DE | FR
Fan cheers prior the start of the Euro 2020 soccer championship group F match between Hungary and France at the Ferenc Puskas stadium in Budapest, Hungary Saturday, June 19, 2021. (Tibor Illyes/Pool via AP)

Image: AP EPA Pool

Les Français sont certains de nous mettre une raclée

Les Bleus ne voient pas très bien comment ils pourraient perdre contre la Suisse en 8e de finale, lundi à Bucarest.

Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story
Julien Caloz
Julien Caloz



D'habitude, les experts des grandes nations du football font au moins semblant d'avoir un peu de respect pour leur prochain adversaire. Mais mercredi soir, quelques minutes après la qualif des Bleus contre le Portugal (2-2), nos voisins ne s'en sont même pas donné la peine! 😂 Il y aura bien un 8e de finale, lundi prochain entre la France et la Suisse, mais ça ne sert à rien de s'étendre sur le sujet. Parce qu'envisager «une défaite de la France, c'est compliqué», a asséné direct le présentateur de l'After foot (RMC), «le show qui dit tout haut ce que le monde du foot pense tout bas».

Une telle prise de position aurait été presque vexante pour les supporters de la Nati si les chroniqueurs n'avaient pas ensuite démontré leur fine connaissance du jeu suisse avec force arguments:

«Shaqiri est hors de forme. Il faut dire qu'il aime bien le McDo»

«Rodriguez, c'est fini»

«Seferovic n'arrive à rien, et puis, ça n'a jamais été un grand buteur»

La question, dès lors, n'est pas de savoir si la Suisse est un bon tirage, mais si elle est un «très bon tirage». La chaîne L'Equipe a posé la question telle quelle à ses six consultants. Verdict: Six fois «oui». «Si on se plaint de ce tirage, il faut tout arrêter!», a coupé court Hervé Penot, plume du journal français.

Relancé par le présentateur sur fond d'inquiétude franco-française, «parce que les Bleus, on le dit souvent, sont forts face aux forts mais ont du mal à faire le jeu face à des équipes prenant moins de responsabilités (sous-entendu: la Suisse)», Penot a précisé la pensée du collège d'experts. «On ne dit pas que ce sera simple, qu'on va leur mettre cinq pions. Mais la France est championne du monde et finaliste du dernier Euro. Et en face, ça manque quand même de talents individuels.»

L'optimisme est de raideur rigueur

Xherdan Shaqiri est le joueur suisse le plus connu en France mais Emmanuel Petit, justement, le connaît trop bien pour en avoir peur. «70% du match, on ne le voit pas», a rappelé le consultant de BFM, avant d'oser une prédiction qu'il pourrait bien regretter: «Il va se farcir Kante et ce sera réglé en deux temps, trois mouvements».

Les certitudes françaises se fondent sur le rapport de forces déséquilibré entre les deux équipes, mais aussi sur un passé commun à l'avantage de la France. «Ça fait un bon p'tit moment qu'on n'a pas perdu contre la Suisse», s'est souvenu Denis Brogniart, spécialiste ès poteaux. La dernière fois, c'était en 1992 et ça comptait pour rien. La Nati avait pris le meilleur sur son voisin en amical.

Pour les nostalgiques

abspielen

Victoire 2-1, doublé de Bonvin à La Pontaise. Vidéo: YouTube/sp1873

Confrontations directes

16-12

Les deux pays se sont déjà affrontés à 38 reprises pour 16 victoires françaises, 10 nuls et 12 victoires suisses.

Le présentateur de BFM Foot est presque désolé de cette domination historique. Il ne voulait surtout pas être mal compris mercredi, alors il a précisé: «Sans manquer de respect à nos voisins et amis» (ça commençait bien 😅) puis a lâché: «On est d'accord, la France ne peut même pas imaginer ne pas passer contre la Suisse?»

Stéphane Guy, présent sur le plateau, a vu le danger arriver. Il sait par expérience qu'une fausse prophétie peut faire basculer une carrière. Le soir de la «remontada» du Barça face au PSG (6-1), croyant l'affaire pliée alors qu'il ne restait qu'une dizaine de minutes à jouer, le commentateur avait anticipé la qualif parisienne en quart de finale et avait lâché à l'attention des Catalans: «En face, c'est pas Gijon, c'est pas Valladolid, c'est le Paris-Saint-Germain!» Mais rien ne s'était passé comme prévu. ⬇️

Alors quand il lui a été demandé de se prononcer sur le 8e de Bucarest, Stéphane Guy a prévenu tout excès d'optimisme: «Il va falloir le jouer, ce match».

Didier Deschamps a dit la même chose en substance. Interrogé par un journaliste de TF1 pour savoir si le rendez-vous face aux Helvètes était «abordable», le sélectionneur a répliqué, fort de sa longue expérience de joueur: «Ecoutez, on en a vu des matches abordables...» Il a ensuite avoué qu'il avait dépêché des observateurs pour étudier le jeu de la Suisse, soucieux de ne pas sous-estimer cet adversaire auquel la plupart de ses compatriotes n'accorde pas le moindre crédit.

Plus d'articles sur le sport

Roger Federer réussit un coup de maître avec son entrée en bourse

Link zum Artikel

Young Boys a épaté tout le monde, à commencer par lui-même

Link zum Artikel

Novak Djokovic a dû attendre de perdre pour être aimé du public

Link zum Artikel

Née qu'avec 8 doigts, Francesca Jones est une pépite du tennis

Link zum Artikel

Lausanne-Sion? Laissez tomber, voici les cinq vrais derbys romands

Link zum Artikel

Les Suisses cartonnent en contre-la-montre, depuis un sacré temps

Link zum Artikel

Yann Sommer est le chouchou des Suisses et voici pourquoi

Link zum Artikel

Il distribuait des beignes mais au fond, il n'était pas si méchant

Link zum Artikel

Les supporters ont-ils attrapé la grosse tête?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Des geeks alémaniques font la loi dans l'industrie des paris sportifs

Pourquoi une équipe est-elle mieux cotée qu'une autre? Qui décide de ses chances de victoire? Nous avons remonté la filière des paris et découvert que tout était calculé depuis Zoug.

Les chiffres officiels disent que 624 joueurs participeront à l'Euro 2020 dès ce vendredi, mais ce n'est pas tout à fait exact: des millions d'autres vont transpirer pendant 90 minutes, célébrer des buts et pleurer des défaites. Ce sont les parieurs.

Mais qui déterminent les cotes des paris sportifs? Et sur quelles bases scientifiques reposent-elles?

Les premières cotes sont calculées par Betradar (aussi connu sous le nom de Sportradar). «C’est la référence mondiale. La plupart des organes …

Lire l’article
Link zum Artikel