DE | FR
Bild

Image: keystone/shutterstock

Pourquoi les footballeurs sont-ils nuls quand on les change de poste?

Tosetti (Sion), Eriksen (Inter), Griezmann (Barça) ou Mbappé (PSG) sont nettement moins performants dès qu'ils n'évoluent pas à leur place. Mais en ont-ils qu'une seule? Et pourquoi en changer semble si compliqué?

Julien Caloz
Julien Caloz



Matteo Tosetti avait été engagé par le FC Sion comme milieu pour expédier des ballons sur le crâne du buteur Guillaume Hoarau. «L'idée, c'était d'avoir un devant et l'autre qui lui faisait des passes», résume Barthélémy Constantin, directeur sportif. Le problème, pour le joueur et aussi pour «Barth», c'est que Fabio Grosso faisait évoluer Tosetti en latéral droit. Et que ce dernier n'a jamais convaincu dans cette position. Le meilleur passeur du championnat 2018 est même méconnaissable depuis son arrivée en Valais: il n'a délivré que 2 passes décisives (contre 16 comme milieu au FC Thoune).

Fabio Grosso, l'entraineur du FC Sion, Guillaume Hoarau le joueur du FC Sion, Christian Constantin le president du FC Sion, Matteo Tosetti, le joueur du FC Sion et Nikita Vlasenko le joueur du FC Sion, de gauche a droite, posent ensemble avec un maillot lors d'une conference de presse le jeudi 24 septembre 2020 a Martigny. (KEYSTONE/Jean-Christophe Bott)

Matteo Tosetti (à dr.) et Guillaume Hoarau lors de leur signature au FC Sion. Un détail aurait dû nous alerter: personne ne regarde dans la même direction. Image: KEYSTONE

Comme lui, de nombreux joueurs voient leur rendement affecté dès lors qu'ils doivent changer de position. Une dégradation de la performance étonnante dans un monde où la polyvalence est encouragée dans la majorité des secteurs professionnels. C'est d'ailleurs dans un monde qui a vu un bodybuilder devenir gouverneur (Schwarzie), un concierge se transformer en écrivain (Stephen King) ou un videur s'incarner en souverain pontife (pape François), qu'on voudrait nous faire croire que des footballeurs sont incapables de changer de place de quelques mètres. Or il semble bien que ce soit vrai. «80% des joueurs n'ont qu'un seul poste», soutient Alain Geiger (coach du Servette). Le football produirait-il des monomaniaques?

Philippe Perret (coach des M21 neuchâtelois) rappelle que les joueurs peuvent être prisonniers de leurs convictions. «Inconsciemment, le gars peut se dire: «Si je ne suis pas bon, c'est parce que je ne joue pas dans ma position». Ce sentiment peut être exacerbé par l'entourage: si tout le monde dit au joueur qu'il est meilleur ailleurs, il en sera plus facilement persuadé.» Or à Sion, le directeur sportif n'a jamais caché ses préférences.

«Tosetti aurait dû jouer plus haut avec Fabio Grosso. C'est clair, net et précis»

Barthélémy Constantin

Les divergences de points de vue peuvent créer une cassure entre un joueur et son coach, voire une défiance du premier envers le second. Adrien Rabiot avait contesté l'autorité d'Unai Emery au PSG lorsque le technicien lui demandait de se positionner en sentinelle, alors que lui se voyait en milieu plus offensif. Or «Adrien n’est pas quelqu’un à qui tu dis «fais ceci ou cela et basta», fit remarquer un jour son coéquipier Thiago Motta. On ne peut pas le lui imposer. Il jouera, mais il ne sera qu’à 60 %. Pour être à 100 %, il doit être convaincu que c’est le mieux pour lui et l’équipe.»

Tout le travail du coach est d'amener son garçon à penser au collectif plus qu'à lui-même. Un travail difficile dans un sport toujours plus individualisé, remarque Philippe Perret. Il dit:

«Les footballeurs sont des assistés. Je le sais parce que j'ai moi-même été joueur. On a l'impression qu'on doit tout nous faire. À 14, 15 ans, les espoirs actuels ont déjà tous un agent, quelqu'un qui s'occupe d'eux. Si on ne leur dit pas de remplir les gourdes ou de gonfler les ballons, aucun ne le fait. Ce n'est pas étonnant ensuite de les entendre dire: «Je suis venu ici pour marquer, pourquoi je jouerais milieu ou défenseur?»»

