DE | FR
football suisse super league

Peu de vitesse, d'identité de jeu ou de moyens: notre championnat ne fait pas rêver, déplore un amoureux du football. Image: Keystone

Un YouTubeur dit toutes les vérités sur le foot suisse, et ça fait mal

Dans une vidéo postée dimanche, Elias Baillif explique à ses 26 000 abonnés que notre championnat de Super League n'est pas terrible. La voix est posée, les arguments imparables.



Journaliste passionné de football et YouTubeur suivi par 26 300 fidèles (le genre de public qui ferait rêver pas mal d'équipes en Suisse), Elias Baillif vient d'avoir deux bonnes idées: lancer une série de vidéos sur les championnats méconnus du grand public et commencer par celui de notre pays.

Bild

Elias Baillif face caméra avec une écharpe du Servette FC en arrière-plan. Image: YouTube

Ce premier épisode dure un peu plus de 17 minutes et répond à une question: que vaut vraiment la Super League? (le championnat suisse, hein, pas celui qu'ont essayé de nous faire avaler certains dirigeants européens). Avec une liberté de ton et des connaissances pointues sur le sujet, Elias Baillif relève trois éléments permettant de se faire une idée, et aucun ne fait vraiment plaisir à entendre!

Droits TV misérables

«Pour répondre à la question du niveau de la Super League, il y a tout de suite un chiffre qu'on peut mobiliser: le montant des droits télé à venir sur la prochaine période. Les clubs suisses devront se partager par saison la somme exorbitante (ironique) de... 21 millions de francs, soit 1,8 millions par club + les primes! Arrêtez de rigoler, c'est très sérieux! Ça veut dire que le foot suisse est peu vu, que les clubs perçoivent peu d'argent et donc qu'ils ont peu de moyens.»

➡️ L'avis de watson: c'est tellement vrai que cela explique aussi pourquoi les clubs suisses perdent de l'argent. Le FC Bâle n'a ainsi jamais cessé de présenter un déficit structurel, même lors de ses plus belles années de domination footballistique. Et en avril dernier, Christian Constantin expliquait dans l'Illustré qu'en Suisse, un président devait être en mesure de mettre 4 millions par année de sa poche.

Peu de créativité

«Si vous comparez avec les grands championnats, ce qui est tout de suite frappant, c'est qu'en Suisse, ça joue plus lentement. Les joueurs pensent et exécutent plus lentement. Il y a aussi pas mal d'erreurs techniques et d'imprécisions. Quand un défenseur central est sous pression, il ne sait pas toujours quoi faire. C'est parfois caricatural, d'ailleurs, on a l'impression que les centraux ne sont pas du tout à l'aise avec le ballon. Il n'y a pas vraiment de grands dribbleurs, pas vraiment d'artistes.»

➡️ L'avis de watson: rien à redire sur le niveau de la plupart des centraux, dont le jeu au pied ne fait pas la réputation. Il est vrai aussi que le championnat manque de créateurs, d'esthètes (on n'a jamais fait mieux en la matière que Yassine Chikhaoui à Zurich), c'est pour cela qu'il faut les exceptions comme Sebastiano Esposito (Bâle).

Bild

L'attaquant italien de 19 ans est prêté par l'Inter. Image: Keystone

Un manque d'identité

«Le championnat n'est pas très riche tactiquement. Vous avez 2-3 équipes qui font des choses intéressantes, comme Saint-Gall ou Servette la saison dernière. Mais il y a assez peu d'équipes qui ressemblent à leur entraîneur. En plus, il y a un recyclage chez les coachs, on voit souvent les mêmes têtes de club en club. Et puis, quand vous entendez les discours de certains entraîneurs, vous vous demandez comment ils peuvent entraîner en 1re divison. C'est juste pas possible! À côté, Rolland Courbis c'est Guardiola!»

➡️ L'avis de watson: Lucerne a également montré de belles choses la saison dernière, et on pouvait y reconnaître la patte de son entraîneur Fabio Celestini. Mais il est vrai que les projets de jeu ne sont pas toujours lisibles en Super League, et que la valse des entraîneurs (toujours les mêmes) ne vient pas au service d'une identité forte.

Des motifs de satisfaction quand même:

Elias Baillif ne termine pas sa démonstration sans quelques lueurs d'espoir:

La vidéo en intégralité

abspielen

Vidéo: YouTube/Elias Baillif

Plus d'articles sur le sport

Les footballeurs ne supportent plus d'être remplacés

Link zum Artikel

«Roger Federer pourrait revenir dès l'Open d'Australie»

Link zum Artikel

Le jour où Lionel Messi a refusé de laisser sa place

Link zum Artikel

Petkovic: «La méfiance de l'ASF a été difficile à accepter»

Link zum Artikel

Costaud, un peu fou, la Suisse a son nouveau patron de Coupe Davis

Link zum Artikel

Netflix entretient le mystère autour de Michael Schumacher

Link zum Artikel

Pour les sportifs, un petit joint ne fera bientôt plus de mal

Link zum Artikel

Berne était le Bayern du hockey, désormais il ressemble à Ajoie

Link zum Artikel

La Nati est virée du jeu FIFA, mais qui la pleure vraiment?

Link zum Artikel

Roger Federer réussit un coup de maître avec son entrée en bourse

Link zum Artikel

Young Boys a épaté tout le monde, à commencer par lui-même

Link zum Artikel

Novak Djokovic a dû attendre de perdre pour être aimé du public

Link zum Artikel

Née qu'avec 8 doigts, Francesca Jones est une pépite du tennis

Link zum Artikel

Lausanne-Sion? Laissez tomber, voici les cinq vrais derbys romands

Link zum Artikel

Les Suisses cartonnent en contre-la-montre, depuis un sacré temps

Link zum Artikel

Yann Sommer est le chouchou des Suisses et voici pourquoi

Link zum Artikel

Il distribuait des beignes mais au fond, il n'était pas si méchant

Link zum Artikel

Les supporters ont-ils attrapé la grosse tête?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Nati

Yann Sommer: «Une telle performance, ce n'est pas normal»

Très bien organisée défensivement et rapide dans les transitions, la Suisse a tenu l'Italie en échec au terme d'un match très vivant (0-0). Son gardien a arrêté un penalty, entre autres prouesses.

Une Suisse courageuse, une Italie dominatrice au début, beaucoup moins à la fin, le tout dans un stade plein, où a régné une ambiance des grands soirs: la Nati expérimentale de Murat Yakin est restée sur la lancée de celle qui a égayé notre Euro.

Pour son premier match officiel à la tête de la sélection helvétique, le coach a pu compter sur un Yann Sommer toujours aussi décisif. Le gardien du Borussia Mönchengladbach a tenu la baraque en effectuant plusieurs parades décisives, notamment …

Lire l’article
Link zum Artikel