DE | FR
Image: Shutterstock/Keystone

L'architecte Xavi revient pour reconstruire la maison du Barça

Xavi Hernandez devrait prendre la relève de Ronald Koeman pour un défi immense: reconstruire une équipe en ruines pour la hisser à nouveau vers les sommets, alors même que le club est confronté à d'importantes difficultés financières
05.11.2021, 13:2805.11.2021, 17:30

Le club qatari d'Al Sadd, que Xavi entraînait depuis 2019, a annoncé vendredi avoir trouvé un accord avec les Catalans pour le retour au bercail de l'ancien milieu. Xavi Hernandez devrait remplacer Sergi Barjuan, qui assurait l'intérim sur le banc blaugrana. Il ne manque que l'accord du FC Barcelone (FCB) pour finaliser le transfert.

Après un jeu de séduction qui a duré plusieurs années, le mariage s'apprête à être enfin célébré entre le FCB et l'un des hommes qui incarne le mieux le club, par sa philosophie et ses résultats. Une union attendue par une large frange des supporters du club catalan.

Après avoir quitté Barcelone en 2015, le génial milieu de terrain a pris la direction d'Al Sadd, au Qatar, où il a fini sa carrière de joueur (2015-2019) avant d'entamer une reconversion immédiate comme entraîneur.

Après deux années à la tête du club qatarien, il a déjà remporté le championnat, la coupe nationale et la Supercoupe du Qatar. Mais surtout, en un laps de temps réduit, Xavi a réussi à installer au Qatar des principes de jeu qui lui sont chers. Ceux appris dans les rangs de la Masia, le prestigieux centre de formation catalan, et affinés auprès d'un entraîneur comme Pep Guardiola: un jeu de possession, fait de passes courtes dans des espaces réduits. Bref, les bases du «tiki-taka», le fameux style catalan impulsé par l'icône Johan Cruyff dans les années 90.

Contacté en janvier 2020 pour remplacer Ernesto Valverde sur le banc barcelonais, puis l'été suivant pour succéder à Quique Setién, Xavi a jusqu'ici toujours décliné les offres du club, refusant de prendre la charge d'une équipe sans projet clair et sans cap fixe, mais réitérant à chaque fois son amour pour son club de cœur.

«Je ne le cache pas, et je l'ai toujours dit, mon objectif principal, quand ça pourra se faire, c'est le Barça. C'est ma maison et ce serait un rêve»
Xavi dans une interview au quotidien Marca en juillet 2020

«J'ai toujours dit que Xavi finirait un jour par être entraîneur du Barça. Mieux: j'aimerais qu'il soit l'entraîneur du Barça sous ma présidence. Ce que je ne sais pas, c'est quand», a récemment soutenu le président Joan Laporta.

En mai, Xavi avait prolongé son contrat de deux ans avec Al Sadd, jusqu'en 2023. Mais l'appel du Barça a été trop fort.

Le challenge est séduisant, mais le chantier reste immense. S'il revient, Xavi devra accorder ses violons avec Laporta, et surtout composer avec les énormes soucis financiers qui plombent le club catalan, endetté de plus d'un milliard d'euros. Sur le terrain, ses objectifs seront clairs: sportivement, le Barça, actuel neuvième de Liga à 9 points de la Real Sociedad et à 8 de son grand rival, le Real Madrid, doit à tout prix revenir sur la tête du classement. Il devra aussi tenter d'assurer une qualification pour les huitièmes de finale de Ligue des champions.

Mais surtout, Xavi devra transmettre son identité de jeu au club blaugrana, en se basant sur la jeune génération dorée qui émerge, avec, en tête de gondole, les prodiges Ansu Fati, Pedri et Gavi, et d'autres talents précoces comme Sergiño Dest ou Frenkie de Jong.

La difficulté pour la «Maquina» (la Machine, en espagnol) sera d'atteindre tout cela sans entrer en conflit avec ses amis de la vieille garde catalane qui arrivent en fin de carrière: les Gerard Piqué, Jordi Alba et autres Sergio Busquets. Si Koeman a été celui qui a jeté les fondations du Barça post-Messi, Xavi devra être l'architecte qui tournera définitivement la page, pour en écrire une nouvelle.

(jcz/ats)

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles
«Il était très charmeur et pingre». Les Suisses racontent Roy Hodgson
A 74 ans, l'ex-entraîneur de la Nati sort de sa retraite pour reprendre Watford. Nous avons collecté des petits secrets sur celui qui se définit lui-même comme «un dictateur sympathique».

Il avait coutume de dire aux journalistes qu'«avec de la démocratie, dans le football, on ne va pas loin». Mais au fond, Roy Hodgson n'était pas méchant. Il se décrivait lui-même comme un «dictateur sympathique», Roy-gosse bienveillant, et c'est exactement le souvenir que laissera sa carrière légendaire, commencée à 29 ans dans un gourbi suédois et reprise ce mardi 25 janvier dans le marasme de Watford, avant-dernier de Premier League, à l'âge vénérable et record de 74 ans: il sait «convaincre».

L’article