DE | FR
image: keystone/shutterstock

Daniel Vukovic, ce dur au cœur très tendre que tout le monde aime

Faute de retrouver un club et usé physiquement, l'ancien hockeyeur de Genève-Servette et Rapperswil a mis fin à sa carrière mercredi. En Suisse depuis treize ans, le rugueux défenseur aura marqué la National League par ses qualités humaines, unanimement reconnues, son fair-play et sa loyauté.
23.09.2021, 19:2124.09.2021, 17:26
Suivez-moi

Daniel Vukovic a annoncé sa retraite sportive ce mercredi. Le Canado-Suisse de 35 ans, qui évoluait en National League depuis 2008, va réellement beaucoup manquer au hockey helvétique. Parce que ses airs de nounours sympathique ne sont pas trompeurs: l'ancien défenseur de Genève-Servette est une belle personne, qui a beaucoup apporté à son sport sur et en dehors de la glace.

Ils sont nombreux, sur les réseaux sociaux, à lui avoir rendu hommage. Signe que le bonhomme, chouchou des fans, a laissé une image très positive. Petit florilège:

Sens du sacrifice

Ces honneurs visent juste: avoir Daniel Vukovic dans son club, c'était du pain béni. «Il se sacrifiait pour l’équipe», rembobine Laurent Meunier, son ancien coéquipier aux Vernets (GE).« Il faisait ce que certains joueurs ne veulent pas faire, comme se lancer pour bloquer les shoots, défendre un coéquipier ou son gardien quand ça chauffe. Toutes ces choses qu'on ne voit pas sur le tableau du score mais qui sont cruciales.»

Daniel Vukovic et son entraîneur à Rapperswil (SG), Jeff Tomlinson, fêtant la qualification des Saint-Gallois en demi-finales des play-offs la saison passée.
Daniel Vukovic et son entraîneur à Rapperswil (SG), Jeff Tomlinson, fêtant la qualification des Saint-Gallois en demi-finales des play-offs la saison passée.
Image: KEYSTONE

Avec ses 190 centimètres pour 100 kg, le natif de l'Ontario imposait son physique sur la glace. Mais toujours intelligemment et dans les limites. «Il jouait dur, mais jamais de manière sournoise, ce n'était pas du tout le genre de gars à rentrer dans les radars des arbitres», se souvient Stéphane Rochette, ancien directeur de jeu et désormais consultant pour la chaîne TV MySports.

Dévoué sur la glace, Daniel Vukovic l'était aussi dans le vestiaire. Laurent Meunier s'en rappelle:

«Il était un joueur qui facilitait les choses au sein d'une équipe, en accueillant chaleureusement les nouveaux, par exemple. Il travaillait à la bonne dynamique du groupe»
Laurent Meunier, ancien coéquipier de Vukovic à Genève-Servette

Il aide même les arbitres

Les qualités humaines du tout frais retraité et ses compétences sociales étaient aussi appréciées par les arbitres. Elles profitaient directement à son équipe et à l'esprit du jeu. «Les rares fois où il s'emportait, il venait tout de suite s'excuser», se remémore Michael Tscherrig, qui siffle au plus haut niveau. «Daniel avait la tête sur les épaules et pour nous, arbitres, il était très utile: il avait un rôle de messager. Quand un de ses coéquipiers commençait à avoir des attitudes limites, on le disait à Daniel, qui parlait ensuite à son collègue pour le calmer et éviter que les choses ne s'enveniment.»

Mieux: l'Ontarien d'origine apaisait même les... arbitres! Notamment quand ils avaient affaire à son ancien entraîneur à Genève, le bouillant Chris McSorley. «Quand ça commençait à chauffer derrière la bande, Daniel Vukovic me disait: "N'écoute pas Chris, tu sais comment il est. Reste concentré sur ton match!"», raconte Stéphane Rochette.

En treize saisons de National League – les onze premières chez les Aigles, puis les deux dernières à Rapperswil – le solide défenseur a eu le temps de se tailler une réputation. «Comme il était très fair-play, on se disait qu’on avait peut-être bel et bien fait une erreur d'arbitrage quand il venait réclamer. Il était en quelque sorte un baromètre de notre niveau d'arbitrage», rigole Stéphane Rochette.