L'entraîneur doit répondre à cette bravade avec une conviction contagieuse et surtout inaltérable. Alain Geiger raconte cette anecdote:

«Quand il portait le maillot du Barça sous les ordres de Guardiola, Thierry Henry avait joué sur le côté gauche. Or il ne touchait pas assez de ballons à son goût. Il s'était, de sa propre initiative, déporté sur la droite et ça avait marché, puisqu'il avait marqué. Guardiola pourtant l'avait sorti au motif qu'il n'avait pas respecté les consignes.»

Alain Geiger, coach of Servette FC, talks to his players, during the Challenge League soccer match of Swiss Championship between Servette FC and FC Lausanne-Sport, at the Stade de Geneve stadium, in Geneva, Switzerland, Friday, August 31, 2018. (KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

Alain Geiger recadre un Servettien. Image: KEYSTONE

La question est de savoir si un technicien est mieux placé qu'un joueur pour déterminer son poste de prédilection. «Les deux peuvent se tromper», admet le tacticien grenat, qui accorde une grande importance au ressenti du footballeur. «Je demande toujours à un joueur où il aime évoluer, quel est son moyen d'expression, où est-ce qu'il prend le plus de plaisir. Ces informations sont importantes car un coach ne décèle pas toujours la meilleure position.»

Perret applique la même méthode chez les jeunes. Mais il est plus nuancé sur les résultats. «Quand je demande à mes M21 d'analyser leurs performances, je constate qu'ils ont de la peine à s'auto-évaluer de manière objective

Le manque de recul sur ses performances n'est pourtant pas le seul frein au changement. Les limites techniques réduisent aussi le spectre des possibles. Chris McSorley s'est souvent réjoui du fait que le coaching permettait de «remanier, ou reprogrammer, des hockeyeurs pour qu'ils deviennent autre chose». Mais ce n'est pas aussi simple pour les footballeurs, estime Geiger. «Parce qu'on ne forme pas assez nos jeunes à différents postes. Entre 8 et 16 ans, on devrait les encourager à occuper plusieurs rôles sur le terrain, comme le fait l'Ajax d'Amsterdam. Car il est compliqué de demander à un adulte qui a joué 8 ans latéral droit de changer. Il a été façonné comme ça.»

Cinq exceptions, cinq hommes forts qui ont su évoluer

🇩🇪Joshua Kimmich: latéral droit ➡️ milieu défensif. L'Allemand du Bayern Munich sait briller dans le couloir comme au coeur du jeu, où Pep Guardiola l'a réorienté.

🏴󠁧󠁢󠁷󠁬󠁳󠁿Gareth Bale: latéral gauche ➡️ attaquant. Formé comme défenseur à Southampton, le Gallois a occupé presque toutes les positions offensives: ailier ou neuf et demi.

🇨🇭Edimilson Fernandes: milieu offensif ➡️ partout. D'abord utilisé en numéro 10, le Valaisan a aussi évolué comme milieu récupérateur et même latéral.

🇪🇸Sergio Ramos: arrière droit ➡️ défenseur central. Recruté par le Real Madrid pour occuper un poste dans le couloir, «Cuqui» a ensuite glissé dans l'axe avec les merengues.

🇮🇹Andrea Pirlo: trequartista ➡️ playmaker. Véritable numéro 10 au début de sa carrière, l'esthète a su reculer à mi-terrain pour mieux lire le jeu et distiller ses offrandes.

Il y a des individualités, enfin, qu'il serait contre-productif d'orienter vers une multiplication des tâches. «Parce que quand on est polyvalent, on ne peut pas devenir un top-top, dit Geiger. Les tout grands sont spécialisés. Mais je parle d'une minorité comme Ronaldo, Messi ou Mbappé.» L'international français a déjà occupé la pointe de l'attaque parisienne (sa dernière prestation contre Nantes est restée dans toutes les mémoires), mais sa vitesse et sa percussion, à 22 ans, ne s'expriment jamais avec autant d'éclat que lorsqu'il évolue sur l'aile.

