DE | FR
Bild

Image: Watson

Il distribuait des beignes mais au fond, il n'était pas si méchant

Ivo Karlovic a disputé à l'US Open le dernier match d'une carrière singulière où il a pris tous ses adversaires de haut (2,11 m), les a mitraillé (près de 14 000 aces) sans jamais penser à mal.



Il n'a servi que 19 aces contre Andrey Rublev et c'est un peu comme si on avait ôté son pistolet laser au capitaine Flam (à redécouvrir en musique ici).

Cette nuit-là, à New York, Ivo Karlovic ressemblait un peu à cela, un caillera d'opérette, le bras désarmé d'une force occulte (175 km/h de moyenne au service). Cette nuit-là, l'as des aces a perdu la main, plus rien dans son jeu, sa gueule de cinéma déconfite et ses funestes répliques: «Sans doute que ma carrière est terminée», a-t-il bégayé après la rencontre.

epa09437310 Ivo Karlovic of Croatia serves to Andrey Rublev of Russia during their match on the first day of the US Open Tennis Championships the USTA National Tennis Center in Flushing Meadows, New York, USA, 30 August 2021. The US Open runs from 30 August through 12 September. EPA/JASON SZENES *** Local Caption *** 56335951

Image: EPA

Mais au fond, Ivo-le-terrible ne pouvait pas finir autrement, à 42 ans et toutes ses dents qui continuent de claquer, de claquer encore, comme la parenthèse mal refermée d'une enfance timide. Il ne pouvait pas finir sans avoir exercé jusqu'au bout, avec ténacité, le peu de pouvoir que la nature lui a conféré, un dernier revers pour la déroute, un dernier pour aider à oublier; juste un revers, promis? «Je voulais regoûter une fois à un Grand Chelem», a-t-il répété sobrement, lui qui n'a jamais connu l'ivresse des grands soirs (un seul quart de finale).

Ambiance western

Il est né avec un physique d’épouvantail; d'ailleurs, les chroniqueurs n'ont cessé de répéter doctement qu'il «fait figure d'épouvantail dans ce tournoi». Il mesure 2,11 m. Deux échasses tenues par des bouts de ficelle (tendons usés, ligaments déchirés), deux billes noires enfoncées dans leur orbite, le visage fendillé d'un sourire inquiétant (la figure de l'épouvantail), jovialité patraque sur des joues efflanquées: Ivo Karlovic.

Il sème la terreur mais, en réalité, c'est lui qui bégaie et qui frémit au contact des humains. Quand il salue l'arbitre de chaise, il n'a pas besoin de lever les bras. Toute inclination lui semble superflue. Tout exercice de style. C'est un peu l'histoire du grand méchant mou.

Une espèce de brute

Il n’a pas beaucoup de jeu, pas d’autres atouts que l’ace, pas d’autres prétentions, aucune coquetterie, juste servir et disparaître (13 709 aces en carrière, bien plus encore à l'entraînement où il canarde comme le capitaine Flam).

Nadal et Federer mitraillés

abspielen

Vidéo: YouTube/Tennis

Si son tennis ne dit rien à personne, c’est parce qu’il s’exprime de manière monosyllabique – bim, bam, boum. Au meilleur de sa forme hélicoïdale, il est monté jusqu’à mille aces par saison, autant de coups portés à l’amour-propre des beaux joueurs, ceux qui le considèrent comme un manche ou un phénomène de foire, le roi du tire-pipe - mais celui qui rentre avec un koala en peluche, pas avec la plus belle fille du village.

«Il sert bien et puis voilà. Désolé mais ce n’est pas du tennis»

Roger Federer à Wimbledon en 2009

Grand serveur, petit malin

Parmi cette noblesse de courts, beaucoup ont essayé de le rabaisser, puisqu'il était malvenu de le prendre de haut. On l'a assimilé à quelque brute épaisse, haro sur le bobet, au motif d'un manque de finesse dans les échanges.

Tout au long de cette carrière singulière, les aces ont défilé à plus de 200 km/h, mais le plus célèbre d’entre eux reste un service à la cuillère infligé à Tommy Haas en 2007, signe que le géant cache aussi un petit malin.