Dépanneur improvisé 🚗

Les journalistes aussi ont eu la chance de profiter de la jovialité et de l'état d'esprit si positif du quadruple vainqueur de la Coupe Spengler. «Il venait volontiers à l'interview même après les défaites, quand d’autres ne voulaient pas parler», applaudit Laurent Bastardoz.

L'ancien journaliste sportif de la RTS, désormais chez MySports et qui prête également sa plume au Journal Riviera Chablais, a eu plusieurs fois Daniel Vukovic à son micro. Il avait aussi réalisé son portrait. Comme tout le monde, l'homme de presse n'en garde que d'excellents souvenirs: «Il a ce contraste entre son gabarit impressionnant et sa douceur dans le regard et la voix. Les trois premières saisons après son arrivée en Suisse, on faisait les interviews en anglais. Et puis il a fait l'effort ensuite de répondre en français. Cet apprentissage de la langue est révélateur de sa personnalité».

Stéphane Rochette a eu l'occasion de mieux la cerner à un moment particulier.

«Un jour, j’arbitrais un match amical de Servette à la Vallée de Joux VD). Je suis tombé en panne en y montant. Une fois que j'étais arrivé en haut, Daniel m’a organisé de sa propre initiative un dépannage auprès d’un de ses amis pour que je puisse redescendre sans problème»
Stéphane Rochette, ancien arbitre

Michael Tscherrig a lui aussi une anecdote qui en dit long sur la mentalité de «Vuko»:

«L'année passée, j’ai arbitré le match à Bienne (BE) où il s’est sérieusement blessé. Je l’ai revu quelques jours plus tard lors d'un match de play-offs contre Lugano (TI). Avant la partie, je lui ai demandé comment il allait. Il m’a dit: "J'ai une grosse blessure, mais c’est les play-offs et c’est ma dernière année, alors tant pis, je donne tout!"»
Michael Tscherrig, arbitre de National League

Avec «Rappi», Daniel Vukovic avait atteint les demi-finales des play-offs – un véritable exploit pour ce club – pour ce qui restera sa dernière saison, sa deuxième plus performante en Suisse niveau points marqués individuellement (12). Désormais, le dur au mal va entamer sa reconversion dans une banque dans la Cité de Calvin, où il vit avec sa femme, une Genevoise d'origine, et leurs trois enfants.

Bio express de Daniel Vukovic

- Né le 19 février 1986 à North York (Canada)
- Arrive à Genève en 2008 depuis l'Université du Michigan
- Joue avec Genève-Servette de 2008 à 2019
- Termine sa carrière à Rapperswil (2019-2021)
- Au total, 659 matchs de National League pour 116 points
- 4 sacres en Coupe Spengler (2013 et 2014 avec Genève puis 2015 et 2016 avec le Team Canada)
- Une finale de play-offs perdue face à Berne en 2010

Rhubarbe, le chien qui adore la moto

1 / 10
Rhubarbe, le chien qui adore la moto
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Les Suisses se sont écrasés comme des aigles, pas comme des pigeons

La défaite mortifiante des Suisses contre l'Allemagne, jeudi en quart de finale du Mondial, ne doit pas faire oublier le long chemin parcouru depuis les bas-fonds du hockey international jusqu'au sommet.

Le soleil a déjà disparu derrière l'horizon. Le crépuscule tombe et un merle chante sa chanson du soir. Pour comprendre ce qui s’est passé durant les quarts de finale, jeudi soir contre l'Allemagne (défaite 3-2 aux tirs au but), le chroniqueur (c'est-à-dire moi) rejoint un entraîneur réputé et expérimenté dans un restaurant. Ce dernier est extrêmement compétent, non seulement en hockey sur glace, mais aussi en sport.

Par le passé, des entraîneurs, des directeurs sportifs et des administrateurs …

Lire l’article
Link zum Artikel