sa réaction devient virale

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Djokovic: «Mon fils m'inspire quand il joue au tennis»
Après son sacre à Rome dimanche, le Serbe a avoué que voir son fils Stefan (7 ans) taper dans la balle lui permet de garder le plaisir de jouer, souvent absent dans les carrières pros.

En battant en finale Stefanos Tsitsipas à Rome dimanche (6-0 7-6), Novak Djokovic s'est adjugé son 87e titre sur le circuit ATP. Au même moment, son fils Stefan, 7 ans, décrochait son premier trophée dans un tournoi junior en Serbie.

L’article