DE | FR
Elisabeth Gerritzen a dompté l'effrayant Bec des Rosses.
Elisabeth Gerritzen a dompté l'effrayant Bec des Rosses.Image: KEYSTONE

Elisabeth Gerritzen, la casse-cou qui avait peur de tout

L'étudiante en droit a remporté son deuxième Xtreme de Verbier et, plus miraculeusement, le titre mondial de ski freeride. Elle se dit rongée par le stress, prise de vertige en montagne, sans aucune confiance en elle.
23.03.2021, 15:2823.03.2021, 17:58

Il y avait trop de neige soufflée au sommet du Bec des Rosses, mardi, pour y planter des carres, et donc un portillon de départ. Partie quelques mètres plus bas, Elisabeth Gerritzen a évité l'ascension sur l'arête qui, en 2018, pour son premier Xtreme, lui avait donné le vertige, carrément fichu la frousse. Car, oui, la meilleure freerideuse du monde a le vertige...

De bon matin, l'étudiante en droit de 25 ans a triomphé pour la deuxième fois à Verbier – après 2019. Puisqu'elle n'a «aucune confiance en elle», la Lausannoise a rendu hommage à sa famille, ses amis, et à tous les autres. Car la nouvelle championne du monde de freeride (avec 27 620 points au total, soit... vingt d'avance sur sa dauphine!), la fille qui saute des rochers sur une pente à l'équerre, n'a aucune confiance en elle.

Dans ce monde de fausse coolitude et de parfaite exactitude, Elisabeth Gerritzen avoue un rapport ambigu à la compétition, une sublimation de la souffrance et de la joie. Le journal Le Temps l'a surprise en peau de phoque, dimanche dernier, en train de fuir le stress de l'avant-veille et ces maux tabous que l'on garde pour soi: «Insomnies, nausée, jambes tremblantes, nœud à l’estomac.»

En larmes, la skieuse de l'Xtreme a fêté son double sacre avec un parent sous chaque bras, puis avec ses amies militantes (écologie, égalité des sexes).

On n'a pas fini de la voir vibrionner, encore moins de l'entendre vitupérer car, pour Elisabeth Gerritzen, la casse-cou qui a peur de tout, il en va des pentes comme des prises de position: elle les aime engagées. Extrait:

«Le fait de nous imposer un départ sur une cime moins raide et moins haute que les garçons est très paternaliste. Cette décision vient de trois hommes de 50 ans qui semblent ignorer que nous, les femmes, sommes des adultes responsables»
Dans Le Temps au sujet des éditions précédentes de l'Xtrême

Et pour rêver à des plaisirs défendus...

1 / 7
Xtreme de Verbier
source: keystone / valentin flauraud
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Il y a 14 ans, Didier Cuche freinait trop et se traitait d'idiot
Le Neuchâtelois a connu une immense déception le 13 mars 2008, à Bormio. Il ratait le sacre en super-G pour 0,01 seconde et 1 point au général, au profit de l'Autrichien Reichelt. Et ses compatriotes ne l'avaient pas du tout aidé.

«C'est moi seul qui suis un idiot.» Les yeux humides, Didier Cuche prononce cette phrase alors que tout est terminé. Le Neuchâtelois vient de rater le sacre au classement général du super-G pour... un seul point. A la place du Suisse, c'est l'Autrichien Hannes Reichelt qui reçoit le petit globe de cristal. «Les chances de le remporter étaient au mieux de cinq pour cent», s'étonne Reichelt après la course.

L’article