DE | FR
Czech Republic's Vladimir Coufal holds his national flag as he celebrates winning the Euro 2020 soccer championship round of 16 match between the Netherlands and Czech Republic at the Puskas Arena in Budapest, Hungary, Sunday, June 27, 2021. (Attila Kisbenedek/Pool via AP)

Le défenseur Vladimir Coufal célébrant la victoire des Tchèques face aux Pays-Bas en huitième de finale de l'Euro à Budapest. Image: keystone

La République tchèque, fidèle parmi les fidèles

Depuis ses débuts en 1994, la sélection d'Europe centrale a participé à tous les Euros. Elle y brille souvent, comme cette année. Elle défie le Danemark en quarts de finale samedi soir (18h00) à Bakou.



Depuis 25 ans, seulement six nations ont participé à tous les Euros. Pas besoin de trop se creuser la tête pour trouver les cinq premières, véritables mastodontes du football sur le Vieux Continent: l'Espagne, la France, l'Italie, l'Allemagne et le Portugal. La sixième? La République tchèque.

Oui, depuis sa création en 1994 (après la scission de la Tchécoslovaquie), la sélection d'Europe centrale s'est qualifiée pour les sept dernières phases finales. Et elle y a souvent brillé: finale en 1996 – perdue contre l'Allemagne 2-1 après prolongations –, demi en 2004, quarts en 2012 et donc 2021.

Esprit de groupe

Une telle constance ne doit rien au hasard. Systématiquement, dans les sports collectifs, un groupe obtient de bons résultats uniquement s'il vit bien. Pas étonnant donc de retrouver des valeurs humaines à la source du succès tchèque:

«Cette sélection est une famille depuis des années. Pas seulement les joueurs, mais aussi tous les membres du staff technique et médical»

Jaroslav Plasil, ancien international tchèque

Jaroslav Plasil a eu le temps de s'en rendre compte. L'ancien milieu de terrain a disputé quatre Euros avec la Narodni tym (2004-2016). Il connaît bien le sélectionneur actuel Jaroslav Silhavy, adjoint entre 2001 et 2009. «C'est un coach chaleureux qui instaure un climat positif, se réjouit le désormais entraîneur-assistant des Girondins de Bordeaux. Il a pleinement conscience de tout ce qu'il faut pour réussir un grand tournoi.»

Jaroslav Plasil à la lutte avec Luka Modrid

Jaroslav Plasil (à droite) à la lutte avec le Croate Luka Modric lors d'un match de groupe de l'Euro 2016. Image: keystone

Une continuité dans l'état d'esprit, malgré un remodelage important de l'effectif. «Quand Silhavy a repris la sélection en 2018, la République tchèque arrivait à la fin d'un cycle», explique Jaroslav Plasil. Lui et plusieurs tauliers de l'équipe, dont Cech, Rosicky et Lafata, avaient pris leur retraite internationale deux ans plus tôt. D'autres éléments vieillissants – Skoda et Gebre Selassie – sont devenus indésirables.

Casting gagnant

Après la non-participation tchèque à la Coupe du monde en Russie (depuis qu'elle existe, la Narodni tym ne s'est qualifiée paradoxalement que pour une édition, en 2006), Jaroslav Silhavy a réussi à reconstruire une équipe capable de réaliser de gros coups. Comme par exemple sortir les Pays-Bas, l'un des favoris de l'Euro 2020, en huitième de finale (2-0) dimanche dernier à Budapest.

Pour ce tournoi, le coach s'appuie notamment sur l'ossature du Slavia Prague, quart de finaliste de l'Europa League cette saison. Cinq sélectionnés portent les couleurs du club de la capitale (Tomas Holes, Jan Boril, Lukas Masopust, Petr Sevcik et David Zima).

