Sport
Corée du Sud

Fous de baseball, les Sud-Coréens s'apprêtent à réaliser un vieux rêve

C'est au Gocheok Sky Dome de Séoul que se disputeront les deux matchs entre les Padres et les Dodgers.
C'est au Gocheok Sky Dome de Séoul que se disputeront les deux matchs entre les Padres et les Dodgers.

Fous de baseball, les Sud-Coréens s'apprêtent à réaliser un vieux rêve

Le «Pays du matin frais» va accueillir cette semaine deux matchs du championnat nord-américain (MLB) pour la première fois de son histoire. Un expert raconte la portée symbolique du double duel entre les Padres et les Dodgers.
18.03.2024, 18:5319.03.2024, 13:50
Suivez-moi
Plus de «Sport»

La Corée du Sud s'apprête à réparer une petite anomalie. Ce pays qui adore, et pratique, le baseball depuis la fin du 19e siècle, n'avait encore jamais eu l'honneur d'accueillir un match de la prestigieuse ligue nord-américaine. La MLB avait voyagé au Mexique, au Japon, en Australie et en Angleterre, mais jamais en Corée. Cet «oubli» sera réparé ce mercredi et jeudi lorsque les Padres et les Dodgers pénétreront dans le Gocheok Sky Dome de Séoul pour l'ouverture de la saison régulière.

«La Corée du Sud étant un des plus grands pays de baseball au monde, on peut trouver étrange que la MLB ait attendu si longtemps avant d'y organiser des matchs», concède Gaétan Alibert. Cet ancien joueur du championnat régional français, auteur du livre «Une histoire populaire du baseball» (Ed. Blacklephant), expliquera plus tard les raisons pour lesquelles les Américains ont patienté avant de voyager jusqu'à Séoul. Auparavant, il tient à rappeler l'amour fou de ce peuple pour le jeu. Une passion souvent méconnue des Européens.

«Quand on pense à la Corée, on pense au taekwondo ou au football, car la Coupe du monde y a été organisée en 2002 et que plusieurs joueurs évoluent dans des championnats européens. Mais si l'on observe les chiffres et les enquêtes d'opinion, on se rend très vite compte que le sport roi est le baseball. Il y avait 11 000 spectateurs de moyenne dans les stades l'an dernier, contre 3000 au football.»
Gaétan Alibert

Le Gocheok Sky Dome de Séoul accueillera du monde (sa capacité est de 16 744 spectateurs) pour le duel des 20 et 21 mars entre deux franchises qui soignent une féroce rivalité ces dernières années. Surtout que chacune des deux formations possède dans ses rangs des joueurs coréens et/ou nippons.

Los Angeles Dodgers designated hitter Shohei Ohtani participates in spring training baseball workouts at Camelback Ranch in Phoenix, Friday, Feb. 16, 2024. (AP Photo/Ashley Landis)
Shohei Ohtani est une attraction en MLB.Image: AP
«Côté Padres, on trouve les vedettes japonaises Yu Darvish et le nouvellement arrivé Yuki Matsui, ainsi que la star de la KBO (réd: le championnat coréen) Ha Seong Kim, qui sort d'une très belle 2ème saison en MLB et qui est devenu le premier Coréen à gagner un Gold Glove en MLB. Et côté Dodgers, il y a la megastar Shohei Ohtani ainsi que le lanceur Yoshinobu Yamamoto, le free agent le plus en vue cet hiver et qui a signé un contrat record comme lanceur quelques semaines après l'autre contrat record d'Ohtani.»
Gaétan Alibert

La plupart des joueurs des deux franchises seront peut-être surpris par l'ambiance, «car elle est très différente de celle observée en Amérique du Nord, reprend notre expert. En Corée et au Japon, tout le monde porte le même maillot et anime les tribunes avec des chorégraphies, de la musique et des chants. Aux Etats-Unis, l'ambiance est plus confidentielle, à part lors de gros matchs à enjeux et durant les play-offs.»

Cet enthousiasme dit beaucoup du rôle joué par le baseball dans la péninsule. «C'est un sport qui a servi à construire l'identité nationale de la Corée du Sud et à l'exprimer à l'international», souligne notre expert.

