ciel clair-1°
DE | FR
Sport
Football

Ligue des nations: Gianluigi Donnarumma sifflé par les fans de l'Italie

Pour son premier match à San Siro depuis qu'il a quitté le Milan AC cet été, Gianluigi Donnarumma a été copieusement sifflé par le public.
Pour son premier match à San Siro depuis qu'il a quitté le Milan AC cet été, Gianluigi Donnarumma a été copieusement sifflé par le public.image: keystone

Donnarumma a vécu une horrible soirée à Milan contre l'Espagne

Le gardien de l'équipe nationale d'Italie de football gardera un très mauvais souvenir de la demi-finale de Ligue des nations mercredi soir à San Siro. En plus de la défaite de son équipe (1-2), il a été insulté et sifflé par de nombreux fans milanais, qui lui reprochent son départ de l'AC Milan pour le PSG cet été.
07.10.2021, 07:0807.10.2021, 15:47
Suivez-moi

Soirée cauchemardesque pour Gianluigi Donnarumma mercredi à Milan. Le portier de la Squadra azzurra n'a pas pu empêcher la défaite de son équipe (1-2) en demi-finale de la Ligue des nations contre l'Espagne. Mais surtout, il a dû jouer ce match à San Siro dans un climat délétère.

Et pour cause: il est considéré comme un traître par beaucoup de supporters de l'AC Milan, club qu'il a quitté libre cet été pour le Paris Saint-Germain. Même le titre gagné cet été à l'Euro avec la Nazionale, dans lequel Donnarumma a joué un grand rôle, ne les a pas adoucis.

Ils lui l'ont fait payer dès l'échauffement, avec des sifflets et pas mal de noms d'oiseaux lors de son arrivée entre les poteaux.

Ils ont remis ça lors de l'annonce des équipes, quand le nom de Gianluigi Donnarumma a été prononcé par le speaker et que sa photo est apparue sur l'écran géant.

Les tifosi milanais l'ont ensuite copieusement sifflé durant toute la partie, à chacune de ses prises de balle. Heureusement pour le jeune gardien de 22 ans, les tribunes n'étaient remplies qu'à 50% en raison des mesures sanitaires.

Après le match, il a simplement lâché:

«Les sifflets m'ont rendu triste»
Giannluigi Donnarumma

Et peut-être un peu fébrile aussi. S'il ne peut strictement rien faire sur les deux buts espagnols de Ferran Torres (17e et 45e), Donnarumma s'est troué sur un tir de Marcos Alonso juste après l'ouverture du score ibérique. Alors qu'il semblait pouvoir facilement capter le ballon, il lui a glissé entre les gants et a terminé sur le poteau. Les boulettes sont pourtant très rares chez le talentueux portier transalpin...

La boulette en vidéo

Une hostilité prévisible

Même si Gianluigi Donnarumma a avoué sa tristesse d'avoir reçu pareil accueil, il n'a pas dû être surpris. Il suffisait de traîner un peu sur les réseaux sociaux ou dans les rues de Milan avant ce duel contre l'Espagne pour avoir une idée de la colère à son encontre. Plusieurs banderoles insultantes et menaçantes avaient été déployées dans la ville. Quelques exemples:

Les joueurs actuels de l'AC Milan qui ont quelques envies d'ailleurs sont prévenus: les tifosi du club lombard ont la rancune tenace...

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles

Des photos étranges prises dans des supermarchés américains

1 / 19
Des photos étranges prises dans des supermarchés américains
source: imgur
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Pourquoi le coach du Portugal est si décrié dans son pays
Fernando Santos, 68 ans, dispute son quatrième tournoi majeur à la tête du Portugal. Ingénieur diplômé, il passe pour intelligent quand il gagne, calculateur quand il perd.

A première vue, l'homme qui gère la fragile destinée du Portugal n'a pas grand-chose en commun avec les figures cultes du milieu. Chez Fernando Santos, on retrouve très peu l'extravagance de Pep Guardiola, rarement l'agitation de Jürgen Klopp, jamais la rage de vaincre qui déforme le visage de Diego Simeone ou Thomas Tuchel. Inutile de chercher davantage une forme de grand ordre tactique, une vraie fixette, comme on en diagnostique parfois chez Julian Nagelsmann ou Erik ten Hag.

L’article