DE | FR
Faute de vaccin, Djokovic n'ira pas à Indian Wells et Miami.
Faute de vaccin, Djokovic n'ira pas à Indian Wells et Miami.Image: AP

Djokovic n'a pas le droit de s'aligner à Indian Wells et Miami

Après avoir figuré dans le tableau, le Serbe a fini par annoncer son forfait. Il ne peut pas entrer sur le territoire américain.
10.03.2022, 06:1210.03.2022, 08:25

Novak Djokovic a annoncé mercredi qu’il ne disputerait pas les tournois d’Indian Wells et de Miami, où il était inscrit. Les ressortissants étrangers ont l'obligation d'être vaccinés contre le Covid, ce que le Serbe n'est toujours pas, pour entrer aux Etats-Unis.

Les autorités «ont confirmé que les règles ne changeaient pas, je ne pourrai donc pas jouer», a déclaré le Serbe sur Twitter. «Je savais qu’il était peu probable que je puisse voyager». Indian Wells exige même un statut vaccinal complet à quiconque pénètre sur le site de la compétition, spectateurs compris.

Le No 2 mondial, cinq fois vainqueur en Californie, ne disputera donc pas les deux tournois les plus importants avant la terre battue. Ses deux principaux rivaux, Daniil Medvedev et Rafael Nadal, seront bien présents à Indian Wells, où ils pourraient potentiellement s'affronter en demi-finale (afp/chd)

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«Un jour héros national, un jour évadé fiscal.» Ainsi fut Tsonga
«Le grand Jo» a disputé son dernier match de tennis, mardi, après vingt années à envoyer des pains dans tous les coins et à en recevoir en retour. Il restera une sorte d’exception française, capable (coupable?) d’une ambition démesurée.

Quand Jo-Wilfried Tsonga a tiré sa dernière cartouche, une balle flottante dans le carré de service, la foule, nous semble-t-il, n'a pas versé tant de larmes. Mais il y a eu quelques gouttes de champagne. «A la santé de Jo qui nous a «quand même» donné de bons kiffs», a tonitrué Jean-Julien, invité VRP d’une banque parisienne. Tout est dans le «quand même».

L’article