DE | FR

Les entraîneurs à capuche cherchent-ils à faire jeun’s?

Après Pep Guardiola, Bruno Genesio et Nuno Espirito Santo osent le hoodie. Les entraîneurs quinquagénaires qui portent la capuche ont forcément quelque chose à montrer; mais quoi?
04.10.2021, 19:0605.10.2021, 18:05

Bruno Genesio a attendu 55 ans pour tomber la chemise, ses costumes sobres du boulevard Haussmann, et oser le sweat à capuche (en bon français: le hoodie). A moins que ce ne soit son transfert à Rennes, et une certaine hantise du crachin breton. Mais dans ce cas, pourquoi l'entraîneur français ne rabat-il jamais sa capuche quand il pleut?

Idem pour Nuno Espirito Santo, son collègue de 47 ans, placé sous un ciel non moins menaçant à Londres (Tottenham) et dont la capuche XXL ne semble servir qu'à couvrir ses arrières.

Nuno Espirito Santo en pardessus à capuche. Bientôt le sweat?
Nuno Espirito Santo en pardessus à capuche. Bientôt le sweat?

Ne nous méprenons pas: Le style d'un entraîneur n'est jamais innocent, ce n'est pas une coquetterie de chéfaillon ou une façon de paraître. Un code vestimentaire, dans le football, donne accès à toutes sortes de croyances: La capuche fait le moine.

«Les entraîneurs qui portent le hoodie font simplement comme tout le monde et cherchent à le montrer», observe Stéphane Bonvin, spécialiste mode et lifestyle. «Depuis cinq ou six ans, nos villes sont envahies de gens en training. Le hoodie noir, mais un noir dark, limite service de sécurité, est le trend de base: On en vend partout, parfois à 1000 francs pièce chez les enseignes de luxe.»

Ce hoodie est proposé au prix de 700 euros.
Ce hoodie est proposé au prix de 700 euros.

Pep Guardiola a commencé sa carrière en costume Armani, avant d'initier la mode du sweat à capuche chez les entraîneurs émérites. Jürgen Klopp a disputé sa première finale de Ligue des champions (2013) en cravate, certes à demi nouée, comme les dandys de l'intellectualisme parisien, mais depuis qu'il travaille à Liverpool, l'Allemand ne quitte jamais son suvêt' – comme les tenants du prolétariat local.

«Le training correspond à son personnage actif, qui vocifère et qui gesticule. Klopp se pose en homme de terrain, je ne pourrais plus l'imaginer en costume, j'en serais presque perplexe», avoue Léonard Thurre, ancien international suisse, désormais recruteur du FC Saint-Gall et consultant particulièrement élégant de la RTS.

D'expérience, Thurre sait que «les entraîneurs choisissent leur style vestimentaires selon des critères extrêmement variables, «pour se sentir à l'aise, pour dégager une certaine classe, voire une certaine autorité, par superstition, ou pour appliquer les directives du club». Ce débat philosophico-stylistique a toujours existé:

«Les entraîneurs de haut niveau qui arborent un survêtement sur la touche, franchement, je ne les supporte pas. Je trouve cela vulgaire et ringard. En match, on représente le club»
Marco Simone (ex Milan, Monaco, Lausanne, etc) dans «Le Matin Dimanche»
«Sur un terrain de sport, il est logique de porter une tenue de sport»
Elie Baup (ex-Bordeaux, St-Etienne, Marseille, etc) dans «Le Nouvel Obs»

«J'ai l'impression qu'aujourd'hui, les entraîneurs portent des vêtements qu'ils aiment et qui représentent leur personnalité, évalue Léonard Thurre. Les Italiens restent majoritairement classes, costumes cintrés et mocassin cirés. Julian Nagelsmann (34 ans, nouvel entraîneur du Bayern) joue un peu de son image de jeune prodige en portant des accoutrements bizarres, et en restant indifférent aux moqueries qu'il subit. L'air de dire: Je suis tendance, unique, et je me fous de ce que les gens pensent.»

Julian Nagelsmann passe sans ambage du costume trois pièces au t-shirt noir, ou au pantalon à carreaux.
Julian Nagelsmann passe sans ambage du costume trois pièces au t-shirt noir, ou au pantalon à carreaux.

A cet égard, le hoodie est à l'entraîneur de football ce que la plume était au guerrier indien: Un symbole de réussite. Stéphane Bonvin confirme et va même plus loin:

«Les entraîneurs ne veulent plus ressembler à des banquiers»

«Dans les années 2000-2010, l'entraîneur avait une dégaine de banquier cool. Il portait des costumes à la Macron, petits, cintrés, qui flattaient son côté sportif. Il affichait sa réussite, avec tous les codes de la réussite: style, contenance, pouvoir. L'argent dans le football était perçu comme quelque chose d'assez jubilatoire. Dans le même temps, le sportif était en quête de reconnaissance: par sa gloire rapide et les origines ludiques de son activité, il devait sans cesse prouver sa légitimité, notamment auprès des milieux culturels ou économiques. Le costume, ici, exprimait une appartenance. Mais aujourd'hui, la réussite financière est nettement moins valorisée par la société. Encore moins l'argent du football, dont beaucoup pensent qu'il est sale ou indu. Les entraîneurs ne veulent plus ressembler à des banquiers. Ce n'est pas le style de l'époque. Du reste, les banques elles-mêmes revoient leur dress code, certaines tolèrent les baskets blanches et n'imposent plus le port de la cravate.»

Stéphane Bonvin relève que le football est désormais associé à «trop d'argent, trop de business, pas assez d'humain. Les codes de la réussite sont devenus négatifs et les entraîneurs s'en démarquent en adoptant ceux de la rue. A travers le hoodie ou le jogging, ils se revendiquent plus proches du sport que du CAC 40.»

Dans son style, Guy Roux fut une forme de précurseur, bonnet de laine et vieux training fatigué, chaussures emballées dans du sac plastique les soirs de grand froid. Le Bourguignon n'avait pas son pareil pour paraître pauvre, besogneux et provincial, soit le positionnement marketing de l'AJ Auxerre, dont la plupart des sponsors étaient des produits du terroir.

Il n'y a donc pas de hasard à ces capuches qui pendent dans le dos des entraîneurs, été comme hiver, de la France à l'Angleterre. Stéphane Bonvin en est persuadé:

«Les entraîneurs de plus de 50 ans qui portent le hoodie veulent montrer qu'ils sont jeunes et dans le coup. Ce sont des boomers qui voudraient ressembler à des millenials. Ils ont plus envie de paraître jeun's que respectables»

Et ils n'ont pas peur de se mouiller, contrairement aux apparences.

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles

Analyse

Le mariage entre le PSG et Dior prouve que le football a changé

Soucieux de sublimer leur image et de diversifier leurs relais de croissance, les grands clubs multiplient les partenariats avec l'univers de la mode. C'est une belle union qui s'est faite attendre.

Les footballeurs se sont longtemps déplacés dans des survêtements amples et bariolés. Cette époque est révolue: Les joueurs privilégient désormais un costume taillé sur mesure et signé de leur partenaire Cavallaro Napoli (Arsenal), Thom Browne (Barcelone) ou Harry's 1982 (Atlético Madrid). La pratique est si répandue que les clubs infligent des amendes aux joueurs qui se soustraient au protocole vestimentaire.

Les Parisiens ont été prévenus cette semaine: Avant chaque match important ces deux …

Lire l’article
Link zum Artikel