DE | FR
Le sélectionneur Murat Yakin et le directeur des équipes nationales Pierluigi Tami lors d'une récente visite au Qatar.
Le sélectionneur Murat Yakin et le directeur des équipes nationales Pierluigi Tami lors d'une récente visite au Qatar. Image: KEYSTONE

La Nati mène l'enquête au Qatar pour trouver un hôtel respectable

L'équipe de Suisse a envoyé un document de 80 questions à trois hôtels et sollicité deux syndicats, dans le but de choisir un hébergement respectueux des travailleurs lors de la Coupe du monde au Qatar.
13.04.2022, 06:1513.04.2022, 18:29
Suivez-moi

Une dépêche de l'agence ATS nous apprenait la semaine dernière que la Suisse était sur le point de trouver l'hôtel dans lequel elle résidera lors du Mondial au Qatar (21 novembre - 18 décembre). Mais aussi qu'avant «de finaliser son choix», l’Association suisse de football (ASF) entendait «veiller à ce que ces hébergements aient respecté les droits des travailleurs et les droits humains lors de leur construction».

6500 travailleurs étrangers
sont morts au Qatar entre 2010 et février 2021, selon The Guardian.

Par quels moyens, maintenant que les chantiers sont terminés? Comment la Nati peut-elle être certaine de choisir un hôtel correspondant à ses valeurs? Ces questions, nous les avons posées à Adrian Arnold, chef de presse de l'ASF ainsi qu'à Hasni Abidi, politologue au Global Studies Institute de l’Université de Genève.

La FIFA a formulé trois propositions d'hébergement à l’Association Suisse de Football. Pour faire son choix, l'équipe de Murat Yakin a diligenté deux enquêtes:

  1. La Nati s'est associée aux syndicats ILO et Unia pour établir une liste de 80 questions qu'elle a ensuite soumise au management des hôtels. «Les questions concernent les conditions dans lesquelles le bâtiment a été construit et dans lesquelles les salariés travaillent actuellement», renseigne Adrian Arnold.
  2. Les deux syndicats cités précédemment ont aussi eu la mission de faire un rapport sur les hôtels qui ont été proposés à la Suisse et sur les travaux qui y ont été menés, «car ils ont une bonne connaissance des chantiers effectués dans le pays», assure M. Arnold.
Murat Yakin lors de la dernière visite de la délégation suisse au Qatar.
Murat Yakin lors de la dernière visite de la délégation suisse au Qatar.Image: KEYSTONE

Le responsable de la communication explique que l'ASF a eu «très tôt conscience de l'importance du respect des droits humains dans le pays hôte de la prochaine Coupe du monde». La première rencontre entre les dirigeants de la Nati et Amnesty International a ainsi eu lieu à l'été 2020 déjà. «Le président de l'ASF Dominique Blanc a par la suite mené un groupe de travail composé de divers représentants, dont la FIFA, l'UEFA, Amnesty International et plusieurs sélections participant au Mondial. Ce collectif a déjà effectué deux visites à Doha. Une troisième est déjà prévue.»

Ces efforts, s'ils sont louables, peuvent-ils aboutir? La Suisse a-t-elle une chance de trouver un hôtel ayant été respectueux des droits de l'Homme lors de sa construction? Spécialiste du monde arabe, Hasni Abidi nuance.

«Tout dépend de ce qu'on entend par droits de l'Homme. Si vous entendez des salaires équivalents à ceux pratiqués en Suisse et en Europe ou des avantages (retraite, droits sociaux, etc.) dont les travailleurs auraient bénéficié, alors la réponse est non, le Qatar n'a pas rempli ces conditions. Les standards appliqués dans les pays du Golfe ne sont pas les mêmes que ceux appliqués en Suisse.»
Image: CERMAM

Hasni Abidi explique toutefois que «les entreprises internationales qui ont été mandatées pour construire les infrastructures de la Coupe du monde ont dû remplir le cahier des charges en matière de respect des droits des travailleurs». Mais comment en être certain?

«On n'a aucun moyen de vérification»
Hasni Abidi, directeur du Centre d'études et de recherche sur le monde arabe et méditerranéen (CERMAM) à Genève

Le spécialiste poursuit: «Les hôtels étant déjà construits, les employés ont certainement déjà quitté le lieu de travail pour aller sur un autre chantier ou pour rentrer chez eux. On ne peut dès lors plus leur demander s'ils ont reçu leur salaire à temps, s'ils ont été payés pour les heures supplémentaires qu'ils ont effectuées, etc. On ne peut interroger que les propriétaires des hôtels ou les entreprises qui avaient la charge de les bâtir. Vous pensez bien que ces interlocuteurs nous diront ce qu'ils ont envie. Le syndicat Unia n'a aucun moyen de vérification objectif.»

La démarche de la Suisse n'est pas vaine pour autant. «Les démarches effectuées permettent de mettre la pression sur les autorités qataries, de leur dire: «On regarde de près les conditions dans lesquelles va se disputer le tournoi», souligne M. Abidi. C'est aussi un message pour l'avenir. Imaginez si une liste d'hôtels ayant été construits sans respecter les droits des travailleurs était publiée demain. Cela permettrait aussi aux voyageurs de boycotter certains établissements et d'exercer une pression sur les autorités locales, qui perdurerait après les grands évènements comme la Coupe du monde.»

La Coupe du monde au Qatar, la première de l'histoire en hiver, s'avance comme un laboratoire du futur, et pas seulement sur le terrain.

25 sosies repérés dans le public des matchs de hockey

1 / 27
25 sosies repérés dans le public des matchs de hockey
source: reddit
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Roger Federer promeut la Suisse avec Anne Hathaway

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Andres Ambühl, le paysan grison devenu une légende du hockey suisse
L'attaquant du HC Davos deviendra, ce samedi contre le Canada (15h20), le hockeyeur ayant disputé le plus de matchs de l'Histoire des Mondiaux. Il doit ce record à des qualités techniques, physiques et mentales hors du commun.

Même sous le casque, on reconnaît tout de suite Andres Ambühl. D'abord grâce à ses cheveux mi-longs qui en dépassent et sa barbe noirs. Mais surtout par la manière avec laquelle il patine et manie la canne.

L’article