DE | FR

De jeunes banlieusards sèment la terreur dans le basket suisse

Les «moins de 18 ans» de Morges St-Prex disputent ce samedi le Final 4 national, où ils défient des clubs forts et installés. Cinq explications pour une anomalie superbe.
14.05.2022, 08:0214.05.2022, 14:01

Pour la première fois de leur histoire, les Red Devils de Morges St-Prex participent à la finale du championnat suisse des U18. Et ce n'est pas un accident.

De vrais petits diables

«On a 2-3 petits monstres», annonce fièrement Yves Enderli, père d'un joueur. «Il y a une vraie génération spontanée, une bande de potes qui arrive à maturité. Pourvu qu'on ne vienne pas nous les voler», souffle Daniele Gonteri, autre parent et responsable de la communication.

Il y a de tout, dans cette escouade de petits diables. L'entourage raconte «une volée exceptionnelle de joueurs méga forts». «Un meneur de 1,70 m mais très nerveux, très agressif, super distributeur» (Loris Casolo). «Un mec hyper costaud défensivement» (Igor Gonteri). Des top scorers qui terrorisent «tout le pays» (Diego Roman, Erwan Margaux) et dont certains observateurs «ne comprennent pas» qu'ils ne figurent pas en équipe de Suisse. «Nous notons à l'inverse que le sélectionneur a convoqué son fils... »

Une flamme qui brûle

Etre un petit dans la cour les grands, c'est bon pour les témoignages de sympathie et les marivaudages de cantine mais pas toujours pour les affaires. Morges St-Prex ne veut pas être «que ça», un tour de force ou une folie passagère. «Voilà quatre ans que nous essayons de construire cette équipe, expose Daniele Gonteri. Essaie parce que, aujourd'hui, les gens ne sont pas tellement clubistes. Ils ont tendance à bouger. Et il y a beaucoup de concurrence dans la région. Mais nous remarquons que, peu à peu, notre attrait augmente. Ce sont les jeunes qui viennent à nous.»

Certains reviennent, comme Julien Chanson qui s'était éclipsé à Nyon. «On discute avec les parents, on tente de convaincre. Pendant ces quatre années, on a réussi à conserver un cinq de base très fort. Au-delà, il faut reconnaître qu'on n'a pas réellement de banc, ce qui a pu nous desservir à certaines occasions.»

Final 4, mode d'emploi

Les finales sont organisées dans la salle du Cherrat à St-Prex. Elles réunissent quatre équipes, comme leur nom l'indique (Final 4): Genève Académie (tenant du titre), Bernex, les Lugano Tigers et donc, Red Devils Morges St Prex. Samedi à 14 h: Bernex – Genève Académie. 17 h: Lugano – Morges Saint-Prex. Dimanche 11 h: finale troisième place. 14 h: finale.

Des parents en feu

«Quand on a affronté Fribourg en quart de finale, ils étaient certains de nous mettre une tôle», s'amuse Yves Enderli. Daniele Gonteri n'en pense pas moins (mais le formule autrement): «En saison régulière, ils nous ont mis 20 points dans la vue. Quand ils sont revenus, ils étaient très sûrs d'eux. Notre résistance les a rendus disons... tendus et combatifs.»

Yves Enderli, qui fut notamment l'impresario du groupe IAM et co-créateur de la nouvelle boutique du LS, est un professionnel de l'enthousiasme. Il sait en repérer un vrai: «On a conscience de vivre une période exceptionnelle. A force, on a trimbalé nos enfants dans toute la Suisse. On a dormi à Lugano, à Zurich. On a passé de super week-ends ensemble.»

Un coach infernal

Michel Perrin, ancien basketteur français de haut niveau et sélectionneur dans de nombreux pays africains (Cameroun et Guinée chez les hommes, Mali chez les femmes), coordonne toute la filière. Outre sa fonction de directeur technique, il entraîne l'équipe de LNB, «mais aussi les jeunes. Il est dur, très dur. Vous devriez voir le niveau de ses entraînements, c'est rare pour des joueurs de cet âge», vante Daniele Gonteri.

Michel Perrin, coach communicatif.
Michel Perrin, coach communicatif.

Un plan bien ficelé

Puisque «les moins de 16 ans poussent aussi», il faut croire que les U18 ne sont pas un épiphénomène. «Le club a pris le parti il y a quelques années de promouvoir les jeunes», affirme Daniele Gonteri, une phrase facile de gérant habile, bonne à attendrir les politiques et les sponsors. Mais pas ici.

«Contrairement aux autres clubs, on intègre nos jeunes en LNB, confirme Daniele Gonteri. Ils n'ont peut-être pas des temps de jeu extraordinaire mais, déjà, ils participent à tous les entraînements.»

