DE | FR
Le hockey sur glace suisse risque de souffrir fortement au niveau économique à cause du Covid-19 et du variant Omicron.
Le hockey sur glace suisse risque de souffrir fortement au niveau économique à cause du Covid-19 et du variant Omicron. image: keystone/shutterstock
Ice master Zaugg

Le hockey sur glace suisse vit les pires jours de toute son histoire

La Coupe Spengler a été annulée. Ambri, Davos, Zoug, Rapperswil et Lugano sont en quarantaine: Omicron ravage le hockey suisse. Au casse-tête du calendrier s'ajoute les angoisses de ne plus pouvoir organiser de matchs et voir les caisses des clubs vides.
29.12.2021, 12:1229.12.2021, 13:02
Klaus Zaugg
Klaus Zaugg
Suivez-moi

Commençons par une bonne nouvelle. Elle n'est pas sportive ou économique. Mais plutôt philosophique. Une sorte de «méthode Coué». Denis Vaucher, le directeur de la Ligue nationale, a tranché: «Le championnat va se poursuivre.» Des mots prononcés avec une légère résignation dans sa voix. Le boss est désormais expérimenté pour gérer des situations de crise. Alors oui, il le sait, le championnat continuera. Mais la question, c'est de savoir dans quelles conditions.

Il fut un temps où les championnats pouvaient être interrompus ou ne pas être joués du tout. Parce que l'argent n'était pas déterminant. Aujourd'hui, la National League et la Swiss League sont devenues un véritable business, qui génère plus de 250 millions par an et qui emploie plus de 800 personnes.

En plus d'avoir vu leur Coupe Spengler annulée, les hockeyeurs du HC Davos sont désormais en quarantaine.
En plus d'avoir vu leur Coupe Spengler annulée, les hockeyeurs du HC Davos sont désormais en quarantaine. image: keystone

La nouvelle vague d'infections touche désormais le hockey à plusieurs niveaux. Ce problème ne concerne pas seulement les équipes mises en quarantaine: Denis Vaucher affirme qu'il pourrait être de plus en plus difficile de trouver suffisamment de personnel (arbitres, assistants, techniciens TV, etc.) pour organiser les matchs.

Aucune solution applicable

Les reports de matchs sont beaucoup plus difficiles que la saison dernière. La raison? La pause olympique entre le 28 janvier et le 22 février. Les dirigeants de la ligue se réunissent cette semaine pour décider s'ils adopteront la même mesure, en National League et Swiss League, que l'an passé: établir le classement en fonction des points par match (proportionnalité), dans le cas où toutes les équipes n'auraient pas le même nombre de matchs à la fin.

La Swiss League et la MySports League (3e division) n'ont pas ce problème de la trêve des Jeux olympiques, elles se disputeront sans interruption. Pour la National League, plusieurs scénarios sont envisagés. Mais avec, pour chacun, de gros bâtons dans les patins:

  • La vague d'infections s'estompe si rapidement que le championnat peut se dérouler comme prévu. Un scénario souhaité, mais peu réaliste.
  • Un allongement de la saison régulière après la pause olympique. Mais ce n'est tout simplement pas possible: les championnats du monde commencent sept jours après la dernière date de la finale et un raccourcissement des play-offs impacterait négativement les sponsors et les partenaires TV.
  • Jouer pendant la pause olympique. C'est juridiquement possible: une équipe qui dispose de 12 joueurs et d'un gardien de but a l'obligation de se présenter sur la glace. Mais cela signifierait que les équipes devraient se passer de leurs meilleurs joueurs suisses. Cette option n'est donc pas applicable politiquement. Sans parler du fait que de nombreux étrangers de notre championnat seront sans doute eux aussi appelés par leur sélection pour disputer les JO.
  • Renoncer aux Jeux olympiques. Le débat sur cette option va s'intensifier ces prochains jours dans toute l'Europe. Mais c'est exclu que la Suisse fasse cavalier seul sur cette question. Et une annulation ou un report des JO par le CIO ou par la Chine est peu probable.

Les soucis se sont enchaînés à Davos ces derniers jours 👇

Un risque considérable

Et les politiciens dans tout ça? En supposant que l'immunisation collective n'est pas encore terminée – c'est-à-dire si tous ceux qui veulent se faire vacciner n'ont pas eu l'occasion de le faire –, les autorités peuvent décréter des matchs à huis clos. Mais il y a un risque financier considérable pour les clubs de National League, Swiss League et MySports League de jouer sans public jusqu'à fin janvier, date à laquelle tous ceux qui le souhaitent auront reçu leur troisième dose. En cas de huis clos imposés politiquement, la Confédération devra verser des indemnités.

Les problèmes touchent aussi l'équipe nationale. Oui, les clubs doivent libérer les joueurs pour le tournoi olympique, mais ces derniers sont libres d'accepter ou non leur convocation. Les refus ne sont pas encore un thème d'actualité. Mais la discussion s'enflammera d'ici le 15 janvier, date à laquelle le sélectionneur suisse Patrick Fischer donnera sa liste et que la situation sanitaire nationale et internationale ne se sera pas améliorée.

Pour le sélectionneur national Patrick Fischer, les refus de convocation ne sont pas (encore?) d'actualité.
Pour le sélectionneur national Patrick Fischer, les refus de convocation ne sont pas (encore?) d'actualité. Image: keystone

Le hockey-business national et international est confronté aux semaines les plus difficiles de son histoire et patine désormais, niveau économique, sur une glace extrêmement fine.

Adaptation en français: Yoann Graber

En 10 ans au Conseil fédéral, Berset n'a pas changé de coupe

1 / 13
En 10 ans au Conseil fédéral, Berset n'a pas changé de coupe
source: keystone / jean-christophe bott
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Une fouine sème la pagaille dans un supermarché

La grosse bourde du gardien ivoirien coûte la victoire à son équipe
En relâchant un ballon inoffensif, Badra Ali Sangaré a offert le match nul à la Sierra Leone à la 93e minte (2-2). Deux points de perdus qui pourraient avoir des conséquences fâcheuses pour les Ivoiriens dans cette Coupe d'Afrique.

Le football est parfois cruel. C'est ce que doit se dire Badra Ali Sangaré, le gardien de la Côte d'Ivoire, ce dimanche soir.

L’article