DE | FR
Berkan Kutlu lors de sa signature à Galatasaray.
Berkan Kutlu lors de sa signature à Galatasaray.
Image: Instagram

Du FC Monthey à l'équipe nationale de Turquie en 3 ans

Berkan Kutlu, né à Monthey en 1998 et aujourd'hui titulaire à Galatasaray, vient d'être appelé en équipe nationale de Turquie pour la première fois. Une ascension fulgurante pour celui qui évoluait encore au FC Monthey, en 2e ligue interrégionale, lors de la saison 2017/2018.
04.10.2021, 12:4304.10.2021, 17:03
Jonathan Amorim
Suivez-moi

À la suite d'un EURO 2020 catastrophique ponctué par trois défaites, la fédération turque de football avait décidé de conserver son sélectionneur Senol Günes. Le lourd revers contre les Pays-Bas 6-1 début septembre, dans le cadre des qualifications à la prochaine Coupe du monde, aura été celui de trop. Au revoir Senol, bonjour Stefan Kunz.

L'Allemand, qui dirigeait jusque-là les M21 de son pays, vient de dévoiler sa première liste dans laquelle figure un nom bien connu du football romand : Berkan Kutlu, 23 ans et ancien joueur du FC Monthey et du FC Sion.

Un couronnement pour ce joueur au parcours sinueux, mais à la force mentale incomparable.

Son ancien coéquipier au FC Monthey, Romain Derivaz, et son formateur à Sion, Christian Zermatten, nous dressent son portrait.

Le retour à Monthey 🏠

Non retenu par les M18 du FC Sion à la suite de la saison 2015/2016, le Chablaisien revient alors dans son club d'origine, le FC Monthey, qui évolue en 2e ligue interrégionale. Romain Derivaz, l'un des cadres de cette équipe, se souvient d'un joueur discret: «Il était à côté de moi dans le vestiaire. Il était discret, il préférait s'affirmer sur le terrain.» La première saison du néo-international turc est compliquée dans le football des adultes, comme nous l'explique à nouveau son ex-coéquipier: «Il n'était pas encore prêt physiquement, et forcément en actif, c'est un point crucial. Il a beaucoup travaillé et a vite corrigé le tir.»

Le jeune Berkan explose lors de sa deuxième saison au FC Monthey, après avoir beaucoup travaillé individuellement et sur le plan physique. Selon Romain Derivaz, c'est sa force mentale au-dessus de la moyenne qui a fait la différence: «Il a toujours eu cette immense volonté de devenir joueur professionnel. Techniquement, il était au-dessus avec son incroyable pied gauche. Mais c'est surtout mentalement qu'il était meilleur.»

Aujourd'hui titulaire dans l'un des plus grands clubs d'Europe et international, Berkan Kutlu n'en n'oublie pas pour autant son club d'origine. La preuve en juin dernier, lors de la promotion du FC Monthey en 1re ligue: il est venu rendre visite à ses anciens coéquipiers, dont fait partie son frère Burak. «C'est un bon gars, ça nous a vraiment fait plaisir de l'avoir avec nous en juin. On parle souvent de sa carrière dans le vestiaire avec son frère. Jeudi encore, je le voyais à la télé contre Marseille, je me disais que c'était vraiment ouf quand même!», conclut Romain Derivaz, actuel vice-capitaine du club de la capitale chablaisienne.

Contre Dimitri Payet, jeudi au Vélodrome.
Contre Dimitri Payet, jeudi au Vélodrome.
Image: AP

Post-formation à Sion 👨‍🎓

Passé par les filières traditionnelles de l'élite du football suisse jusqu'en M18, avant de revenir à Monthey, Berkan Kutlu finit par retrouver l'élite, en M21, à la suite de la saison 2017/2018, où il inscrit 5 buts, dont un lob magistral du milieu de terrain contre l'US Terre-Sainte.

Responsable de la formation sédunoise, Christian Zermatten se souvient bien de ce retour:

«On a retrouvé un joueur métamorphosé, avec un mental d'acier. Il avait beaucoup travaillé individuellement à Monthey et il était plus que logique de le revoir dans l'élite. Ce retour dans le football de base a peut-être été un déclic, une prise de conscience.»
Avec le FC Sion.
Avec le FC Sion.
Image: Facebook

Le milieu de terrain de formation ne tarde pas à s'imposer chez les espoirs sédunois. Il devient vite titulaire et s'affirme comme un leader technique sur le terrain. Christian Zermatten encore:

«Berkan est rapidement devenu le leader de nos M21. Il fallait l'encadrer, car il avait une motivation parfois débordante. Il était très sûr de lui, trop parfois, et notre rôle, c'était de le calmer, de l'encadrer pour qu'il termine au mieux sa formation. Sa force mentale a fait le reste et je ne suis pas du tout étonné de le voir où il est aujourd'hui.»

L'actuel joueur de Galatasaray ne jouera finalement que deux matches avec la première équipe de Sion. «Zermi» voit tout de même en lui un exemple pour les jeunes joueurs de son club:

«Pour moi, en tant que formateur, le parcours de Berkan, c'est de l'or. Il était en fin de contrat au terme de sa formation et il a fait le choix de partir, certes, mais cela ne change rien au fait qu'il soit passé par notre centre de formation. C'est une fierté au même titre que Gelson Fernandes ou Bastien Toma. Et tout comme avec Quentin Maceiras ou Benjamin Kololli, son parcours prouve également qu'un retour dans le football de base peut faire du bien et qu'il est possible de devenir pro même en passant par des chemins moins conventionnels.»

Explosion en Turquie 💥

En fin de contrat l'été dernier à Sion, Berkan Kutlu prend donc la direction de son pays d'origine et rejoint Alanyaspor, un club basé dans la région d'Antalya d'où ses parents sont originaires.

Dans le sud de la Turquie, le jeune helvético-turc s'impose rapidement et effectue une saison complète avec 42 matches joués pour trois buts et trois passes décisives.

Ses prestations suscitent l'intérêt des plus grands clubs du pays et il finit par s'engager cet été avec le tout grand Galatasaray. Un rêve de gosse pour lui, supporter du club stambouliote depuis tout petit.

Contre la Lazio le 16 septembre.
Contre la Lazio le 16 septembre.
Image: Keystone

Titulaire depuis le début de la saison dans l'entre-jeu de Galatasaray, Berkan Kutlu s'impose comme l'une des étoiles montantes du football turc. Une ascension incroyable et fulgurante qui pourrait donc lui permettre de réaliser un autre rêve de gosse prochainement: revêtir le maillot de l'équipe nationale. Ce sera potentiellement contre la Norvège, le vendredi 8 octobre, ou contre la Lettonie le lundi 11 octobre.

Marco Walker, grand vainqueur de la short list

Le Soleurois est le nouvel entraîneur du FC Sion. Sa particularité? Coacher en cuissettes, même en hiver. Et ce n'est pas une faute de goût, selon une spécialiste de la mode.

«C’est un bel homme!» tranche d'entrée Emmanuelle Chaussinand, conseillère en image et styliste sédunoise. «Il a de beaux yeux et un bon look, il me fait penser à Alain Delon.» De son propre aveu, la Valaisanne n'est pas une grande fan de football. Mais si elle se décide à aller à Tourbillon voir un match quand les stades seront rouverts au public, elle y verra Marco Walker.

Le Soleurois est le nouvel entraîneur du FC Sion depuis mardi. Il succède à Fabio Grosso, limogé il y a dix jours. Il …

Lire l’article
Link zum Artikel