Jaroslav Silhavy coach République tchèque football

Jaroslav Silhavy lors du match de poule contre l'Angleterre à Wembley (défaite 1-0). Image: keystone

Ils côtoient au sein de la Reprezentace d'autres talentueux éléments, exilés, eux. Et ces mercenaires évoluent dans les meilleurs championnats du continent: l'Espagne pour le portier Tomas Vaclik (Séville), l'Allemagne pour Pavel Kaderabek (Hoffenheim) et Patrick Schick (Leverkusen, déjà auteur de 4 buts dans cet Euro) ou encore l'Angleterre pour Matej Vydra (Burnley) et le duo de West Ham Vladimir Coufal/Tomas Soucek. L'ancien défenseur de la Narodni tym David Rozehnal s'est montré élogieux sur le milieu londonien, dans le magazine français So Foot:

«Soucek est le cœur de l'équipe, un peu dans le registre de Pavel Nedved. Il court, il récupère le ballon, il est partout»

David Rozehnal, ancien défenseur de la République tchèque

Un petit air de France

Des huit quart de finalistes de cet Euro 2020, la République tchèque est celui qui a la moins grande possession de balle (46%). Mais elle n'en est pas moins dangereuse pour autant. «Cette équipe peut faire mal sur les contres, prévient Jaroslav Plasil. Grâce à un bloc solide et beaucoup d'efforts collectifs, elle a très bien défendu jusqu'à présent. Elle me fait penser à la France en 2018.» Des Tricolores qui avaient, pour rappel, été sacrés champions du monde cette année-là...

Czech Republic's Tomas Soucek, left, challenges Georginio Wijnaldum of the Netherlands during the Euro 2020 soccer championship round of 16 match between Netherlands and Czech Republic at the Ferenc Puskas stadium in Budapest, Hungary, Sunday, June 27, 2021. (Bernadet Szabo/Pool via AP)

Tomas Soucek (à gauche) à la lutte avec le Néerlandais Georginio Wijnaldum en 1/8e de finale de l'Euro 2020. Image: keystone

L'ancien milieu de Bordeaux, Monaco et Osasuna, entre autres, voit aussi un autre point fort chez ses compatriotes: «Ils sont efficaces sur coups de pied arrêtés, comme ça a été le cas face aux Pays-Bas. Là encore, l'état d'esprit est décisif: on ne peut marquer que si on y croit.»

Optimisme

Face au Danemark, le technicien bordelais s'attend à une partie difficile, surtout mentalement. Mais il est convaincu que les footballeurs tchèques répondront à nouveau présents, «parce que les supporters veulent voir une équipe qui joue avec son cœur.» Ils ont tout intérêt à le faire, aussi d'un point de vue individuel: «L'équipe nationale est une vitrine pour les joueurs qui veulent partir à l'étranger. S'ils y parviennent, leur expérience renforcera encore la sélection pour les années suivantes», anticipe Plasil.

The Czech team prior to the EURO 2004 quarter final match between Czech Republic and Denmark at the Dragao stadium in Porto, Sunday 27 June 2004. Standing from left - Jan Koller, Petr Cech, Tomas Ujfalusi, Martin Jiranek, Rene Bolf, Marek Jankulovski. Bottom from left - Karel Poborsky, Tomas Galasek, Tomas Rosicky, Pavel Nedved, Milan Baros. EPA/NUNO VEIGA NO MOBILE PHONE APPLICATIONS

La République tchèque avant son quart de finale de l'Euro 2004 au Portugal contre le... Danemark. Image: keystone

L'ex-international (103 sélections) est persuadé que la Narodni tym peut aller au bout de cet Euro. Et du coup, faire mieux que la dream team tchèque – dont il faisait partie avec Nedved, Baros, Rosicky, Cech et Koller, entre autres – éliminée en demi-finale par l'immense surprise grecque au Portugal il y a 17 ans (défaite 1-0 après prolongations).

Son pronostic contre le Danemark? «2-1 pour la République tchèque.»