Résultats: «Ce sont plutôt les jeunes de l'extérieur qui viennent à nous. Ils connaissent les possibilités que nous leur offrons. Ce ne sont pas que des mots et ils le savent. En plus, nous ne sommes pas recroquevillés sur nous-même. Notre bassin de recrutement s'étend de Vevey à Nyon.»

Idéalement, les Reds Devils voudraient pousser l'insolence jusqu'en LNA, histoire de «garder les jeunes plus longtemps». L'histoire, en quelque sorte, d'un petit club de banlieue qui grandirait avec ses ados. Ce serait bon, ça, coco.

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles

Faire du catch féminin en Suisse romande? C'est possible!

Plus d'articles sur le sport

Stan Wawrinka, roi de France et petit sujet en Suisse

Link zum Artikel

La marque On prépare une nouvelle chaussure pour les records sur route

Link zum Artikel

«Xherdan Shaqiri a commis une erreur et aurait dû s'excuser»

Link zum Artikel

Christian Constantin en a-t-il marre du FC Sion?

Link zum Artikel

Lucien Favre est annoncé à Nice avec des pouvoirs étendus

Link zum Artikel

Des clubs suisses utilisent le chômage pour s'offrir de bons joueurs

Link zum Artikel

Grondés et injuriés, les coachs deviennent des souffre-douleur

Link zum Artikel

Un footballeur suisse devient la risée du web à cause de son tatouage

Link zum Artikel

Le «fote» vaudois nous offre un nouveau moment d'anthologie

Link zum Artikel

Steve Kerr, ce coach champion de NBA qui a fait d'un drame une force

Link zum Artikel

Privés de gazon, les pros du tennis galèrent pour préparer Wimbledon

Link zum Artikel

Canicule sur le vélo? «On mettait des glaçons dans des bas pour dames»

Link zum Artikel

La pire équipe de foot en Suisse est romande (et ce n'est pas Lausanne)

Link zum Artikel

Si Djoko parlait comme Nadal, il se ferait laminer

Link zum Artikel

«Balance ton hater», la nouvelle méthode des tennismen harcelés

Link zum Artikel

Slava Bykov et son interview polémique: pourquoi?

Link zum Artikel

Darwin Núñez, de la misère en Uruguay à nouvelle star de Liverpool

Link zum Artikel

Suisse - Portugal, «le pire tifo de l'Histoire»

Link zum Artikel

Le baba cool Vettel est en panne sèche sur les circuits de F1

Link zum Artikel

Xamax mise sur une pelouse innovante pour monter en Super league

Link zum Artikel

«Etre un Spartan, c'est intégrer une armée de guerriers forts et rusés»

Link zum Artikel

Blatter - Platini, ils se marièrent et eurent beaucoup d'emmerdes

Link zum Artikel

Entre Genève et la Nati, 19 ans d'amour mais aussi d'embrouilles

Link zum Artikel

«Avec son nouveau traitement, Nadal a des chances de jouer Wimbledon»

Link zum Artikel

Les marins d'Alinghi musclent autant le cerveau que les bras

Link zum Artikel

Comme Nadal, ces sportifs ont peut-être gagné avant même de jouer

Link zum Artikel

Mathieu Van der Poel devrait renoncer à la saison sur route en 2024

Link zum Artikel

Rafael Nadal: «Je ne peux plus continuer comme ça»

Link zum Artikel

Attaques à la machette, enfants écrasés, l'enfer du Stade de France

Link zum Artikel

De la poigne et plein de copains, voici le nouvel homme fort du PSG

Link zum Artikel

L'amorti, retour de la caresse chez les brutes épaisses

Link zum Artikel

Premier vol légal à l'Everest: «Il était prêt, la montagne aussi»

Link zum Artikel

Le Fribourg Olympic devient-il le Bayern Munich du basketball suisse?

Link zum Artikel

«A 14 ans, Rafael Nadal ne savait ni servir, ni slicer, ni volleyer»

Link zum Artikel

Le vieux cliché «baskets en montagne = gros touriste» n'est plus vrai

Link zum Artikel

Pourquoi le Grand Prix de Monaco risque de disparaître

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Trop d'argent et de gloire détruisent les étudiants-athlètes
Les sportifs universitaires américains sont exposés à une détresse mentale qui conduit à des suicides. Pourquoi? De grosses sommes d'argent et des partenariats lucratifs sur les réseaux sociaux. Un poison qui se répand très vite.

Les milieux universitaires américains sont en pleine ébullition. Les diffuseurs et les marques s'agitent et tentent de dénicher la prochaine perle, de capitaliser sur des jeunes qui offrent un spectacle. Les affluences, l'argent, la popularité, ce cocktail de gloire et d'espoir aspire des sportifs dans la tourmente de la pression constante. Trop tôt? C'est le cas.

L’article