DE | FR
À la télévision, on remettait les compétences des footballeuses en doute. Le présentateur tirait au but et elles devaient réussir à stopper le ballon.
À la télévision, on remettait les compétences des footballeuses en doute. Le présentateur tirait au but et elles devaient réussir à stopper le ballon.

Quand le foot féminin était tourné en ridicule à la télé

Les femmes ont encore beaucoup de difficulté à faire leur place dans le football. Pourtant, le plus dur semble derrière elles. Il y a une cinquantaine d’années, l’émission «Aktuellen Sportstudio» sur ZDF montrait des hommes dénigrer les joueuses.
01.04.2021, 18:58
Team watson
Team watson
Suivez-moi

Cela peut paraître surprenant, mais c'est la vérité: le football féminin a été interdit en Allemagne de 1955 à 1970. La Fédération de football justifiait sa décision par ces mots: «Lorsque les femmes se battent pour s’emparer du ballon, la grâce féminine disparaît, le corps et l’âme subissent des dommages inévitables et l’exhibition du corps viole l’élégance et la décence des femmes

Face à cette interdiction, les femmes n’ont de loin pas stoppé leurs pratiques. Elles ont continué à jouer dans leurs clubs, qui n’appartenaient pas aux ligues de la DFB (deutsche Fussball-Bund). A la fin des années 1960, le football féminin commençait à être reconnu mais était encore loin de l’égalité avec la gent masculine. L’émission «Aktuellen Sportstudio», réalisée par la chaîne de télévision allemande ZDF et diffusée le 29 mars 1970, démontrait l’incompréhension et le dénigrement des hommes à l’égard des joueuses.

Dans l'extrait vidéo ci-dessus, le présentateur de la ZDF, Wim Thoelke, commente un match international non officiel de l’équipe féminine allemande de football en 1970. Il fait d’innombrables remarques désobligeantes sur les jeunes footballeuses: «Bousculade très délicate (...) Impressionnant, la maman fait un magnifique centre (...) Cours, cours Erna! (...) Mais en fait, elle n’est pas assez rapide», s’exclame le commentateur avec une pointe d’ironie dans sa voix.

Alors qu’une joueuse tombe sur le terrain et salit son maillot, il formule de nouvelles critiques.

«Il n’y a pas de soucis à se faire, les femmes lavent leurs maillots elles-mêmes. Par contre, si les hommes tombent, c’est bien plus embêtant»
«La défenseuse, pourtant libérée des tracas du ménage, du mari et des enfants, réussit quand même à mal jouer»

À cette époque, les propos machistes et chauvins sont entendus dans les bars mais aussi à la télévision. Lors de l'entretien d’après-match avec les footballeuses, Thoelke lance: «Je suppose que les billets pour la prochaine rencontre seront bientôt tous vendus. De toute manière, après le début de la partie et quand les hommes auront assez ri, la rencontre n’aura plus aucun intérêt

Ce n'était pas mieux en France

Thoelke veut aussi savoir si les filles se sont donné des surnoms entre elles ou même si elles se préoccupent des bleus qu’elles ont sur les jambes. Quand elles ignorent les questions, il leur propose de jouer le rôle de gardienne de but. Le présentateur shoote dans le ballon et les footballeuses doivent prouver qu’elles ont le niveau pour arrêter la balle. Avec les mots suivants: «La beauté féminine est tout simplement merveilleuse, elles sont si douces avec le ballon. Avec un peu de chance, pas seulement avec le ballon...»

Six mois après la diffusion de l’émission de la ZDF, la fédération allemande de football a enfin levé l’interdiction du football féminin. Toutefois, il existait encore certaines différences entre les hommes et les femmes. Les équipes féminines devaient par exemple prendre une pause hivernale de six mois en raison de leur «nature plus faible», les chaussures à crampons étaient interdites et les ballons étaient plus petits et plus légèrs. De plus, un match ne durait que 70 minutes.

Le 10 novembre 1982, l'équipe nationale féminine allemande a disputé son premier match officiel en triomphant de la Suisse sur le score de 5-1.

Échange des fanions avant le match.
Échange des fanions avant le match.Image: Keystone

A cette époque, dans notre pays, le regard envers le football féminin était bien plus ouvert qu’en Allemagne. En Suisse, la plus haute division nationale féminine a été créée en 1970 et l’équipe nationale suisse de football féminin existe depuis 1972. Contrairement à l'Allemagne, qui a été deux fois championne du monde et huit fois championne d'Europe, les Suissesses n'ont pas encore gagné de titre majeur. En mars 2017, elles ont tout de même remporté la Coupe de Chypre de football, un petit tournoi international qui annonce peut-être le début du succès.

Article traduit de l'allemand par Charlotte Donzallaz.

Marre du foot? Voici le Château de Chillon, en images

1 / 10
Le Château de Chillon, en images
source: sda / jean-christophe bott
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Il était le grand espoir du foot suisse: que devient Davide Chiumiento?
Considéré comme le talent du siècle lorsqu'il a fait ses débuts à la Juventus à 19 ans, le Suisse en a aujourd'hui 37 et vit en Appenzell, où il veut enseigner sa magie du football aux enfants.

Davide Chiumiento et sa famille sont rentrés du Canada avec leurs douze valises en novembre dernier. Aujourd'hui, le papa et ancien footballeur, accompagné de ses deux filles, regarde Diego (8 ans) jouer au football. Le garçon sait déjà jongler mille fois, mais quelle importance?

L’article