C'est pour ces hommes-là seulement qu'un entraîneur est prêt à faire des sacrifices et à modifier son alignement (ici le collectif s'adapte aux individualités et non l'inverse). À moins que le coach ne transige pas avec son système (en 3-4-3 par exemple) et qu'il soit dans un club suffisamment riche (à l'Inter par exemple) pour recruter des joueurs déjà formatés pour son plan de jeu. Mais il n'y a pas beaucoup d'entraîneurs comme Antonio Conte dans le football.

Pour quel poste es-tu fait?

Test

Si tu te sens l'âme d'un créateur mais qu'on te fait jouer latéral droit, si ton entraîneur t'a donné des gants mais que tu ne sais pas quoi en faire, si tu n'as pas encore trouvé ta place dans la vie, ce test est pour toi. Il te permettra de trouver ta vocation en quelques clics. L'histoire t'appartient! 💪

Plus d'articles sur le sport

Neymar, l'enfant gâté qui choisit ses matchs et ses combats

Link zum Artikel

Le taekwondo fait un carton auprès des petites filles

Link zum Artikel

Obsédés par le but, les attaquants en deviennent égoïstes et hargneux

Link zum Artikel

«Thabo, c'est le mec de chez nous qui nous a rendus fiers»

Link zum Artikel

Ces habitudes que le coureur de Sierre-Zinal se réjouit de reprendre

Link zum Artikel

Le hockey suisse met tout en œuvre pour éviter le ridicule

Link zum Artikel

Injurieuses, souvent honteuses: dix banderoles qui ont écœuré le foot

Link zum Artikel

Pourquoi les footballeurs sont-ils nuls quand on les change de poste?

Link zum Artikel

Les meilleur(e)s ne veulent plus jouer au tennis dans ces conditions

Link zum Artikel

Vers un «surplus» de joueurs étrangers en Swiss League?

Link zum Artikel

Le top 6 des frasques de Lara Gut-Behrami

Link zum Artikel

Le Canadien de Montréal a toujours déchaîné les passions

Link zum Artikel

Keylor Navas est-il le meilleur gardien du monde?

Link zum Artikel

Les petites combines des cyclistes pour gruger en toute impunité

Link zum Artikel

Les cambriolages, fléau du football français

Link zum Artikel

On pourra rejouer au foot pour de vrai... mais avec un masque

Link zum Artikel

Fayot, salaud ou intello, quel type d’entraîneur pour le FC Sion?

Link zum Artikel

L'argent s'apprête à couler dans la vallée du Rhône

Link zum Artikel

Les gens cool pourront bientôt surfer à Sion beach

Link zum Artikel

Les présidents de club sont toujours plus jeunes

Link zum Artikel

Mathématiquement, Federer est relégué. Mais qui aime les maths?

Link zum Artikel

Pour jouer au foot, ces Romands bravent la police et le Covid

Link zum Artikel

Comment le FC Bâle est devenu un club en perdition

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Et si vous nous racontiez votre première année Covid?

Link zum Artikel

Quel skieur es-tu ?

Link zum Artikel

Les gouvernements vont-ils devoir payer pour leur insouciance climatique?

Link zum Artikel

«Les notes vocales, c'est un truc d'égoïste»

Link zum Artikel

Ces pays qui «volent» la pluie

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Ice master Zaugg

Le hockey suisse met tout en œuvre pour éviter le ridicule

Un seul cas de quarantaine pendant les play-offs fausserait complètement la compétition. Pour ne pas couronner un champion bidon, les dirigeants négocient des mesures spéciales.

Si les play-offs, ou les pré-playoffs, qui commencent le 7 avril prochain, devaient être interrompus à cause d’un seul cas de quarantaine, la lutte pour le titre deviendrait une farce - selon le règlement actuel, une équipe qui présente des cas contacts est exclue du championnat pour une durée maximale de dix jours.

La finale ne pourrait plus se jouer «au meilleur des cinq matches», mais seulement «au meilleur des trois». On adosserait au vainqueur le terme peu valorisant de «champion du …

Lire l’article
Link zum Artikel