DE | FR
Bild

Anna Kiesenhofer est devenue championne olympique de cyclisme sur route dimanche. L'Autrichienne habite Lausanne, travaille à l'EPFL et roule pour le Vélo-Club Echallens. image: keystone

Tokyo 2020

La Romandie a sa championne olympique, et elle est... autrichienne

Anna Kiesenhofer a créé une immense surprise dimanche matin en remportant la course cycliste féminine aux JO de Tokyo. L'Autrichienne, qui vit à Lausanne, travaille à l'EPFL et roule pour le Vélo-Club Echallens.



«C’est incroyable! A la fin, je ne tenais plus en place. J'étais sur mon home trainer en train de crier. Heureusement, les voisins sont compréhensifs! Ils sont eux aussi grands fans de cyclisme et regardaient la course en même temps à la télé.» Au bout du fil, Olivier Zingg se marre. Mais le jeune Lausannois n'en revient toujours pas: sa petite amie vient de devenir championne olympique de cyclisme à Tokyo. A la surprise générale.

Incognito dans le peloton

Elle s'appelle Anna Kiesenhofer, elle est Autrichienne et a 30 ans.

Et si on était chauvin, on écrirait que sa médaille d'or, c'est aussi un peu celle de la Suisse romande. Parce que la native de Kreuzstetten, à 50 kilomètres de Vienne, entretient de forts liens avec notre coin de pays: elle vit à Lausanne avec son copain, fait son post-doctorat en mathématiques à l'EPFL et roule pour le Vélo-Club Echallens.

La championne olympique à l'entraînement sur les routes du Chablais vaudois

Comme Olivier Zingg, le président du club challensois Vincent Mettraux a vu son rythme cardiaque monter sec tôt ce matin. Pas à cause d'un col hors catégorie, mais bel et bien en réaction à ce qu'il voyait en direct sur sa télévision. «On est très fiers de ce qu'Anna vient de réaliser!», s'enthousiasme l'habitant du Gros-de-Vaud. Il poursuit, admiratif:

«Pour une fille qui est redevenue amateure, la performance est fantastique! Le plus fou dans cet exploit, c'est qu'Anna fasse un tel résultat tout en menant un post-doctorat à l'EPFL. Franchement, chapeau!»

Vincent Mettraux, président du Vélo-Club Echallens

Oui, l'exploit est monumental et il est une immense surprise. Personne n'avait misé sur Anna Kiesenhofer. Même pas elle. «Avant la course, Anna avait prévu de s’échapper, mais sa victoire est une surprise totale», avoue son petit ami.

Et c'est logique: son CV n'affichait pas beaucoup de lignes avant sa médaille d'or olympique. Professionnelle uniquement pendant une saison en 2017-2018, l'Autrichienne a remporté une victoire d'étape au Tour de l'Ardèche 2016 et quatre titres de championne d'Autriche, un dans la course en ligne (2019) et trois en contre-la-montre (2019, 2020 et 2021).

Mais c'est justement cet anonymat qui lui a permis de vivre ce rêve. «Anna n’est pas connue dans le peloton, les autres coureuses l’ont complètement laissée faire parce qu'elles ne la considéraient pas comme une concurrente pour le titre», analyse Olivier Zingg.

Une indifférence qui a accouché d'une scène cocasse: la médaillée d'argent néerlandaise Annemiek Van Vleuten – arrivée avec une minute et vingt secondes de retard sur Kiesenhofer – a levé les bras au moment de franchir la ligne, en pensant avoir remporté la course...

En couple sur le vélo

Pour gagner une course en ligne d'un jour, il faut une part de chance. Anna Kiesenhofer l'a eue avec cette attitude étrangement passive du peloton, qui l'a laissée s'échapper avec son groupe très rapidement puis partir en solitaire à 40 kilomètres de l'arrivée. Mais il faut aussi, bien sûr, être prêt à fournir une grosse performance le jour J. Et la collaboratrice de l'EPFL l'était. «J’ai pas mal souffert en montée en essayant de la suivre à l'entraînement, avant qu'elle parte à Tokyo», rigole Olivier Zingg.

Le couple roule souvent ensemble, surtout les week-ends ou en vacances. Le Vaudois et l'Autrichienne se sont d'ailleurs connus à vélo en 2017, année où elle est arrivée en Suisse, en faisant des sorties avec un groupe lausannois. C'est aussi avec lui qu'elle a rejoint le Vélo-Club Echallens en 2019, en quête d'une licence pour participer à des compétitions.

«On les a accueillis à bras ouverts, rembobine Vincent Mettraux. On les croise régulièrement ensemble sur les routes.» Même s'il la côtoie depuis deux ans, le président challensois ne connaît pas encore très bien la nouvelle championne olympique: «Anna est une personne discrète, timide et très concentrée sur ses objectifs professionnels et sportifs.»

