Sport
Cyclisme

Stefan Küng revient sur le Tour de France

Stefan Kueng from Switzerland of Groupama FDJ after the third stage, a 143.8 km race from Tafers to Villars-sur-Ollon, at the 86th Tour de Suisse UCI World Tour cycling race, on Monday, June 12, 2023. ...
Le cycliste sur le dernier Tour de Suisse.Image: KEYSTONE

Stefan Küng revient sur le Tour mais «cette fois, tout est différent»

Le Thurgovien n'a manqué aucune Grande Boucle depuis 2017. Mais l'édition 2023 (départ ce samedi) sera forcément spéciale. Il explique pourquoi.
30.06.2023, 06:1930.06.2023, 06:50
Team watson
Team watson
Suivez-moi
Plus de «Sport»

Deux semaines après le décès de Gino Mäder, qui a succombé à ses blessures après sa chute au col de l'Albula, la douleur est encore profonde chez Stefan Küng.

Le spécialiste du contre-la-montre faisait partie des coureurs qui se sont retirés du Tour de Suisse après le drame. Le lendemain de la tragédie, le Thurgovien était certes assis dans le bus de l'équipe Groupama-FDJ, il s'est certes rendu au départ de l'avant-dernière étape à Tübach, mais une fois sur place, il s'est vite rendu compte que ce n'était pas possible de continuer.

«J'ai eu une surcharge émotionnelle. J'avais besoin de distance, de temps pour moi»
Stefan Küng

Küng est rentré chez lui auprès de sa femme et de son fils de bientôt un an, avec lesquels il a essayé de surmonter «le choc énorme», en sachant que le Tour de France l'attendait bientôt. Mais l'envie de s'entraîner était forcément moins présente ces jours-là. «J'ai déjà eu plus de plaisir à faire du vélo», euphémise-t-il.

Stefan Küng (à gauche) entouré des siens.
Stefan Küng (à gauche) entouré des siens.Image: imago-images

Avec sa victoire dans le contre-la-montre d'ouverture et la conquête du maillot de leader, le Tour de Suisse avait pourtant commencé de manière très réjouissante pour lui à Einsiedeln. «J'étais physiquement à un bon niveau. La victoire m'a donné confiance en moi. Et traverser son pays en jaune, c'est toujours très spécial. Mentalement, j'étais au top.» Puis le drame s'est produit.

Küng est conscient que «cela aurait pu arriver à n'importe lequel d'entre nous». Il sait que le risque fait partie du cyclisme. «Il n'y a jamais de sécurité à cent pour cent. Cela montre que tu n'es à l'abri de rien.» Pour lui, l'accident a été un coup du sort. Les critiques sur le tracé du parcours, il les a trouvées déplacées. Et il s'agace de ces gens qui «cherchent sans cesse des explications» à tout. Il pose une question rhétorique : «Faut-il toujours tout savoir?» Les réponses, en tout cas dans l'accident qui a coûté la vie à son collègue et ami, ne l'aident pas dans le processus de deuil.

Dimanche dernier, Küng s'est classé 5e aux championnats suisses. C'était pour lui un premier pas vers le retour à la compétition quotidienne, même s'il n'avait pas encore les mêmes sensations qu'avant. «Les émotions sont encore bien présentes», souffle-t-il pudiquement.

Le Tour de France, la plus grande et la plus importante course cycliste, l'attend maintenant. Il y a un an, après la naissance de son fils Noé et après avoir contracté le Covid, il s'était déjà rendu à Copenhague dans des circonstances particulières, où il avait dû se contenter de la 14e place lors du contre-la-montre d'ouverture. Mais cette fois encore, tout sera différent lorsque le 110e Tour de France débutera samedi à Bilbao.

«Je ne me suis pas encore penché sur le Tour aussi intensément que les autres années», avoue le coureur. Il aurait souhaité avoir un objectif sur lequel se focaliser. Mais l'unique contre-la-montre, avec ses nombreux mètres de dénivelé, n'est pas adapté à ses points forts.

Le profil du chrono

Küng sait de toute façon que son rôle principal sera de soutenir son leader David Gaudu. Le frêle Français a terminé 4e au classement général l'année dernière. Le jeune homme de 26 ans, qui est considéré comme un grand espoir dans son pays, doit maintenant viser le podium.

Gaudu à l'entraînement.
Gaudu à l'entraînement.

Pendant ces trois semaines, Küng aura peut-être l'occasion de tenter sa chance sur une échappée. «Il y aura plusieurs occasions», anticipe celui qui a déjà terminé deux fois 2e et trois fois 4e d'une étape. Jusqu'à présent, il n'a pas encore réussi à frapper un grand coup. Peut-être qu'il y parviendra cette année. Ce serait une victoire pour lui, mais aussi pour Gino Mäder, qui aurait dû participer au Tour de France pour la première fois cette année. (mom/jcz/sda)

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles
Vous allez bientôt pouvoir aller dans l'espace sans fusée
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
En recrutant ce joueur, Marseille prend un gros risque
Le transfert officialisé de Mason Greenwood sur la Canebière crispe les fans et jusqu'au maire de la ville en raison de la réputation de violent du joueur.

Relaxé par la justice, Mason Greenwood traîne des (grosses) casseroles: son club formateur (Manchester United) n'en veut plus, il ne sait plus quoi en faire et le prête au plus offrant, cherchant à vendre son (vilain) joyau qui valait, rappelons-le, 178 millions en juin 2021.

L’article