DE | FR
Image: keystone

Marco Walker n'est plus l'entraîneur du FC Sion

Marco Walker a été limogé de son poste d'entraîneur du FC Sion. Sa place était très menacée après une série de résultats décevants.
08.10.2021, 14:1108.10.2021, 15:22

Marco Walker a été limogé par le club valaisan de Super League ce vendredi. Le technicien soleurois et ancien joueur du FC Bâle était l'entraîneur du FC Sion depuis le 16 mars. Il avait bien commencé en menant son équipe à la victoire en barrage contre la relégation contre Thoune au terme de la saison 2020-21, ce qui lui avait valu une prolongation de contrat.

Lors de la nouvelle saison, la situation s'est vite détériorée après la défaite 4-0 au 2e tour de la Coupe de Suisse contre Stade Lausanne Ouchy, le 18 septembre. En championnat, Sion a été étrillé 6-2 dimanche dernier à Zurich et n'a récolté que 2 points sur ses quatre derniers matches.

La décision de se séparer de Marco Walker (51 ans) a été prise «après une réflexion approfondie et une analyse complète de la situation», relève vendredi un communiqué du club valaisan. La direction sportive se dit «reconnaissante» envers Walker. Un autre poste dans le club lui sera proposé d’ici la fin de l’année.

Au total, Marco Walker aura dirigé le FC Sion à 24 reprises en matches officiels.

Classement actuel de Super League

source: rts

Un nouvel entraîneur sera nommé prochainement, en vue de la rencontre contre Bâle le dimanche 17 octobre à Tourbillon. Sion est actuellement 7e de Super League. (ats/yog)

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles

Analyse

Voici le cerveau derrière le «quasi»-coup d'Etat de Donald Trump

Le professeur de droit, John Eastman, avait élaboré un plan diabolique. Mais il est tombé malade du Covid-19.

La politique américaine débat actuellement sur le projet de loi sur les infrastructures. Mais en parallèle, de plus en plus de détails sont révélés sur la façon dont Donald Trump a tenté de faire un coup d’Etat. Et ce qui est effrayant, c’est qu’il a presque réussi.

«Le pays n'était qu'à quelques heures d'une véritable crise constitutionnelle», a écrit le New York Times dans un commentaire éditorial ce week-end. «La raison n'était pas le chaos semé par les partisans de Trump. …

Lire l’article
Link zum Artikel