Sport
Football

L'histoire derrière le bisou de coach «CC» sur le banc de Sion

Le president et entraineur assistant du FC Sion Christian Constantin, droite, salue en embrassant le frond de l'entraineur du FC Lausanne-Sport Giorgio Contini, gauche, avant la rencontre de foot ...
Giorgio Contini et le président du FC Sion en mars 2021.Image: KEYSTONE

L'histoire derrière le bisou de Christian Constantin

Le président du FC Sion dirigera son équipe, ce mercredi contre Lugano. La dernière fois qu'il avait remplacé un entraîneur, c'était contre Lausanne en 2021. Il avait alors croisé Giorgio Contini, ce qui avait donné lieu à une photo mémorable. L'ex-coach du LS raconte.
01.03.2023, 06:2303.03.2023, 08:14
Suivez-moi
Plus de «Sport»

«Beaucoup d'amis m'avaient envoyé cette photo après la rencontre, et elle m'avait bien fait marrer!» Au bout du fil, Giorgio Contini en plaisante encore. L'actuel coach de Grasshopper se souvient très bien de la seule fois où il a «affronté» Christian Constantin dans un match de football. C'était le 7 mars 2021. Le FC Lausanne-Sport, alors dirigé par Contini, avait reçu le FC Sion au stade de la Tuilière et «CC» s'était assis sur le banc qu'occupait jusque-là Fabio Grosso.

Quelques secondes avant le coup d'envoi, l'entraîneur autoproclamé des Sédunois avait claqué une bise sur la tempe de son homologue vaudois. La scène avait surpris tout le monde, à commencer par celui qui l'avait saisie, le photographe de l'agence Keystone-ATS Laurent Gilliéron.

«Je pensais que les deux coachs allaient se serrer la main et au final, pas du tout. Ce bisou m'avait fait penser à celui de Laurent Blanc sur le crâne de Fabien Barthez. Je m'étais dit que Christian avait fait pareil avant la rencontre pour que ça lui porte bonheur.»
Laurent Gilliéron
Lors du Mondial 98, Blanc embrassait le crâne de Barthez pour se porter chance.
Lors du Mondial 98, Blanc embrassait le crâne de Barthez pour se porter chance.Image: YouTube

Cela avait fonctionné puisque Sion s'était imposé 3-1. Mais d'autres que le photographe avaient perçu ce geste comme une marque de supériorité, un petit jeu de domination dont «CC» était sorti gagnant. Il y avait le sentiment qu'à quelques secondes du coup d'envoi, un entraîneur avait pris le dessus sur l'autre. Mais ce n'est pas du tout ainsi que Giorgio Contini l'avait ressenti:

«Christian me salue tout le temps comme ça. Il me fait toujours un bisou, même quand je le vois dans le privé. Je l'aime bien, et je pense que lui aussi»
Giorgio Contini

Contini n'a jamais considéré que le protocole d'avant-match constituait le premier mouvement d'un joueur d'échecs, l'occasion de monter dans les tours. «Nous ne sommes pas les protagonistes de la partie. On peut gueuler un peu, c'est vrai, mais ce n'est pas nous qui marquons les buts. Je n'ai d'ailleurs jamais vu l'entraîneur adverse comme une personne à battre.»

GC Trainer Giorgio Contini und St. Gallens Trainer Peter Zeidler, von links, im Fussball Meisterschaftsspiel der Super League zwischen dem Grasshopper Club Zuerich und dem FC St. Gallen 1879 im Stadio ...
Contini salue Zeidler lors de Grasshopper-Saint-Gall en championnat, le 6 août 2022.Image: KEYSTONE

Quand «GC» parle de «CC», et de ce 7 mars 2021, il dit que Constantin avait «fait l'entraîneur», comme s'il tenait à marquer une différence avec le fait «d'être un entraîneur». «Parce que le métier de Christian, c'est président», rappelle-t-il quand on l'interroge sur le sens de sa formule. Ce jour-là donc, le coach du LS avait été battu par un dirigeant, et il serait légitime qu'un entraîneur diplômé et expérimenté, habité par l'ego de la profession, en ressorte affecté, voire tourmenté. Mais ce n'est pas ainsi que Contini a vécu sa défaite.

«Je n'ai jamais pensé que c'était Christian qui avait gagné le match. Ce sont ses joueurs qui se sont imposés, car ils avaient compris qu'ils devaient se bouger. Quand un entraîneur est écarté, l'équipe est davantage sous pression. Elle se retrouve face à ses responsabilités et doit prouver encore plus. Cette prise de conscience fonctionne en général très bien sur un match. Mais ce qui fait la qualité d'un entraîneur, ce sont les choses qu'il arrive à mettre en place et à répéter dans la durée.»

Giorgio Contini s'est aperçu cette semaine que sa photo avec Christian Constantin était soudain réapparue sur les réseaux sociaux. «Certains supporters espèrent que Christian restera sur le banc jusqu'au 18 mars, pour qu'il puisse me donner un nouveau bisou, puisque nous affronterons le FC Sion ce jour-là avec GC», se marre le coach au crâne lisse, qui aime beaucoup le président valaisan. «On s'est souvent croisé ces dix dernières années, surtout autour des terrains, mais aussi une ou deux fois dans le privé, pour parler d'autre chose que de football.» Ces deux personnalités ont en commun l'amour du jeu, une approche tactile et le tempérament latin «de ceux qui essaient de transmettre des émotions».

«J'aime la personne. Christian est ouvert, direct. Il dit les choses en face»

On suggère au coach de GC que s'il apprécie autant Constantin, c'est certainement parce qu'il n'a jamais été son entraîneur. La remarque le fait rire. «Peut-être, en effet. Peut-être qu'un jour je tiendrai un autre discours mais jusqu'à présent, c'est comme ça.»

Giorgio Contini est l'un des rares entraîneurs de Super League à n'avoir jamais été sollicité par le dirigeant sédunois, sans doute parce qu'il avait toujours une équipe quand l'occasion aurait pu se présenter. Mais s'il avait été libre? La perspective de recevoir plus de reproches que de bisous l'aurait-elle séduite? Quand on lui demande s'il aurait accepté le poste, il rit d'abord, prévient ensuite –«c'est une blague»– et conclut avec amusement: «Si on considère mon profil et mon parcours, les crises que j'ai traversées à Lausanne et GC ces dernières années, la suite logique devrait être le FC Sion, non?!»

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles
Ceci pourrait également vous intéresser:
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
La Serbie se sauve in extremis dans un contexte malsain
Dix-huit mois après avoir abordé dans la tourmente son match de Coupe du monde contre la Nati, suite à un scandale d'infidélité au sein de sa sélection, la Serbie se présentait jeudi à l'Euro avec la perspective d'un forfait général, après avoir eu à gérer les critiques de Dusan Tadic envers son sélectionneur. Menée au score, elle a finalement obtenu dans les derniers instants le match nul 1-1 contre la Slovénie.

Dusan Vlahovic et ses coéquipiers sont entrés sur la pelouse de l'Allianz Arena, jeudi peu avant 15h, avec la pression du résultat. Battus par l'Angleterre 1-0 lors de la première journée de l'Euro, les Serbes se devaient de prendre des points face à une Slovénie ayant accroché le Danemark dimanche (1-1). Cette partie pouvait enfoncer cet effectif de qualité ou lui permettre de bâtir une belle aventure. Un tournant.

L’article