Son planning très chargé empêche aussi, naturellement, la nouvelle championne olympique de s'entraîner davantage avec les autres membres du club.

«Heureusement, entre l'enseignement et la recherche à l'EPFL, elle a un job assez flexible. Elle peut aller rouler durant sa pause de midi, par exemple. Par contre, elle sait qu'elle devra compenser en travaillant après le souper»

Olivier Zingg, petit ami d'Anna Kiesenhofer

Une vie qui risque de changer

Anna Kiesenhofer est censée arpenter les couloirs des bâtiments de l'école lausannoise dès mardi. «Je ne sais pas si ça sera vraiment possible», sourit son amoureux.

Il a eu sa chérie au téléphone dimanche après-midi vers 16h30, pour la féliciter. «C'était quatre, cinq heures après la course, alors elle était déjà un peu redescendue de son nuage.» Ces prochaines heures, l'Autrichienne devra notamment gérer les très nombreuses sollicitations médiatiques, qui ont débuté tout de suite après son sacre.

ABD0118_20210725 - OYAMA - JAPAN: Goldmedaille für Österreichs Anna Kiesenhofer beim Damen Straßenrennen im Rahmen der Olympischen Sommerspiele 2020, am 25. Juli 2021 in Oyama, Japan. Im Bild: Annemiek Van Vleuten (NED/Platz2) , Siegerin Anna Kiesenhofer und Elisa Longo Borghini (ITA/Platz3. ). - FOTO: APA/AFP/GREG BAKER

Anna Kiesenhofer (au centre) sur le podium olympique avec la médaillée d'argent néerlandaise Annemiek Van Vleuten (à gauche) et l'Italienne Elisa Longo Borghini (bronze). Image: keystone

La suite à plus long terme? «Je pense que des équipes professionnelles vont la contacter, prédit Olivier Zingg. Mais je ne suis pas sûre qu'elle ait envie de retenter l'aventure pro, dans laquelle elle n'avait pas eu beaucoup de plaisir.»

Une chose est certaine: Anna Kiesenhofer ne passera plus jamais incognito dans un peloton, ni dans les couloirs de l'EPFL ou sur les routes romandes.

Plus d'articles sur le sport

Les footballeurs ne supportent plus d'être remplacés

Link zum Artikel

«Roger Federer pourrait revenir dès l'Open d'Australie»

Link zum Artikel

Le jour où Lionel Messi a refusé de laisser sa place

Link zum Artikel

Petkovic: «La méfiance de l'ASF a été difficile à accepter»

Link zum Artikel

Costaud, un peu fou, la Suisse a son nouveau patron de Coupe Davis

Link zum Artikel

Netflix entretient le mystère autour de Michael Schumacher

Link zum Artikel

Pour les sportifs, un petit joint ne fera bientôt plus de mal

Link zum Artikel

Berne était le Bayern du hockey, désormais il ressemble à Ajoie

Link zum Artikel

La Nati est virée du jeu FIFA, mais qui la pleure vraiment?

Link zum Artikel

Roger Federer réussit un coup de maître avec son entrée en bourse

Link zum Artikel

Young Boys a épaté tout le monde, à commencer par lui-même

Link zum Artikel

Novak Djokovic a dû attendre de perdre pour être aimé du public

Link zum Artikel

Née qu'avec 8 doigts, Francesca Jones est une pépite du tennis

Link zum Artikel

Lausanne-Sion? Laissez tomber, voici les cinq vrais derbys romands

Link zum Artikel

Les Suisses cartonnent en contre-la-montre, depuis un sacré temps

Link zum Artikel

Yann Sommer est le chouchou des Suisses et voici pourquoi

Link zum Artikel

Il distribuait des beignes mais au fond, il n'était pas si méchant

Link zum Artikel

Les supporters ont-ils attrapé la grosse tête?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Les Jeux olympiques de Tokyo en images

1 / 28
Les Jeux olympiques de Tokyo, en images
source: keystone / keystone
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Tokyo 2020

Stressée et dissipée, Naomi Osaka a encore craqué

L'icône des JO s'est inclinée devant Marketa Vondrousova en huitièmes de finale du tournoi de tennis. Et pas d'un peu: 6-1 6-4.

C'était un festival de fautes directes pour Naomi Osaka – 32 au total – avant de concéder une défaite aussi inattendue que sensationnelle. Ecrasée de remords, elle a quitté la conférence de presse en larmes, sans répondre à la dernière question.

La star japonaise a fait illusion en menant 2-0 au second set. Mais celle qui a eu l'honneur d'allumer la flamme olympique est très vite retombée dans ses tourments, peut-être vaincue par la pression.

Naomi Osaka n'avait plus disputé de compétition …

Lire l’article
Link zum Artikel