Même la caméra ne s'y attendait pas

abspielen

Vidéo: YouTube/bengtc

Un homme extraordinaire

Ivo Karlovic n’a rien demandé, lui, vraiment rien du tout. Il a appris à jouer au tennis à la tombée de la nuit, quand les courts étaient fermés, puisque ses parents n’avaient pas les moyens de payer. Alors il s’est mis à servir pendant des heures – que vouliez-vous qu’il fasse d'autre, seul dans la pénombre, sans personne avec qui échanger?

Bild

Avec ses adversaires, une différence de taille.

Il a entrepris de gagner sa vie en distribuant des beignes et des châtaignes, et pour y parvenir, il était prêt à se plier en quatre. Bien sûr qu'il vivait dans un monde à part, perché sur son échelle de valeur, mais pourquoi le courage et la monomanie ne seraient-ils pas un moyen d'accéder à la notoriété?

En plus, il a de l'esprit, lui. Pas le genre à embrouiller la presse avec des phrases de mec facile «(I'm happy with my game», «I have to stay focus»).

Son best of

«Personne dans ma famille n’était grand, sauf peut-être le facteur»

«Peut-être que je suis ennuyeux. Mais je le serais davantage si je ressemblais à tout le monde»

The end (pas très happy)

Ivo Karlovic est resté planté là, fidèle épouvantail, jusqu'à 42 ans, avec sa carcasse rapiécée exposée à tous les courants, les pluies de critiques comme le souffle de la jeunesse. Après son revers contre Andrey Rublev (6-3 7-6 6-3), il n'a pas exclu de zoner encore un peu sur le circuit challenger, où le système l'a rejeté (ATP 221). Là où l'on repart avec un petit chèque, pas avec les honneurs; mais il y a longtemps qu'Ivo-le-terrible n'a plus besoin de ça.

Plus d'articles sur le sport

Les footballeurs ne supportent plus d'être remplacés

Link zum Artikel

«Roger Federer pourrait revenir dès l'Open d'Australie»

Link zum Artikel

Le jour où Lionel Messi a refusé de laisser sa place

Link zum Artikel

Petkovic: «La méfiance de l'ASF a été difficile à accepter»

Link zum Artikel

Costaud, un peu fou, la Suisse a son nouveau patron de Coupe Davis

Link zum Artikel

Netflix entretient le mystère autour de Michael Schumacher

Link zum Artikel

Pour les sportifs, un petit joint ne fera bientôt plus de mal

Link zum Artikel

Berne était le Bayern du hockey, désormais il ressemble à Ajoie

Link zum Artikel

La Nati est virée du jeu FIFA, mais qui la pleure vraiment?

Link zum Artikel

Roger Federer réussit un coup de maître avec son entrée en bourse

Link zum Artikel

Young Boys a épaté tout le monde, à commencer par lui-même

Link zum Artikel

Novak Djokovic a dû attendre de perdre pour être aimé du public

Link zum Artikel

Née qu'avec 8 doigts, Francesca Jones est une pépite du tennis

Link zum Artikel

Lausanne-Sion? Laissez tomber, voici les cinq vrais derbys romands

Link zum Artikel

Les Suisses cartonnent en contre-la-montre, depuis un sacré temps

Link zum Artikel

Yann Sommer est le chouchou des Suisses et voici pourquoi

Link zum Artikel

Il distribuait des beignes mais au fond, il n'était pas si méchant

Link zum Artikel

Les supporters ont-ils attrapé la grosse tête?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
Thèmes

L'US Open veut panser l'âme des joueurs et les maux de la société

Le tournoi de tennis new-yorkais va mettre des psys au service des joueurs et joueuses. Une première, qui vise à briser un tabou.

L'US Open tient sa promesse. Juste après le forfait de Naomi Osaka en plein milieu du dernier Roland-Garros, le tournoi new-yorkais avait fait part de sa volonté, dans un communiqué commun avec les trois autres Grand Chelem, «de faire progresser la santé mentale et le bien-être (des joueurs et joueuses) par de nouvelles actions».

Il vient d'annoncer qu'il mettra des professionnels de la psychologie à disposition des participants dès cette édition 2021 (30 août au 12 septembre).

Derrière cette …

Lire l’article
Link zum Artikel