Sport
Ski Alpin

Ski alpin: voici la journée d'un skieur à Adelboden

La journée de Loïc Meillard est chronométrée dans les Alpes bernoises.
La journée de Loïc Meillard est chronométrée dans les Alpes bernoises.Image: Instagram/shutterstock/watson

Réveil à 6h, «reco», vidéo: voici la journée d'un skieur à Adelboden

Pour les stars engagées ce week-end dans la station bernoise, le programme ne se résume pas à deux manches par jour. Les skieurs racontent leur quotidien.
06.01.2024, 18:5707.01.2024, 18:18
Claudio Zanini, Adelboden
Plus de «Sport»

Tôt le samedi matin, deux mondes se croisent habituellement dans les rues d'Adelboden. Il y a ceux qui viennent de se lever (les athlètes). Et ceux qui vont se coucher (les fêtards). Gino Caviezel se marre:

«Le matin avant la course, on voit généralement des gens qui n'ont pas encore retrouvé leur lit»

Skieurs et fêtards ont certes des objectifs différents, mais il faut les deux pour qu'une manche de Coupe du monde soit un évènement populaire inoubliable.

En haut du village, à l'hôtel de l'équipe de Suisse, le réveil est fixé entre 5h30 et 6h00. La plupart des athlètes commence la journée par des exercices de mobilité dans leur propre chambre. Ils sont suivis du petit-déjeuner. Au plus tard à 7h15, la troupe se déplace en direction de la zone d'arrivée, chaque athlète prenant place dans la voiture de son serviceman.

Le trajet jusqu'à l'aire d'arrivée du Chuenisbärgli ne dure pas plus de dix minutes. Une fois sur place, les skieurs empruntent un couloir qui mène du parking à la station inférieure du télésiège en toute discrétion.

«Si les athlètes ne veulent pas de contact avec le public, ils n'en ont pas»
Zoé Chastan, responsable des médias chez Swiss Ski.

A 8 heures, c'est l'inspection de la piste. La reconnaissance. «Elle se fait de manière très individuelle», renseigne Marc Berthod, le vainqueur d'Adelboden en 2008. Certains vont d'abord sur le terrain et se préparent ensuite, d'autres font l'inverse. La course commence à 10h30. Selon le classement de chacun, la pause jusqu'à la deuxième course sera plus ou moins longue. Marco Odermatt, qui était en tête à mi-parcours ce samedi, a connu une interruption de plus de trois heures, car il est descendu en dernier lors de la deuxième manche, vers 14h15.

Que faire de tout ce temps? Le leader de la première manche doit s'asseoir sur la chaise du leader jusqu'à ce que les 15 premiers coureurs soient descendus et que le TV-Break arrive. Des interviews sont ensuite organisées dans l'aire d'arrivée. L'année dernière, Odermatt a pu se retirer à 11 heures. Swiss Ski fait beaucoup pour que les conditions soient idéales lors de la Coupe du monde à domicile. Alors que les athlètes des autres nations se trouvent dans le "Team Hospitality" officiel (une tente située à côté de la station de départ) entre les courses, les Suisses disposent d'un appartement dans l'aire d'arrivée.

Des analyses vidéo y ont lieu entre 11h00 et 12h30 avec les coachs. Des séances de physiothérapie sont possibles, tout comme la prise de repas. Zoé Chastan explique que «la plupart des skieurs se nourrissent de barres, de fruits ou de viande séchée. Très peu prennent quelque chose de chaud.» Le ravitaillement ne semble pas revêtir une grande importance.

«Ce que tu manges juste avant la course a sans doute moins d'influence que la façon dont tu t'alimentes sur le long terme»
Marc Berthod

À midi et demi, c'est l'heure de la reconnaissance du second tracé. Puis pour se rendre au départ, les coureurs traversent la pente d'arrivée avec le téléski. Ils regardent d'en haut l'imposante paroi des tribunes. Le public se fait entendre jusqu'au sommet de la piste. Impressionnant.

Manuel Feller of Austria arrives at the finish during the first run of the men's giant slalom race at the Alpine Skiing FIS Ski World Cup in Adelboden, Switzerland, Saturday, January 6, 2024. (KE ...
Image: KEYSTONE
«Il ne faut pas sous-estimer le bruit. En faire abstraction est peut-être un peu plus difficile à Adelboden qu'ailleurs»
Loïc Meillard

Peut-on seulement se concentrer quand on entend déjà la ferveur des fans dans la cabane de départ? «L'aspect mental est encore plus marqué ici qu'ailleurs. Les encouragements stimulent les uns, rendent nerveux les autres. Certains manquent simplement de force dans la pente d'arrivée, car elle est très exigeante», livre Marc Berthod.

La cérémonie de remise des prix a lieu vers 14h30, juste après la course. Ensuite, le vainqueur doit se soumettre à un véritable marathon. Après diverses interviews dans l'aire d'arrivée, il doit se rendre dans la tente VIP. Enfin, et c'est une particularité d'Adelboden, il doit réaliser une empreinte de son pied pour que celle-ci soit plus tard gravée dans la pierre de la "Place of Fame".

Daniel Yule s'y est plié en 2020

Après la course, les autres skieurs retournent à l'hôtel avec leur serviceman. Là, chacun suit son propre programme. Certains rentrent chez eux, d'autres peuvent aller à la cérémonie de remise des prix au village de la Coupe du monde, qui a lieu à 19 heures. Des cloches de vache sont offertes aux cinq meilleurs athlètes. «Une tradition suisse à emporter», disent les organisateurs. L'année dernière, Loïc Meillard avait été très stressé. Troisième, il avait dû se rendre à 19 heures à la cérémonie d'hommage au lieu de préparer son slalom du lendemain.

Marco Odermatt, lui, avait eu le temps de fêter sa victoire. En 2023, il était rentré à Nidwald avec le car de son fan-club - avec une halte dans un bar de Lucerne!

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Ce club de foot allemand a réussi «une Xamax»
Bochum a sauvé sa place en Bundesliga après une folle remontada en barrage contre Düsseldorf. Un exploit qui rappelle celui de Neuchâtel Xamax face à Aarau en 2019.

Il y a cinq ans, le 2 juin 2019, Neuchâtel Xamax écrivait l'une des pages les plus folles de l'histoire du football suisse. Ce jour-là, les Xamaxiens sauvaient leur place en Super League lors du match retour du barrage à Aarau après un scénario que même Alfred Hitchcock n'aurait pas pu inventer: une victoire aux tirs au but, après avoir dû combler un déficit de... quatre buts. Vainqueurs 4-0 dans le temps réglementaire au Brügglifeld, les «rouge et noir» avaient été fessés par le FC Aarau – 2e de Challenge League – sur le même score trois jours plus tôt à la Maladière.

L’article