DE | FR
Les joueurs servettiens (ici Anthony Sauthier) et leurs fans en ont gros sur la patate contre Monsieur Piccolo (au centre) après leur match à Saint-Gall dimanche.
Les joueurs servettiens (ici Anthony Sauthier) et leurs fans en ont gros sur la patate contre Monsieur Piccolo (au centre) après leur match à Saint-Gall dimanche.image: keystone

«Valider le but décisif du FC Saint-Gall est incompréhensible»

Grosse colère des Servettiens contre l'arbitre après leur match à Saint-Gall dimanche. Ils lui reprochent trois décisions importantes en leur défaveur. Pour l'ancien arbitre Sébastien Pache, le but de la 93e minute n'aurait jamais dû être accordé. Il analyse les trois scènes litigieuses.
18.10.2021, 13:1919.10.2021, 17:59
Suivez-moi

Luca Piccolo ne s'est pas fait des amis du côté de Genève dimanche soir. La raison? L'arbitre tessinois a pris trois décisions très importantes en défaveur des Grenat contre Saint-Gall. Force est de constater qu'elles ont pesé lourd dans la défaite servettienne (2-1). Et surtout déchaîné la colère des joueurs, du staff et des supporters genevois. Deux exemples:

«Il va falloir trouver des solutions, que les arbitres s’expliquent. Nous avons besoin de savoir, d’avoir plus de précisions. Il y a systématiquement des problèmes avec la VAR et nous n’arrivons pas à comprendre les décisions»
Alain Geiger, entraîneur du Servette FC

Ce n'est pas la première fois que les Servettiens se sentent lésés par l'arbitrage cette saison. Ils avaient eu ce même sentiment après leur match nul sur la pelouse de GC fin août.

Pour l'ancien arbitre de Super League Sébastien Pache, leur frustration dimanche à Saint-Gall est légitime sur deux des trois décisions contestées. Analyse.

Carton rouge pour Nuhu?

La scène: 27e minute de jeu. L'attaquant servettien Kastriot Imeri intercepte un ballon à 20 mètres du but saint-gallois et est fauché par le défenseur des Brodeurs Musah Nuhu. Le Grenat semblait pouvoir se présenter seul devant la cage. Monsieur Piccolo donnera un carton jaune à Nuhu.

Décision de l'arbitre: Faute et carton jaune ✅

Avis de l'expert: Faute et carton jaune

SEBASTIEN PACHE: «C'est la seule scène parmi les trois litigieuses qui a été jugée correctement. Il y a une faute claire du défenseur saint-gallois Nuhu sur l'attaquant servettien Imeri. On doit se poser la question suivante: Est-ce une faute de dernier recours ou plutôt une obstruction qui empêche une attaque prometteuse?

«Pour qu'il y ait faute de dernier recours et donc carton rouge, il faut que le Saint-Gallois soit le dernier défenseur et que l'attaquant servettien ait assurément le contrôle du ballon dans la seconde qui suit la faute. Or, Imeri ne l'aurait pas eu, on voit que le ballon gicle dans les seize mètres et ne colle pas au pied»
Sébastien Pache

Il n'aurait par exemple pas pu tirer au but. Le carton jaune, à la place du rouge, est donc juste.»

Pénalty pour Servette?

La scène: 70e minute de jeu. Le Servettien Ronny Rodelin récupère un ballon dans les seize mètres saint-gallois sur un centre. Il devance le Brodeur Basil Stillhart, qui tend la jambe pour prendre le ballon. Mais Rodelin s'effondre au sol. Les Servettiens réclament pénalty. Monsieur Piccolo ne siffle pas et la VAR ne lui demandera pas d'aller voir les images.

Décision de l'arbitre: Pas de pénalty ❌

Avis de l'expert: Pénalty et carton jaune

SEBASTIEN PACHE: «A vitesse réelle, c'est impossible de voir s'il y a faute ou non. Dans le doute, j'aurais aussi laissé le jeu se poursuivre. Mais:

«C'est la VAR qui aurait dû intervenir en demandant à l'arbitre d'aller visionner les images. Et Monsieur Piccolo aurait ensuite dû changer sa décision. Parce qu'il y a faute et carton jaune»
Sébastien Pache

Le Servettien Rodelin touche le ballon en premier, le défenseur saint-gallois Stillhart est en retard et son pied arrive sur celui de Rodelin les crampons en avant. Je ne sais pas si la VAR est intervenue dans l'oreillette de l'arbitre, mais elle aurait dû le forcer à aller voir les images. Je ne sais pas pourquoi il n'y est pas allé.»

Goal de Saint-Gall injustement validé?

La scène: C'est sûrement la décision qui va faire le plus parler, parce qu'elle est très lourde de conséquences. 93e minute: Le Saint-Gallois Ousmane Diakité récupère le ballon à mi-terrain en gagnant un duel aérien face à Alex Schalk. Problème: Le Servettien, apparemment victime d'un coup, tombe et reste à terre. Le jeu se poursuit, et l'action aboutira au but décisif de Jérémy Guillemenot. Suspectant une erreur de Monsieur Piccolo, la VAR lui demande d'aller revoir les images. Le Tessinois ne changera pas d'avis et validera la réussite.

Décision de l'arbitre: Pas de faute et donc but saint-gallois validé ❌

Avis de l'expert: Faute, carton jaune et donc but saint-gallois refusé

SEBASTIEN PACHE: «L'arbitre est bien placé, mais à vitesse réelle c'est très difficile de voir si c'est le corps ou le bras du Saint-Gallois qui percute le Servettien. Monsieur Piccolo n'a pas le bon angle. La VAR a bien fait son travail en demandant à l'arbitre d'aller vérifier les images, parce qu'elle estimait qu'il avait commis potentiellement une erreur. Et là, grande surprise! Il ne change pas d'avis.

«La décision de Monsieur Piccolo est incompréhensible. S'il a eu les mêmes images que celles à la télévision, il a bénéficé cette fois du bon angle et aurait dû voir le bras du Saint-Gallois dans la tête du Servettien. C'est faute et carton jaune, ce qui signifie une annulation du but saint-gallois»
Sébastien Pache

On peut peut-être expliquer cette erreur par l'inexpérience de ce jeune arbitre de 29 ans: Dans un match avec pas mal d'émotions et au bout des arrêts de jeu, il a voulu faire vite et bien. Mais il aurait dû prendre 30 secondes de plus pour gérer ses émotions, retrouver la lucidité et prendre la bonne décision. A ce niveau, ce genre d'erreur ne doit pas arriver. Il ne sera certainement pas content de lui au moment du debriefing. Mais ce match lui permettra d'apprendre beaucoup.»

Champignons fous

1 / 27
Champignons fous
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp
Pierre Ménès à nouveau accusé d'agressions sexuelles
Le journaliste sportif, souvent critiqué pour son comportement envers les femmes, est à nouveau accusé d'agressions sexuelles. Les faits se seraient produits le 20 novembre dernier au Parc des Princes dans le contexte du match PSG-Nantes. Il conteste les faits.

Pierre Ménès est à nouveau dans la tourmente. Depuis le 20 novembre, l'ancien journaliste de Canal+, est visé par une enquête pour «agression sexuelle», a appris l’Agence France-presse (AFP) lundi auprès du Parquet de Paris, confirmant une information du Parisien.

L’article