🇨🇿La République tchèque à l'Euro 2020

- Phase de poule:
Victoire contre l'Ecosse 🏴󠁧󠁢󠁳󠁣󠁴󠁿 2-0
Match nul contre la Croatie 🇭🇷 1-1
Défaite contre l'Angleterre 🏴󠁧󠁢󠁥󠁮󠁧󠁿1-0

Qualifiée parmi les quatre meilleurs 3e de groupe

- Victoire en 1/8e de finale contre les Pays-Bas 🇳🇱 2-0
- Quart de finale samedi soir (18h00) à Bakou contre le Danemark 🇩🇰

Plus d'articles sur le sport

Elle sourit comme Boucle d'or et toise comme Catherine Tramell

Link zum Artikel

A Tokyo, des gamines en or qui interrogent

Link zum Artikel

«Certaines arrêtent leur carrière pour ne pas devoir porter le bikini»

Link zum Artikel

Inarrêtable, ce robot entre dans l'histoire du basket

Link zum Artikel

Foirer un rencard à cause d'une balle en pleine face, c'est possible!

Link zum Artikel

Où les footballeurs de la Nati passent-ils leurs vacances?

Link zum Artikel

Mais pourquoi diable les gagnants de la NBA portent des masques de ski?

Link zum Artikel

«Si le mec m'attaque chez moi, je ne pourrai rien faire»

Link zum Artikel

Prochaine étape au FC Sion: La reconnaissance faciale

Link zum Artikel

Même en fin de piste, les stars du foot sont utiles aux clubs suisses

Link zum Artikel

«Eddy Merckx reste le plus grand»

Link zum Artikel

5 initiatives du monde sportif pour sauver la planète

Link zum Artikel

Implorer le pardon, une mode chez les footballeurs

Link zum Artikel

Le sacre de l'Italie suggère l'idée d'un début de règne

Link zum Artikel

Il n'y a jamais eu aussi peu de fautes. Les joueurs sont-ils devenus sages?

Link zum Artikel

Novak Djokovic: «Je suis le meilleur»

Link zum Artikel

L'Euro a puni les égoïstes, sa finale les rendra ringards

présenté parMarkenlogo
Link zum Artikel

«Face à Jordi Alba, Chiellini a été très intelligent»

Link zum Artikel

Pas retenu pour les JO, un Vaudois crie à l'injustice

Link zum Artikel

Antognoni est formel: «L'Italie ne joue pas comme d'habitude»

Link zum Artikel

Le tiki-taka, onomatopée encore au top

Link zum Artikel

«Les foules de supporters sont essentiellement positives»

Link zum Artikel

Est-ce qu’un attaquant qui ne touche aucun ballon a l’impression de faire de la course à pied?

Link zum Artikel

«Sur un match, tout est possible», vraiment?

Link zum Artikel

Pourquoi taille-t-on autant de costards à Vladimir Petkovic?

Link zum Artikel

Carton rouge sur Freuler: «Je trouve la décision très sévère»

Link zum Artikel

François Moubandje après Suisse-Espagne: «J'ai envie de pleurer»

Link zum Artikel

L'Espagne a retrouvé son jeu et sa joie. Elle rappelle quelqu'un

Link zum Artikel

Pourquoi glisse-t-on aussi souvent sur le gazon maudit de Wimbledon?

Link zum Artikel

Quelle image culte de ce France-Suisse garderez-vous en mémoire?

Link zum Artikel

Mbappé le surdoué pourra-t-il se relever de son cuisant échec?

Link zum Artikel

Les Français sont certains de nous mettre une raclée

Link zum Artikel

Quand la France était nulle et se chamaillait en Suisse

Link zum Artikel

5 bonnes raisons de rester sans voix devant les hymnes nationaux

Link zum Artikel

Johan Djourou: «Je me suis presque demandé pourquoi tu vis»

Link zum Artikel

Mais d’où vient cet amour irrationnel des Portugais pour leur équipe?

Link zum Artikel

Le débat s'envenime: Djokovic est-il le plus grand?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Ueli Maurer est un mème

1 / 13
Ueli Maurer est un mème
source: watson
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

En direct

«Au sortir de la pandémie, le pays avait besoin de retrouver de la ferveur»

Vendredi soir, la Suisse affrontait l'Espagne en quart de finale de l'Euro. L'équipe de watson a fait trempette dans le bouillon des supporters, qui sont fiers de la performance de l'équipe Suisse.

Lire l’article
Link zum Artikel