DE | FR
Les Sédunois dirigés par Marco Walker lors d'une séance d'entraînement en Valais.
Les Sédunois dirigés par Marco Walker lors d'une séance d'entraînement en Valais.Image: KEYSTONE

Sion ne s'entraîne pas sur synthétique: une faute professionnelle?

Les Valaisans disputent un match capital sur le terrain artificiel de Thoune, jeudi en barrage aller. Mais ils le préparent sur gazon.
25.05.2021, 17:2126.05.2021, 10:42
Suivez-moi

Le FC Sion joue sa peau en Super League cette semaine lors du double affrontement contre le FC Thoune. Le match aller de ce barrage de tous les dangers se tiendra jeudi sur le revêtement synthétique des Bernois. Pourtant, les Valaisans ne le préparent pas sur une pelouse artificielle. «Nous ne changeons pas nos habitudes pour ce match et nous nous entraînons normalement», explique le staff.

«C'est une erreur. Pire: une faute professionnelle, estime pour sa part Gabet Chapuisat, consultant sur blueSport. On sait que dans ce genre de rencontre chaque détail compte; qu'il faut mettre tous les atouts de son côté. Or on ne joue pas de la même façon sur synthétique et sur gazon. Selon moi, Sion aurait dû passer trois jours sur une pelouse artificielle pour préparer son déplacement.»

La stratégie du club sédunois est d'autant plus étonnante que le pensionnaire de Tourbillon s'est souvent entraîné sur plastique avant de se rendre dans des stades disposant de terrain synthétique, comme à Neuchâtel, Thoune ou encore Young Boys. «T'as vu les succès qu'on a eu à Berne grâce à ça», se marre Christian Constantin, qui rappelle que les entraînements cette semaine sont «très courts» et qu'il s'agit surtout d'éviter «les blessures et les charges» (le synthétique est réputé risqué pour les articulations).

La «pelouse» de Thoune.
La «pelouse» de Thoune.Image: KEYSTONE

La décision peut-elle être interprétée par les Bernois comme un excès de confiance venant du pensionnaire de Super League? Le président valaisan répond de manière énigmatique. «Si t'étais proprio du brevet qui fait les cons, tu pourrais gagner beaucoup de pognon.» Mais il l'assure: il n'y a aucun excès d'optimisme dans le camp du FC Sion.

Gabet Chapuisat reste pourtant dubitatif: «Je ne comprends pas la stratégie des Sédunois sur ce coup. Je rappelle qu'il avait fallu un miracle pour que Xamax se sauve il y a deux ans contre Aarau, et que Thoune est descendu la saison dernière.»

Comprenez-vous le choix du FC Sion?
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Dans le sport, la poignée de main est un protocole tout sauf anodin
Jeu de mains, jeu de vilains. Le traditionnel serrage de pinces d'après match a tourné à la bagarre entre les coachs Thomas Tuchel (Chelsea) et Antonio Conte (Tottenham) dimanche. Un protocole qui en dit bien plus qu'il n'y paraît.

C'est un geste qu'un humain, en Occident, effectue 15 000 fois dans sa vie en moyenne, selon une étude très sérieuse. Un nombre qui aurait de quoi le rendre très banal. Il n'en est rien: une poignée de main est tout sauf anecdotique.

L’article