DE | FR

Grigor Dimitrov a vécu l'enfer avec le Covid. Il en est ressorti changé

Le Bulgare a été le premier à contracter le virus lors de l'Adria Tour initié par Djokovic en 2020. Le Bulgare a perdu 8 kilos en 20 jours. Il a souffert pendant des mois. La maladie a transformé sa vie.
28.06.2022, 11:5828.06.2022, 12:50
Simon Häring, Wimbledon

Grigor Dimitrov était autrefois la plus grande promesse du tennis masculin. Il a gagné le tournoi juniors de Wimbledon, a atteint les demi-finales à l'âge de 23 ans et, plus tard, les demi-finales de l'Open d'Australie et de l'US Open. Il a aussi remporté la finale des huit meilleurs joueurs de l'année en 2017. En raison de son style de jeu élégant, il a souvent été comparé à Roger Federer. Sa carrière s'est déroulée comme prévu. Puis, dès le début de la pandémie, le Bulgare a contracté le coronavirus. Cela a fait de sa vie un enfer.

C'était au printemps 2020. La première vague de la pandémie s'estompait, mais l'incertitude était toujours aussi grande: le virus allait-il muter? Serait-il encore plus contagieux? Sera-t-il plus mortel? Y aura-t-il un vaccin? Quand cela se produira-t-il? Autant de questions auxquelles il était impossible de répondre à l'époque (et en partie encore aujourd'hui). Cela a également eu des conséquences dramatiques sur le circuit de tennis. Aucun tournoi n'a eu lieu entre avril et août. Enfin, presque.

C'est à cette époque que Novak Djokovic a créé l'Adria Tour. Une série de tournois dans les Balkans. Les matchs devaient être répartis sur quatre semaines en Serbie, en Croatie, au Monténégro et en Bosnie-Herzégovine. Ce fut un spectacle. Il y avait plus de 4000 spectateurs à Belgrade et à Zadar, serrés les uns contre les autres. Du soleil, de la musique festive et quelques-uns des meilleurs joueurs d'Europe.

Dimitrov, Zverev et Djokovic lors de l'Adria Tour.
Dimitrov, Zverev et Djokovic lors de l'Adria Tour.

Un succès populaire. Mais dans le reste du monde, la tournée a suscité l'étonnement. Parce que l'image d'un monde idéal a été véhiculée, selon laquelle la région était épargnée. Les critiques? Djokovic y a perçu de la xénophobie, expliquant qu'elles venaient «surtout de l'Ouest».

Mais le septième jour, ce qui était prévisible est devenu réalité: Grigor Dimitrov a été le premier acteur à être contrôlé positif alors qu'il était déjà rentré à son domicile de Monte-Carlo.

Juin 2020: Dimitrov annonce à ses fans sur Twitter (ils sont 1 million) qu'il a été testé positif au Covid.
Juin 2020: Dimitrov annonce à ses fans sur Twitter (ils sont 1 million) qu'il a été testé positif au Covid.

Ce n'était que le début d'une véritable vague. Alexander Zverev, Borna Coric, Viktor Troicki et sa femme, alors enceinte, ont suivi, puis Novak Djokovic et son épouse Jelena. L'événement s'est transformé en affaire d'État, car le Premier ministre croate, Andrej Plenkovic, avait également rendu hommage à l'Adria Tour. L'auto-isolement a été imposé à plus de 100 personnes, dont des enfants qui avaient été sur le terrain avec Djokovic en Croatie. Le Tour a été annulé.

La première victime de la compétition itinérante est presque tombée dans l'oubli. Dimitrov a pourtant beaucoup souffert de la maladie. Il a perdu huit kilos en 20 jours et n'a pratiquement pas pu s'entraîner pendant des semaines. Aujourd'hui, le Bulgare déclare:

«Je me sentais vraiment mal. J'ai commencé à douter, à me méfier de mon corps. Je pouvais à peine respirer. C'était brutal, les pires mois de ma vie. J'avais très peur pour mon corps. C'était frustrant et effrayant.»

Dimitrov a perdu le goût et l'odorat, ainsi que la confiance en son corps. «J'avais des doutes, je développais une profonde méfiance.» Tout était déséquilibré, des muscles s'enflammaient sans cesse. Les jambes ont commencé à faire mal, puis les épaules, le dos, puis les genoux. «Un cercle vicieux», dit Dimitrov. Il a fallu plusieurs mois pour qu'il retrouve une certaine normalité.

Le moment où il a appris le diagnostic a été particulièrement décisif pour lui. «Quand on m'a annoncé que j'avais contracté le Covid, ma gorge s'est littéralement nouée. Les jours précédents, j'avais été en contact avec beaucoup de gens, y compris des enfants, si bien que je devais d'abord annoncer la nouvelle à toutes les personnes concernées. Peu de temps avant, j'avais aussi vu ma propre famille. Heureusement, je ne les avais pas contaminés.»

Des visites dans des orphelinats

La maladie l'a également affecté sur le plan psychique.

«Lorsque l'on est seul à la maison pendant 20 jours, beaucoup de choses nous passent par la tête. Il est inévitable que de mauvaises pensées surgissent»

Mais Dimitrov a fait de la nécessité une vertu. Pendant la période où il pouvait à peine s'entraîner, il a visité plusieurs orphelinats en Bulgarie avec sa mère. «Je voulais voir comment les enfants vivaient là-bas. C'était dur de voir qu'ils n'avaient pratiquement aucune chance dans la vie.» La maladie a entraîné chez lui un changement de mentalité. «Il y a eu des moments où j'étais obsédé par le tennis. Quand je gagnais, je me sentais comme un roi. Quand je perdais, j'avais l'impression d'être un mendiant.»

Six mois après sa maladie et peu avant son 30e anniversaire, il a réalisé un souhait qui lui tenait à cœur en créant une fondation destinée à aider les orphelins. Il a aussi retrouvé le rythme de la compétition.

He's back

Se reproche-t-il d'avoir minimisé le virus en participant à l'Adria Tour? Ou même à Novak Djokovic, l'organisateur, qui n'a jusqu'à présent exprimé que des regrets, mais pas de remords? Ni l'un ni l'autre, répond Dimitrov. «Cela devait se passer exactement comme ça. Je suis aujourd'hui une personne plus heureuse. Et incroyablement reconnaissant de pouvoir jouer à Wimbledon

Il entre en lice ce mardi contre Steve Johnson.

Adaptation en français: Julien Caloz

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles

Copin comme cohcon: la piscine

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
L'Inter sera-t-il champion? Et 7 autres questions brûlantes en Serie A 🔥
Le championnat italien reprend ce samedi avec plusieurs matchs, dont Milan - Udinese (18 heures) et Lecce - Inter (20h45). Un spécialiste du calcio revient sur les grands bouleversements de l'été et les tendances de l'automne.

Correspondant de longue date pour plusieurs médias comme L'équipe, France football ou So foot, le journaliste Valentin Pauluzzi suit la Serie A depuis quinze ans, et le football italien depuis toujours. Il répond aux huit questions que tout le monde se pose avant la première journée du plus romantique des championnats européens.

L’article