Gaétan Alibert lors de la promotion de son livre «Une histoire populaire du baseball».
Gaétan Alibert lors de la promotion de son livre «Une histoire populaire du baseball».

Le pays était destiné, tôt ou tard, à accueillir des matchs de MLB, surtout depuis les années 1990, lorsque la prestigieuse ligue nord-américaine a commencé à délocaliser certaines de ses rencontres officielles. Depuis 1996, 29 matchs de championnat se sont ainsi disputés au Mexique, au Japon, en Australie et en Angleterre (une statistique qui ne tient pas compte des matchs exhibition). Pourquoi pas en Corée?

«Parce que la MLB a une démarche prudente à l'international, songe notre interlocuteur. Elle vient d'ailleurs d'annuler un match qui était pourtant prévu en France en 2025.» Elle a pourtant beaucoup à gagner lors de ses tournées à l'étranger, pour autant que toutes les conditions soient réunies.

«La MLB suit un peu la même stratégie que la NBA dans les années 80 et 90. Le basket était pris à la gorge sur le marché US par la NFL et il est allé chercher de la ressource (médiatique et financière) et de la popularité à l'étranger, avec le succès que l'on connaît. La NFL et la MLB essaient de le faire timidement depuis les années 2000, mais ces deux ligues sont tellement puissantes aux USA qu'elles n'ont pas besoin d'avoir une stratégie agressive en dehors de leurs frontières.»
Gaétan Alibert

Tout de même, la fanbase de la MLB est vieillissante (on parle d'une moyenne d'âge de 45-55 ans) et si les voyages forment la jeunesse, alors ils permettront au baseball de renouveler leur public. Et ce n'est pas le seul intérêt d'une délocalisation: la MLB a pu constater, avec la très séduisante World Baseball Classic (une compétition internationale créée en 2006), tout l'intérêt des pays étrangers pour ce jeu, surtout depuis que le baseball est redevenu un sport olympique en 2020 à Tokyo.

Team Japan celebrate after the gold medal baseball game against the United States at the 2020 Summer Olympics, Saturday, Aug. 7, 2021, in Yokohama, Japan. Japan won 2-0. (AP Photo/Jae C. Hong)
Les Japonais avaient remporté la médaille d'or en battant les Américains en finale lors des JO 2020.Image: AP

Le championnat nord-américain réfléchit d'ailleurs à se mettre en pause à l'été 2028 afin de permettre à ses stars de participer aux Jeux de Los Angeles. «Rien que d'y penser, c'est une sacrée révolution», fait remarquer Gaétan Alibert.

Investir de nouveaux territoires permet enfin à la MLB de susciter des vocations et, à l'avenir, de trouver dans ces pays lointains de nouvelles forces vives pour son championnat. L'histoire a montré que certains des meilleurs éléments des Ligues coréenne (KBO) ou japonaise (NPB) ont le niveau pour évoluer en Amérique du Nord et s'y imposer dès leur première saison (Kodai Senga, Shoei Ohtani, Ha-seong Kim, etc.).

Mais pour que la magie entre le baseball coréen et américain opère, il faudra peut-être faire évoluer les mentalités. «La KBO n'est pas une ligue réputée pour sa puissance mais pour sa défense, relève Gaétan Alibert. Or la MLB moderne recherche la puissance, le home run.» Cette semaine, les Coréens auront l'occasion de voir de près toutes les qualités qu'ils devront développer pour espérer, un jour, intégrer le plus beau championnat du monde.

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles
Ce parc aquatique brûle depuis trois jours
Video: watson
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Ce tennisman souffre d’une maladie très handicapante
Le Français Alexandre Müller, qui dispute le 2e tour de Roland-Garros ce mercredi, est atteint de la maladie de Crohn, qui lui fait vivre un «enfer» avant et après ses matchs.

Faire carrière dans le tennis professionnel est déjà, de base, très compliqué. La tâche devient encore plus ardue avec une maladie qui perturbe fortement les performances. Mais Alexandre Müller réussit cet exploit.

L’article